Federer tient sa revanche

  • A
  • A
Federer tient sa revanche
Partagez sur :

Solide, Roger Federer n'a pas tremblé pour éliminer Juan Martin Del Potro au deuxième tour du tournoi de Cincinnati dans la nuit de mardi à mercredi (6-3, 7-5). Pour son entrée en lice dans l'Ohio, le Suisse a disposé de son tombeur en finale de l'US Open 2009 à l'occasion de leur première confrontation depuis la longue blessure de l'Argentin.

Solide, Roger Federer n'a pas tremblé pour éliminer Juan Martin Del Potro au deuxième tour du tournoi de Cincinnati dans la nuit de mardi à mercredi (6-3, 7-5). Pour son entrée en lice dans l'Ohio, le Suisse a disposé de son tombeur en finale de l'US Open 2009 à l'occasion de leur première confrontation depuis la longue blessure de l'Argentin. "Je m'attendais à un match difficile contre Juan Martin pour des raisons évidentes, et cela s'est mieux passé que je ne le pensais". Soulagé Roger Federer au moment de confier ses impressions au site de l'ATP ? Sans doute, car si le Suisse disposait d'un historique favorable contre son adversaire du jour (6 victoires à 2), l'ancien numéro 1 mondial n'avait pas oublié qu'il restait sur deux revers de rang face à Juan Martin Del Potro. Et pas n'importe lesquelles s'il vous plait puisqu'il ne s'agissait ni plus ni moins que de deux défaites, en finale de l'US Open puis au Masters en 2009. De ce sommet à Flushing Meadows, seul titre du Grand Chelem au palmarès de Del Potro, Federer garde un douloureux souvenir : "l'une des pires défaites" de sa carrière comme il le confiait avant leurs retrouvailles près de deux ans après une finale où il était passé à deux points d'un sixième titre consécutif sur le dur américain. Il y avait donc une part d'exorcisme à chasser ce vieux démon face à un joueur sur le retour, encore en quête de certitudes mais disposé à réaliser une belle tournée américaine. Logiquement, Federer s'est donc surtout attaché à ne jamais le rassurer. "J'ai fait un super premier set. Je ne lui ai pas permis de jouer son jeu, il n'a pas été trouvé son rythme", admet le quadruple vainqueur à Cincinnati, record partagé avec Mats Wilander. Avec 83% de points gagnés sur son service, 75% de première balle, le Suisse s'est appuyé sur un gros service pour distancer Del Potro, agressé sur sa mise en jeu mais habile pour sauver 6 balles de break. Insuffisant toutefois pour inquiéter un adversaire tout simplement au dessus et vainqueur en deux sets (6-3, 7-5) après avoir effacé une balle de break en début de deuxième manche. Blake et Berdych l'attendent "Je me sentais bien ce soir, mais Roger a joué comme un numéro un mondial", a reconnu l'Argentin, soulignant justement la qualité de l'engagement de son adversaire : "Il était très à l'aise avec son service, et c'est très important contre les meilleurs joueurs comme lui. Je me sens comme quand nous avions joué en demi-finales à Roland-Garros, il avait joué de manière incroyable et m'avait battu au cinquième set. Je pense qu'il a joué exactement de la même manière", admettait le 19e joueur mondial alors que Federer se tournait déjà vers une autre revanche. James Blake l'attend en effet en huitièmes de finale, quatre ans après leur finale ici même, remportée par le Suisse (6-4, 6-1), trois ans après le quart de finale aux JO de Pékin, son seul revers contre l'Américain en dix confrontations. Et puisque Cincinnati a décidément un goût de vendetta helvète, Tomas Berdych, son tombeur à Wimbledon l'an passé, pourrait se trouver sur sa route en quarts...