Fiesta en vue en Jordanie ?

  • A
  • A
Fiesta en vue en Jordanie ?
Partagez sur :

Auteur d'un début de saison poussif en Suède, le team Citroën a refait l'essentiel de son retard sur Ford en l'espace de deux rallyes. Au Mexique puis au Portugal, les DS3 se sont montrées plus à l'aise que les Fiesta, s'affirmant ainsi sur le revêtement incontournable du championnat du monde: la terre. Une dynamique à confirmer en Jordanie sur un terrain que Mikko Hirvonen et Jari-Matti Latvala redoutent déjà.

Auteur d'un début de saison poussif en Suède, le team Citroën a refait l'essentiel de son retard sur Ford en l'espace de deux rallyes. Au Mexique puis au Portugal, les DS3 se sont montrées plus à l'aise que les Fiesta, s'affirmant ainsi sur le revêtement incontournable du championnat du monde: la terre. Une dynamique à confirmer en Jordanie sur un terrain que Mikko Hirvonen et Jari-Matti Latvala redoutent déjà. Sébastien Loeb à hauteur du leader Mikko Hirvonen et Citroën à dix longueurs seulement de Ford au classement des constructeurs, le double chevron a eu la terre profitable au Mexique et au Portugal. Refroidies sur la glace suédoise en lever de rideau de la saison 2011, les troupes d'Olivier Quesnel ont depuis trouvé leur rythme. Et c'est fort de deux victoires - une pour chacun de ses pilotes - que le team français s'apprête à défier son concurrent britannique dans la poussière jordanienne. Trahis tous deux par la casse de l'arbre de transmission de leur bolide, Mikko Hirvonen et Jari-Matti Latvala n'ont pas vécu un week-end lusitanien de tout repos, il y a trois semaines. Ce qui ne les a pas empêchés de prendre les points des troisième et quatrième places - le second s'étant même offert un troisième podium consécutif à cette occasion. "La compétition est serrée et passionnante et je suis sûr que cela va continuer comme cela toute la saison, concluait de fait le leader du team Ford. Je suis satisfait des performances de la Fiesta. La vitesse est là et nous devons continuer de travailler dur en essais pour améliorer la fiabilité." Depuis le Portugal, les Fiesta ont donc arpenté les routes les plus abrasives d'Espagne pour mettre à l'épreuve de nouvelles gommes Michelin. "Nous avons travaillé sur les pneus et les réglages sur les suspensions sur des routes assez rudes. J'ai eu un feeling positif avec ces nouveaux pneus", assure Mikko Hirvonen dans un communiqué. Un gage de confiance supplémentaire pour un pilote qui ne cache pas son appréhension à l'heure de retrouver la piste jordanienne. Une terre piégeuse sur laquelle il avait cassé la suspension de sa Focus et donc jeté l'éponge la saison passée. Hirvonen: "On ne voit que le bleu du ciel" "Sur tous les autres rallyes de la saison il y a toujours un point de repère derrière les crêtes pouvant être utilisé pour nous aider à positionner la voiture, comme un rocher, un poteau télégraphique ou un arbre. En Jordanie, il n'y en a pas ! On ne voit que le bleu du ciel, explique le Finlandais, pourtant lauréat du tout premier rallye WRC organisé ici-même, en 2008. Un pilote ne peut voir où va la route après les bosses, et cela donne encore plus d'importance aux notes." Son coéquipier Jari-Matti Latvala confirme: "Le rallye de Jordanie est l'un des plus difficiles. Notamment la spéciale Jordan River, qui fait plus de 40 km. C'est là que les écarts peuvent se creuser. On l'emprunte deux fois durant la deuxième étape. Le rallye peut se perdre ou se gagner ici." Tenant du trophée local, Sébastien Loeb balaiera en deuxième position lors de la première étape, derrière Hirvonen, et s'attend lui aussi à une belle bataille. "Au départ de chaque rallye, nous sommes au moins cinq à pouvoir viser la première place. Le rallye de Jordanie sera certainement très disputé", juge le septuple champion du monde dans un communiqué de son équipe. Une bagarre à suivre avec attention dès jeudi !