Fin de série pour Paris

  • A
  • A
Fin de série pour Paris
Partagez sur :

Alors qu'il restait sur dix matches sans revers toutes compétitions confondues, le PSG a subi la loi de l'Athletic Bilbao, jeudi soir à San Mames, dans le cadre de la Ligue Europa. Quinze jours après avoir dominé Salzbourg au Parc des Princes (3-1), les Parisiens se sont inclinés 2-0, victimes d'une formation basque séduisante et pourtant à la traîne en Liga. Le turn-over opéré par Antoine Kombouaré et la perspective du choc contre l'OL ce week-end ont sans doute joué.

Alors qu'il restait sur dix matches sans revers toutes compétitions confondues, le PSG a subi la loi de l'Athletic Bilbao, jeudi soir à San Mames, dans le cadre de la Ligue Europa. Quinze jours après avoir dominé Salzbourg au Parc des Princes (3-1), les Parisiens se sont inclinés 2-0, victimes d'une formation basque séduisante et pourtant à la traîne en Liga. Le turn-over opéré par Antoine Kombouaré et la perspective du choc contre l'OL ce week-end ont sans doute joué. Entre le leader de la Ligue 1 et le 19e de la Liga actuels, il n'y avait assurément pas cette prétendue classe d'écart, ce jeudi soir à San Mames. Invaincu toutes sorties confondues depuis le 6 août dernier et cette première manquée devant Lorient en championnat, le PSG est tombé brutalement de son piédestal dans la cathédrale basque. Deux buts encaissés, un carton rouge et une prestation globalement pauvre, à trois jours du choc de la L1 contre Lyon, Paris avait manifestement la tête et les jambes ailleurs. Sans Gameiro et Ménez, ménagés, sans Matuidi et Sirigu, sur le banc, mais avec Pastore et Nenê dans l'entrejeu, accompagnés d'un Bodmer confirmé dans son capitanat européen et d'un Sissoko promu titulaire, l'équipe d'Antoine Kombouaré a craqué pour son sixième match en 18 jours. Une fin de cycle logique qui doit beaucoup à la performance de Bilbao, une équipe qui se cherche encore dans son championnat mais qui ce jeudi soir n'a eu aucun mal à se trouver. Les deux buts espagnols, signés Gabilondo d'une superbe volée couchée (1-0, 20e) et Susaeta d'une reprise assurée au second poteau (2-0, 45e), en attestent. Formidablement construits, offerts aux buteurs par De Marcos et le même Gabilondo, ce sont les illustrations parfaites d'une maitrise technique qui a sans conteste fait défaut aux Parisiens. Témoins ces occasions loupées de Bodmer (43e) et surtout Tiéné (45e) juste avant la pause, juste avant le break. Des fulgurances trop rares qui avaient fait suite à un coup franc de Nenê retombé sur la barre (29e) et consécutif à une main d'Iraizoz, le portier basque, hors de sa surface. Action qui aurait pu valoir au PSG une supériorité numérique... L'Athletic n'a néanmoins pas volé sa victoire, et la première place de sa poule, deux semaines après avoir dominé le Slovan à Bratislava (1-2). Un succès mérité et tranquillement géré après le repos, d'autant que Sissoko a eu tôt fait de rejoindre les vestiaires, coupable d'un tacle par derrière sur le jeune prodige basque Muniain et ainsi sanctionné d'un second carton jaune (52e). Courant toujours après sa première victoire en championnat, l'équipe de Marcelo Bielsa, technicien à l'origine du renouveau chilien sur la scène internationale, semble promise désormais à l'une des deux places qualificatives pour les 16e de finale de la Ligue Europa. Les Parisiens, eux, doivent composer à nouveau avec des Autrichiens qu'ils avaient aisément battus au Parc deux semaines plus tôt, Salzbourg étant revenu à hauteur ce jeudi en surclassant Bratislava (3-0). Face à la lanterne rouge slovaque, le PSG n'aura pas droit à l'erreur fin octobre et début novembre.