Fignon, l'hommage au champion

  • A
  • A
Fignon, l'hommage au champion
@ Maxppp
Partagez sur :

Des personnalités de tous horizons ont salué la mémoire du double vainqueur du Tour.

Des personnalités de tous horizons ont salué la mémoire du double vainqueur du Tour. La brutale disparition de Laurent Fignon mardi midi a logiquement suscité une vague d'émotions dans le monde du cyclisme. Proche parmi les proches, Alain Gallopin, qui a été le kiné personnel de Fignon durant sa carrière, avait le coeur lourd ce mardi. "Je l'ai accompagné jusqu'au bout, j'étais encore là deux minutes avant qu'il ne parte", a-t-il expliqué sur Europe 1. "Aujourd'hui (mardi), c'est la perte de mon meilleur ami, d'un frère. (...) Il a été noble jusqu'à la fin, c'est un grand champion." Le directeur sportif de RadioShack a soutenu son ami jusqu'au bout. "Hier (lundi) matin, on sentait encore qu'il se battait, il demandait des renseignements sur le traitement. Ensuite, son état s'est détérioré, il a "décroché". Ce matin (mardi), on sentait que c'était fini", a-t-il encore expliqué à l'AFP. "Tout le monde s'était préparé (à sa mort) parce que depuis un an et demi, beaucoup de traitements ont été essayés qui ne marchaient pas. Il avait été hospitalisé après des complications pulmonaires il y a une quinzaine de jours. Cela devenait de plus en plus compliqué." Ecoutez Alain Gallopin au micro d'Alban Lepoivre : LeMond : "l'un des meilleurs coureurs des 35, 40 dernières années" Gallopin a également souligné que Fignon avait été un combattant contre la maladie comme sur le vélo. "Il avait un caractère fort, il a toujours gardé sa ligne de conduite, ce qui lui a parfois coûté très cher mais il est toujours resté droit. (...) Il a écrit l'histoire du cyclisme avec ses victoires dans le Tour (1983, 1984) et sa défaite pour huit secondes face à LeMond (en 1989)." Son rival américain, interrogé par France 24, a reconnu que Fignon avait été "l'un des meilleurs coureurs des 35, 40 dernières années." Ecoutez Greg LeMond au micro de Félix Briaud : Lance Armstrong, qui, lundi soir, avait laissé un message d'encouragement sibyllin sur son Twitter ("Allez Laurent !!!"), a réagi à l'annonce de la mort du champion français. "Je viens juste d'apprendre que Laurent Fignon s'était éteint. C'était un ami et une légende du cyclisme. Tu vas nous manquer, Laurent. Repose en paix." D'autres légendes du cyclisme ont fait état du caractère et de l'intelligence de course de Fignon, comme son ancien coéquipier-adversaire Bernard Hinault. "Je suis très touché. C'était un combattant, il se battait pour la victoire comme moi, mais on menait toujours une lutte honnête, correcte. Là encore (face à la maladie) il s'est battu mais il n'a pas gagné", a-t-il confié à l'AFP. "Je ne garde que des bons souvenirs de lui. Même si c'était un concurrent combatif sur le vélo, on a partagé beaucoup de bons moments hors du vélo. Je l'ai toujours vu joyeux, heureux de vivre même dans les moments les plus difficiles." Ecoutez Bernard Thévenet au micro de Walid Berrissoul : Double vainqueur du Tour comme Fignon, Bernard Thévenet a salué un sportif "humainement" très fort "au caractère frondeur". Eddy Merckx, quintuple vainqueur du Tour, a, lui, parlé d'un "champion complet". "On ne peut pas remporter le Tour de France si on n'est pas un coureur complet. Et puis c'était aussi un homme d'une grande honnêteté. Il donnait toujours son opinion, il ne tournait pas autour du pot. C'était aussi quelqu'un de très intelligent, il avait toujours une très bonne analyse de la course. Malheureusement, il est parti beaucoup trop tôt. 50 ans, c'est bien trop jeune !", a regretté l'ancien champion belge sur RMC. Douillet : "ça met un coup à tout le sport français" Le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, a tenu à saluer le "style Fignon". "C'était aussi un caractère, avec un franc-parler qui ne s'est pas démenti pendant trente ans, quand il était coureur et ensuite en tant qu'organisateur ou consultant. Il n'hésitait pas à dire les choses. Il a incarné un cyclisme offensif, fait d'attaques variées et incessantes avec un côté chevaleresque. Dès qu'il est passé pro, on l'a remarqué avec ses cheveux blonds, ses lunettes rondes, sa réputation d'intellectuel... C'est quelqu'un qui avait du charisme." Ce "charisme" de Laurent Fignon a également marqué les responsables politiques, à commencer par Nicolas Sarkozy. "Lors du dernier Tour de France, qu'il a commenté avec une passion intacte et une énergie surhumaine, Laurent Fignon a montré qu'il était un homme qui savait faire face à son plus difficile combat. Il a donné alors, au monde entier, une leçon magistrale de dignité, de courage et d'humanité." David Douillet résume l'avis général : "Je suis choqué... Je pensais qu'il allait encore gagner celle-ci [cette bataille, ndlr]. Je pensais que ça irait de mieux en mieux. De l'avoir appris de manière brutale, ça me met un coup. C'était un ami, ça met un coup à tout le sport français".