Fernandez: "L'OM était trop fort"

  • A
  • A
Fernandez: "L'OM était trop fort"
Partagez sur :

Fair play comme à son, habitude, Jean Fernandez reconnaissait volontiers la supériorité de l'OM sur son AJA au terme de la demi-finale de Coupe de la Ligue jouée mercredi soir à l'Abbé-Deschamps (0-2). Malgré la mauvaise passe actuellement traversée par son équipe, le technicien icaunais assure ne pas être inquiet, focalisé désormais sur l'objectif ultime du club bourguignon: le maintien.

Fair play comme à son, habitude, Jean Fernandez reconnaissait volontiers la supériorité de l'OM sur son AJA au terme de la demi-finale de Coupe de la Ligue jouée mercredi soir à l'Abbé-Deschamps (0-2). Malgré la mauvaise passe actuellement traversée par son équipe, le technicien icaunais assure ne pas être inquiet, focalisé désormais sur l'objectif ultime du club bourguignon: le maintien. Jean, avez-vous des regrets ce soir ? Non, Marseille mérite sa victoire. Si j'ai des regrets, c'est peut-être sur le début de match. Si on a la chance de marquer sur notre première occasion, ça peut changer la donne. Et puis il y a sans doute une faute au départ de l'action du premier but...ça nous a fait mal. Psychologiquement, la perte de Benoît aussi a été difficile à digérer. Jelen et Le Tallec sont entrés en jeu, on a tout tenté, mais l'OM était trop fort. Et on a un peu manqué d'agressivité. En savez-vous plus sur la nature de la blessure de Benoît Pedretti ? Non, pas encore. Il doit passer une IRM demain dans la journée. Il souffre des adducteurs et des ischios. En tant que milieu de terrain, on le sait plus ou moins fragile à ce niveau-là. On ne veut prendre aucun risque en tout cas. Dudka jouait milieu défensif ce soir mais ça n'a pas eu l'effet escompté... C'est le fruit d'une réflexion poussée que j'ai eue à partir du match de championnat, et en me référant au match de Marseille contre Bordeaux. Le but était d'être plus compact dans l'entre-jeu, tout en gardant nos points forts affichés face à Monaco, avec notamment ce tandem Quercia-Traoré. On est bien entré dans le match mais ça ne suffit pas sur 90 minutes. A défaut d'avoir été impressionnant, Marseille s'est montré d'une redoutable efficacité ce soir... Oui, ils ont été impressionnants, solides dans l'axe et dans le jeu aérien, nous laissant peu d'espaces. Et puis ils ont une dimension athlétique et technique supérieure à la moyenne. Si on ajoute à ça l'efficacité de leurs attaquants, qui ont inscrit deux buts en deux matches chacun, on pouvait difficilement rivaliser... On est tombé sur une équipe de qualité qui va sans doute jouer le titre cette année encore. "Je ne suis pas inquiet" Votre équipe a semblé manquer de rythme ce soir... Oui, effectivement. Avant la trêve, c'était difficile pour nous parce qu'on avait beaucoup de blessés. Et aujourd'hui, avec les retours de blessures, c'est difficile sur le plan physique et au niveau des automatismes. Et puis il y a ce manque de réalisme qui nous avait déjà fait défaut contre Monaco. Ne craignez-vous pas que la saison soit longue pour vous désormais ? C'est possible mais au moins, on va pouvoir prendre le temps de préparer chacun des matches qui nous restent à jouer. Il nous reste une compétition: le championnat, et on se doit de bien y figurer. Désormais, notre objectif est le maintien en L1. Ce sera peut-être difficile mais je ne suis pas inquiet. Nous avons un effectif de qualité avec les joueurs qu'il faut pour nous en sortir. Pour des joueurs qui ont joué les plus grands clubs en Ligue des champions cette saison, n'y a-t-il pas un risque de démobilisation ? Non, je ne pense pas. Nous avons de nombreux joueurs d'expérience et ils savent faire la part des choses. Le Real Madrid, l'AC Milan, c'est derrière nous maintenant. Il faut au contraire qu'on se serve de cela pour avancer en championnat.