Flamini: "Milan, ma priorité"

  • A
  • A
Flamini: "Milan, ma priorité"
Partagez sur :

Annoncé titulaire mardi soir face à Auxerre lors de la 5e journée de la Ligue des Champions, Mathieu Flamini savoure sa prise de volume progressive à l'AC Milan. Focalisé sur son club et très loin finalement de la France et de son équipe nationale, l'ancien minot marseillais n'en reste pas moins méfiant à l'égard d'une AJA qui pourrait bien contrarier les plan du mastodonte lombard.

Annoncé titulaire mardi soir face à Auxerre lors de la 5e journée de la Ligue des Champions, Mathieu Flamini savoure sa prise de volume progressive à l'AC Milan. Focalisé sur son club et très loin finalement de la France et de son équipe nationale, l'ancien minot marseillais n'en reste pas moins méfiant à l'égard d'une AJA qui pourrait bien contrarier les plan du mastodonte lombard. Mathieu, comment vivez-vous cette escale en France ? C'est toujours un plaisir de jouer en France. Même si je joue à l'étranger, je reste Français et c'est toujours avec un peu d'émotions que je reviens ici, et notamment pour jouer au football. Vous avez pu jouer contre Auxerre lorsque vous jouiez en France. Comment définiriez-vous ce club ? C'est vrai que c'est un club que j'ai déjà eu l'occasion de rencontrer par le passé. Auxerre, en France, c'est un bon club de Ligue 1, un club historique avec de bons jeunes. Un club qui généralement pratique un beau football. Il faudra qu'on se méfie d'eux. Auxerre reste sur une série de huit matches sans revers. Redoutez-vous cet adversaire ? Oui, ils restent sur une bonne série, mais nous aussi ! On ne s'attend pas à un match facile de toute façon. A nous de faire le nécessaire pour nous imposer, c'est important pour la suite de la compétition. En cas de défaite mardi soir, l'AJA sera devant l'AC Milan. Est-ce un match couperet selon vous ? Ce n'est pas un match décisif car il y en aura encore un ensuite mais c'est un match capital, on en a conscience. Ça nous met un peu de pression, c'est sûr. Notre but est de gagner mardi pour accueillir l'Ajax l'esprit serein lors de la dernière journée. "Zlatan, c'est un joueur de caractère..." Sur un plan personnel, vous commencez à vous faire une place cette saison dans cette équipe milanaise... Disons que ma première année à Milan a été une année de transition. Ensuite, Leonardo a pris les commandes de l'équipe et ça ne s'est pas très bien passé. Il n'y avait pas de dialogue entre nous. Aujourd'hui, ça va mieux, même si j'étais un peu blessé en début de saison. La pré-saison s'est bien passée mais c'est vrai que ça m'a un peu freiné. C'était frustrant de ne pas jouer mais j'ai toujours eu confiance en mes qualités et je crois les avoir démontrées quand l'entraîneur a eu besoin de moi. Vous sentez-vous plus à l'aise dans ce Milan tourné vers l'offensive ? Nous sommes plus agressifs cette saison, c'est un fait. Bien sûr, je me sens bien dans ce rôle mais il ne s'agit pas seulement de moi. C'est vraiment toute une équipe qui va de l'avant et joue pour l'attaque. Le collectif présente cette caractéristique et je m'y adapte, tout simplement. On a le sentiment que la Serie A est moins cotée aujourd'hui qu'elle ne l'a été, par rapport à la Liga et à la Premier League notamment. Qu'en pensez-vous ? Je ne suis pas d'accord avec vous. A mes yeux, c'est un championnat difficile, sans doute le plus tactique de tous. Il y a de nouveau beaucoup de grands joueurs qui le rejoignent, je crois que c'est bien reparti. Le meilleur exemple étant la victoire de l'Inter en Ligue des Champions l'an passé. Zlatan Ibrahimovic est l'un de ces grands joueurs qui évoluent en Serie A. Pourtant, au match aller, certains Auxerrois l'avaient trouvé provocateur... C'est un joueur de caractère, vous le connaissez. Il a ses défauts mais il fait beaucoup d'efforts et sait se mettre au service du collectif. Je pense que son comportement est souvent mal interprété. Une nouvelle équipe de France s'est mise en place et vous n'en faites pas partie pour l'heure. Quel regard portez-vous sur ce point ? Ma priorité, je l'ai déjà dit, c'est Milan. Après si on me demande de venir en équipe de France, je répondrai présent avec plaisir. Je suis bien évidemment les performances des Bleus avec intérêt. Ça fait plaisir de constater que ça repart. Ce n'est pas une priorité pour moi mais ça reste un objectif.