Flood a éclipsé "Wilko"

  • A
  • A
Flood a éclipsé "Wilko"
Partagez sur :

Samedi, à Twickenham (18h), pour la troisième journée du Tournoi des Six-Nations, les Français n'auront pas face à eux Jonny Wilkinson, qu'ils connaissent si bien. L'ouvreur du XV de la Rose au coup d'envoi sera le n°10 de Leicester, Toby Flood, qui a réussi le tour de force d'expédier « Wilko » sur le banc. Sans que personne ne trouve à y redire.

Samedi, à Twickenham (18h), pour la troisième journée du Tournoi des Six-Nations, les Français n'auront pas face à eux Jonny Wilkinson, qu'ils connaissent si bien. L'ouvreur du XV de la Rose au coup d'envoi sera le n°10 de Leicester, Toby Flood, qui a réussi le tour de force d'expédier « Wilko » sur le banc. Sans que personne ne trouve à y redire. Cela pourrait être un paradoxe. Voir Jonny Wilkinson, l'un des tous meilleurs ouvreurs de l'histoire du XV de la Rose (au minimum), enfin débarrassé de ses innombrables pépins physiques, cirer le banc anglais depuis le début du Tournoi des Six-Nations. Sauf que, en Angleterre, il est difficile de trouver quelqu'un pour critiquer ce choix du sélectionneur Martin Johnson, champion du monde 2003 en Australie en compagnie de "Wilko". Car l'actuel titulaire du poste, Toby Flood, qui n'est autre que le n°10 des Tigresde Leicester, solide leader de Premiership, est l'un des symboles de cette Angleterre joueuse et ressuscitée, future adversaire des Bleus samedi à Twickenham. Si Ben Foden et surtout Chris Ashton, auteur d'un quadruplé inédit dans l'histoire du Tournoi contre l'Italie, crèvent l'écran, c'est bien Flood qui dirige la manoeuvre, et qui retient l'attention du staff tricolore. "Nous avons préparé des choses intéressantes, a expliqué cette semaine David Ellis, entraîneur de la défense française, au Daily Mirror. Si nous pouvons empêcher Toby Flood de créer des espaces et de diriger le jeu de son équipe, nous arrêtons toute menace que pose Chris Ashton. Nous sommes assez confiants. Je ne suis pas vraiment préoccupé par notre défense. Je suis très heureux qu'il y ait quelques trous, mais ils ne seront pas là la semaine samedi, je peux le garantir." Toby et Jonny, partenaires à Newcastle A 25 ans, Flood, quatre ans et demi après sa première sélection, se voit donc confier les clés du camion anglais, avec la bénédiction de son glorieux prédécesseur, qu'il a bien connu, lorsque les deux joueurs évoluaient ensemble à Newcastle. "J'ai vu Toby jouer un nombre incalculable de fois et je l'ai en fait dirigé au centre de formation, si bien que c'est un sentiment très sympa de le voir s'accomplir aujourd'hui, expliquait Wilkinson début février. C'est toujours plaisant que de voir des joueurs bien faire et aller au bout de leur potentiel. Pour moi, ça me donne une nouvelle approche pour me permettre de trouver ma propre place dans l'équipe." Compétiteur dans l'âme, Wilkinson ne cache pas que cette situation est "difficile à vivre. Ce n'est pas dans mes habitudes d'être sur le banc." Mais compétiteur jusqu'au bout, le Toulonnais d'adoption est aussi prêt à jouer son rôle à fond, quel qu'il soit. "Quand vous êtres remplaçant, vous devez savoir ce dont l'équipe a besoin. Votre première touche peut être un coup de pied, une passe, un appel pour gagner le match, une pénalité à tirer, un drop, peu importe. Cette première touche peut être cruciale. Peu importe si c'est une petite action, c'est comme une onde qui se propage sur un étang. Tout a un effet." Et un Wilkinson, même remplaçant de luxe, peut en avoir un gros. Lui aussi...