Ford laisse filer Ogier

  • A
  • A
Ford laisse filer Ogier
Partagez sur :

Quelle hécatombe ! La deuxième journée du rallye du Portugal ce samedi a été cruelle pour les Ford Fiesta de Jari-Matti Latvala et Mikko Hirvonen. En tête à l'issue des premières spéciales vendredi, les deux Finlandais ont connu des problèmes mécaniques et accusent désormais un retard rédhibitoire. En tête avec 37 secondes d'avance sur Loeb, Sébastien Ogier file vers la victoire... à condition de ne pas rééditer son raté mexicain.

Quelle hécatombe ! La deuxième journée du rallye du Portugal ce samedi a été cruelle pour les Ford Fiesta de Jari-Matti Latvala et Mikko Hirvonen. En tête à l'issue des premières spéciales vendredi, les deux Finlandais ont connu des problèmes mécaniques et accusent désormais un retard rédhibitoire. En tête avec 37 secondes d'avance sur Loeb, Sébastien Ogier file vers la victoire... à condition de ne pas rééditer son raté mexicain. Vascao et Loulle, terres maudites pour Ford. Déjà à la peine face au rythme imposé par les DS3, les deux Fiesta d'Hirvonen et Latvala y ont laissé filer leurs derniers espoirs de victoire, sauf hécatombe chez Citroën dimanche. Avec plus de quatre et cinq minutes de débours, difficile d'imaginer les deux Finlandais de la marque américaine revenir sur les deux DS3 d'un duo Loeb-Ogier infernal. Hirvonen en est la première victime dès la 9e spéciale, premier passage à Vascao et deuxième chrono du jour. Victime d'une crevaison, le dernier vainqueur du rallye de Suède concède près de deux minutes... et cause la fureur de Loeb. Bloqué derrière le Finlandais, le champion du monde perd en effet plus de 30 secondes sur Ogier. "Il a crevé et il est reparti parti 8 secondes devant moi mais il ne m'a pas laissé passer pour protéger Latvala", explique alors Loeb au site wrc.com. Très énervé, le Français fulmine: "Il a détruit ma course. Il avait crevé mais pas moi. On ne peut plus jouer que la 3e place, c'est fini." 22 derniers kilomètres interminables pour les Fiesta. Vraiment fini ? Que nenni tant les rebondissements se poursuivent. Ogier gérant habilement, Loeb se voit contraint de mettre la pression sur Latvala pour tenter de monter sur la deuxième marche provisoire. Peine délicate puisque l'Alsacien ne grappille que quelques maigres secondes, restant à plus de vingt secondes à l'issue de la 11e spéciale. Mais Vascao se montre encore terrible. Sur le trajet retour, Latvala casse son arbre de transmission dès le début de la spéciale. "J'ai entendu un bruit et pensé "ce n'est pas bon", confie alors Latvala à Autosport. Pas bon du tout en effet puisque le Finlandais ne peut changer la pièce, non présente dans sa Fiesta, avant le départ de la dernière spéciale. Et, logiquement, le bricolage s'avère insuffisant, d'autant que la poisse s'en mêle. "On a travaillé sur le différentiel et il n'y avait plus le temps de vérifier les pneus avant l'étape. Elle a commencé et nous avons eu une crevaison lente", dévoilera à l'arrivée le Finlandais sur le site officiel du WRC. "J'ai essayé de continuer le plus longtemps possible mais le pneu s'est délaminé et nous avons dû le changer. Nous avons perdu beaucoup de temps." Ces 22 kilomètres autour de Loulle prennent en effet des allures de calvaire, lui coutant plus de quatre minutes. Pire, Hirvonen cède également, victime de problèmes de suspension lors de la même spéciale. Perdant plus de trois minutes, le Finlandais cède même la quatrième place à Matthew Wilson, pilote Ford au sein de la structure Stobart ! Impérial, Ogier, lui, en profite pour grappiller cinq nouvelles secondes sur Loeb, comptant 37 secondes d'avance avant la dernière journée. Un scénario similaire au Mexique où le Gapençais était sorti de la route à trois spéciales du but, laissant la victoire à Loeb. L'histoire avait causé un sérieux tracas au patron, Olivier Quesnel, contraint de s'expliquer sur la stratégie de l'équipe. Cette fois, le matelas semble plus large et la victoire promise. Un an après un premier succès sur le sol lusitanien, Ogier est lancé parfaitement pour doubler la mise. Pas sûr toutefois que Loeb ait totalement renoncé à tout désir de le titiller encore un peu... Histoire de voir ce que son jeune coéquipier a dans le ventre.