Fin de série pour Cleveland

  • A
  • A
Fin de série pour Cleveland
Partagez sur :

NBA - Après cinq victoires consécutives, les Cavaliers ont chuté chez les Mavericks (95-102).

Cleveland a été surpris dimanche sur le parquet de Dallas (95-102), pourtant privé de Dirk Nowitzki. Pas de problème en revanche pour les Celtics et les Lakers qui ont battu les Wolves (122-104) et les Pistons (93-91).Dallas peut gagner des gros matches sans Dirk Nowitzki. Privée de sa star allemande, en civil dimanche après avoir vu la veille deux dents de Carl Landry se planter dans son avant-bras suite à un choc avec le joueur de Houston, la franchise texane a fait plier Cleveland qui restait sur cinq victoires (102-95). Cerise sur le gâteau pour les Mavs, Tim Thomas, intégré par Rick Carlisle dans le cinq de départ pour remplacer l'irremplaçable, a été l'homme du match. L'expérimenté ailier, qui porte à Dallas sa septième tunique différente depuis ses premiers pas en NBA en 1997, a terminé meilleur marqueur de son équipe avec 22 unités, seul LeBron James dans le camp d'en face à fait mieux (25) ! Dans ce choc entre deux mastodontes de la Ligue nord-américaine, les deux équipes, très proches l'une de l'autre, se sont rendues coups pour coups. Si Shaquille O'Neal s'est fait tout petit (oui c'est possible) avec 5 points (à 1 sur 7) et 8 rebonds, Cleveland a longtemps fait de la résistance dans le sillage de « King James » mais aussi du feu-follet Delonte West (18 points). Ce qui n'a néanmoins pas suffi face au collectif texan au sein duquel pas moins de six joueurs ont inscrit plus de dix points. Jason Terry, sorti du banc comme à son habitude, a justifié son rang de meilleur sixième homme de la Ligue en y allant de ses dix-neuf unités. Surtout, les joueurs de Dallas n'ont commis que six pertes de balle, moitié moins que leurs adversaires, ce qui demeure une misère dans le basket américain parfois très décousu. Preuve que les partenaires de Jason Kidd semblent avoir trouvé cette saison la bonne formule entre attaque à tout-va et rigueur. Un mot qui colle très bien à Rick Carlisle. Battus dans l'Ohio fin novembre, les Texans ont ainsi pris leur revanche et ne rejoueront donc plus les Cavs de la saison. Sauf si les actuels deuxièmes des deux conférences, avec le même bilan (20 victoires – 8 défaites), se retrouvent lors des Finals au printemps prochain...