Fernandez: "Tout est encore possible"

  • A
  • A
Fernandez: "Tout est encore possible"
Partagez sur :

Malgré d'encourageantes prestations, l'AJ Auxerre compte, à l'heure d'accueillir l'Ajax Amsterdam mercredi soir, trois défaites en trois matches de Ligue des champions. Et si Jean Fernandez ne préfère pas trop "parler des huitièmes", l'entraîneur auxerrois attend surtout une première victoire face aux Néerlandais, face à qui il alignera une formation très offensive, avec Quercia et Sammaritano devant.

Malgré d'encourageantes prestations, l'AJ Auxerre compte, à l'heure d'accueillir l'Ajax Amsterdam mercredi soir, trois défaites en trois matches de Ligue des champions. Et si Jean Fernandez ne préfère pas trop "parler des huitièmes", l'entraîneur auxerrois attend surtout une première victoire face aux Néerlandais, face à qui il alignera une formation très offensive, avec Quercia et Sammaritano devant. Jean, vous êtes derniers de ce Groupe G avec trois défaites en autant de matches, croyez-vous encore à la qualification pour les huitièmes de finale ? Même si nous réussissons à gagner ce match, c'est difficile aujourd'hui de parler des huitièmes en étant derniers de la poule avec trois défaites en trois matches. Maintenant, si mercredi on arrive à battre l'Ajax, on peut peut-être envisager l'Europa League et après s'il y a un concours de circonstances... Mais pour le moment on n'en est pas là, ce qui est important c'est de faire un bon résultat et un bon match en sachant que sur les trois premiers matches de la poule, à chaque fois ce n'est pas passé trop loin. Au niveau du jeu notamment, il y a eu des choses très intéressantes mais malheureusement les résultats ne sont pas allés dans notre sens. Et dans quel état d'esprit sont vos joueurs par rapport à cette qualification qui, mathématiquement, est toujours possible ? Les joueurs ont avant tout à l'esprit de faire un bon match et de ramener une victoire contre l'Ajax, pour peut-être envisager quelque chose de mieux. Ce qui est important c'est de gagner au moins un match, après comme je l'ai dit tout est encore possible. Les joueurs sont motivés parce qu'on n'est pas passé très loin d'un bon résultat contre l'Ajax, on a eu des possibilités de revenir alors qu'on était mené 0-2. Et on va jouer devant notre public, on représente aussi le football français donc tout ça fait qu'on a très envie de gagner un match dans cette compétition. Vos trois victoires consécutives renforcent-elles votre confiance avant de recevoir l'Ajax ? On est dans une bonne dynamique avec cette série de trois victoires dont deux en championnat et notamment la victoire au Parc. On est mieux dans le jeu, on est plus solide et on a aussi la réussite avec nous, parce que ça fait partie du jeu aussi. Les joueurs sont plus en confiance aujourd'hui qu'il y a trois semaines ou un mois. Donc voilà, on a des arguments dans notre équipe même si on doit encore noter certaines absences. "L'équipe progresse, c'est indéniable" Justement, parlez-nous de ces absents et surtout de votre attaque, qui s'annonce encore inédite... En plus des absences de Jelen et Le Tallec et des suspensions de Mignot et Oliech, Alain Traoré est lui aussi forfait en raison d'un petit hématome, on ne prendra donc pas le risque de le mettre dans le groupe. En ce qui concerne l'attaque, on va mettre en place un dispositif offensif avec Quercia et Sammaritano devant. Sammaritano a notamment réussi une belle prestation face à Bastia en Coupe de la Ligue (auteur d'un doublé, ndlr), il est très vif et adroit devant le but et j'ai donc choisi de le titulariser. Jean, on sent votre formation de plus en plus à l'aise en Ligue des champions au fil des matches. Comment analysez-vous cette évolution ? C'est vrai que depuis le début de la compétition, on a à chaque fois été à la hauteur de nos adversaires prestigieux, à commencer par le Zénith Saint-Pétersbourg, puis Milan, le Real et donc l'Ajax. Il nous a surtout manqué un peu de qualité, surtout sur le plan offensif. Vous avez dans toutes ces équipes-là des joueurs capables de faire la différence, des très bons joueurs européens voire les meilleurs au monde, et on l'a touché du doigt contre le Real. Il y a eu un équilibre dans le jeu pendant 90 minutes et il a suffit d'une action de Di Maria pour qu'on perde le match. Donc je pense que l'équipe progresse, c'est indiscutable à force de disputer des matches de ce niveau contre ces équipes-là. Cette expérience est acquise mais ce qui important maintenant c'est de gagner. Il nous reste trois matches. Ça sera difficile à Bernabeu contre le Real et là on a deux matches à domicile, l'Ajax puis le Milan, avec a priori le plus facile, tout en les respectant, face à l'Ajax. Il faut donc prendre un maximum de points sur ces deux matches et on fera le bilan après.