FFF: Le dossier s'alourdit

  • A
  • A
FFF: Le dossier s'alourdit
Partagez sur :

Et une charge supplémentaire sur le dos du football français, secoué comme rarement depuis les informations diffusées il y a une semaine par Mediapart. Le site d'information a dévoilé jeudi soir un listing interne de la FFF, compilant de manière statistique le nombre de joueurs susceptibles d'être bi-nationaux appartenant aux sélections de jeunes. Déclarations de François Blaquart à l'appui.

Et une charge supplémentaire sur le dos du football français, secoué comme rarement depuis les informations diffusées il y a une semaine par Mediapart. Le site d'information a dévoilé jeudi soir un listing interne de la FFF, compilant de manière statistique le nombre de joueurs susceptibles d'être bi-nationaux appartenant aux sélections de jeunes. Déclarations de François Blaquart à l'appui. Hasard ou pas, une semaine exactement après le début de l'affaire qu'il a révélé, Mediapart a rajouté ce jeudi soir une couche supplémentaire au désormais important dossier mettant en cause certaines sensibilités qui existeraient au sein du football français. Si l'on en croit la nouvelle bombe lâchée par le media électronique, et jusqu'ici on ne peut pas dire qu'il se soit trompé, la question des bi-nationaux n'était pas qu'un sujet abordé ici ou là dans les couloirs de la Direction technique nationale ou dans quelques réunions informelles. Mediapart diffuse un graphique à entête de la Fédération française de football listant le nombre de "joueurs sélectionnés FFF susceptibles à tout moment d'opter pour une autre nation sportive", comme le qualifie le titre du document. Six équipes sont concernées par ces chiffres, U16 à U21, avec la couleur jaune pour représenter le pourcentage des jeunes footballeurs en question. Ils représentent par exemple 49% chez les moins de 19 ans, 39% chez les moins de 16 ou 46% chez les moins de 21. Blaquart: "On soulève simplement une problématique..." Ce listing aurait été établi à la fin de l'hiver 2011 et François Blaquart, interrogé par Mediapart le 27 avril, soit la veille des premières révélations, d'expliquer ce mécanisme. "On a réellement mis les joueurs qui peuvent être attirés, sentimentalement, affectivement, par la nation dont un membre de leur famille est issu", débute celui qui a été suspendu samedi dernier, à titre provisoire, de ses fonctions de Directeur technique national. Mediapart s'interroge alors sur la manière d'établir ce constat. "On ne fait pas d'investigation dans ce genre. De toutes les façons, ça n'est pas très dur de savoir avec la médiatisation des joueurs... ", explique Blaquart, Notre étude n'est pas catégorique à 100%, C'est peut-être valable à 90%. Nous, on soulève simplement une problématique... Mais enfin, ce n'est pas dur à savoir ! C'est lié au nom, par exemple", s'agace, semble-t-il, l'ex-DTN. Le site d'information évoque ensuite le rapport à la religion qui pourrait entrer en jeu : "Les jeunes peuvent pratiquer, vous savez, il n'y a pas de barrière", ajoute Blaquart. Des propos qui tendent à confirmer en effet que la mise en place d'un système de quotas était bel et bien en marche, du moins une étude dans ce sens était déjà avancée.