Fernandez dit oui à Nancy

  • A
  • A
Fernandez dit oui à Nancy
Partagez sur :

L'AS Nancy-Lorraine a officialisé, ce dimanche, par le biais d'un communiqué publié sur son site officiel, l'arrivée de Jean Fernandez à la tête de l'équipe première. Séduit par le projet du président Jacques Rousselot, Jean Fernandez quitte donc l'AJ Auxerre après cinq saisons passées en Bourgogne, où pourrait lui succéder Guy Lacombe.

L'AS Nancy-Lorraine a officialisé, ce dimanche, par le biais d'un communiqué publié sur son site officiel, l'arrivée de Jean Fernandez à la tête de l'équipe première. Séduit par le projet du président Jacques Rousselot, Jean Fernandez quitte donc l'AJ Auxerre après cinq saisons passées en Bourgogne, où pourrait lui succéder Guy Lacombe. C'est assurément une première recrue de qualité. Annoncé en contact avec plusieurs clubs de Ligue 1, Jean Fernandez s'est finalement engagé dimanche avec l'AS Nancy-Lorraine, qui a sauvé sa place parmi l'élite in extremis grâce à une fin de saison en tous points remarquable. Sochaux, Bordeaux, Marseille et Lyon, qui s'étaient tous rapprochés du désormais ex-entraîneur d'Auxerre, en sont donc quittes pour poursuivre leurs recherches respectives. En contact direct avec Jacques Rousselot, le président lorrain, Fernandez a donc été séduit par son discours, porteur d'un projet concret. Il faut dire qu'en annonçant son départ dès la fin du mois de mars, Pablo Correa avait offert à son président une longueur d'avance pour préparer sa succession. Mais Fernandez, considéré comme l'un des meilleurs techniciens de l'Hexagone, était logiquement l'un des plus convoités, c'est donc un bon coup réalisé par l'ASNL. Avec un effectif limité, l'ancien entraîneur de l'OM a réussi, il y a deux saisons, à qualifier l'AJA pour la Ligue des champions, une performance remarquable qui lui avait alors valu le Trophée UNFP de meilleur entraîneur de Ligue 1. Mais au-delà de ce fait d'arme, Fernandez jouit d'une image de technicien qui fait bien jouer les équipes qu'il dirige, ainsi que celle d'un dénicheur de talents. C'est effectivement lui qui avait lancé à Cannes un certain Zinedine Zidane, également lui qui était allé chercher en National un certain Franck Ribéry, alors qu'il était en poste à Metz. Auxerre, Lacombe pour lui succéder ? Nul doute que ces deux aspects de son profil ont plu à Jacques Rousselot. Dotée d'un terrain synthétique souvent idéal pour les équipes joueuses, à l'image de Lorient, l'AS Nancy-Lorraine souhaitait une rupture nette avec le jeu parfois restrictif longtemps prôné par Correa. En ce sens, la venue de Jean Fernandez s'apparente à une évidence. Quitte à refuser d'aller à Lyon ou Bordeaux. Pour Auxerre, le départ de Jean Fernandez est une lourde perte. De retour aux affaires depuis peu, Gérard Bourgoin se voit confier la tâche ardue de lui trouver rapidement un successeur crédible, alors que son travail était apprécié de tous en Bourgogne. Le nom de Guy Lacombe revient avec insistance depuis plusieurs jours. Lacombe affiche un profil qui ressemble à celui de son aîné, notamment en ce qui concerne les jeunes talents. Mais il reste aussi, et surtout, sur deux cuisants échecs, au PSG puis à Monaco, qui ne s'est pas remis de son passage au point d'être relégué en Ligue 2. Alors, sa nomination en remplacement de Fernandez ne devrait certainement pas faire l'unanimité. Un moindre mal.