Federer: "Pas mal de frustration"

  • A
  • A
Federer: "Pas mal de frustration"
Partagez sur :

Eliminé par Jürgen Melzer vendredi à Monte-Carlo (6-4, 6-4), Roger Federer regrette d'avoir laissé passer trop d'occasions. Mais le Suisse, loin de s'alarmer, demeure satisfait de son premier tournoi sur terre battue de la saison. Pressé de rentrer chez lui, le n°3 mondial va maintenant mettre les bouchées doubles à l'entraînement pour préparer les grandes échéances à venir.

Eliminé par Jürgen Melzer vendredi à Monte-Carlo (6-4, 6-4), Roger Federer regrette d'avoir laissé passer trop d'occasions. Mais le Suisse, loin de s'alarmer, demeure satisfait de son premier tournoi sur terre battue de la saison. Pressé de rentrer chez lui, le n°3 mondial va maintenant mettre les bouchées doubles à l'entraînement pour préparer les grandes échéances à venir. Roger, contre toute attente, vous vous inclinez contre Jürgen Melzer en quart de finale de ce Masters 1000 de Monte Carlo. Avez-vous eu du mal à vous mettre dans le match ? Ou est-ce plutôt le jeu de votre adversaire qui vous a causé des soucis ? C'est une combinaison de plusieurs choses. Je ne pense pas avoir joué si mal que ça. Alors bien sûr, c'était la première semaine de la saison sur terre, donc je ne m'attendais pas à jouer mon meilleur tennis. Si j'y étais parvenu, cela aurait été une jolie surprise. Je pense avoir fait un tournoi solide. Jürgen a bien joué lorsqu'il devait le faire. Comme je le disais, les opportunités que j'ai laissées filer ont été trop nombreuses aujourd'hui. J'aurais vraiment dû gagner au moins un des deux sets. Mais j'étais mené, je courrais derrière le score. A chaque fois que j'avais une petite ouverture, les choses ne tournaient pas en ma faveur. Toutes ces petites choses accumulées les unes aux autres ont engendré pas mal de frustration. C'est ce qui a rendu le match compliqué. Mais il faut reconnaître que Jürgen a fait du bon boulot. Il a été agressif, a joué comme il le devait. Cela change-t-il quelque chose de s'incliner face à un autre joueur que Nadal ou Djokovic ? Pas vraiment. Je ne pense pas avoir perdu contre un autre gaucher que Nadal en, disons, six ou sept ans. C'est une chose dont je suis satisfait. Mais il est toujours décevant de perdre, quel que soit le mec en face. Du moment que tu fais tout ton possible, que tu sens que tu as donné le maximum : c'est tout ce qui compte. J'aurais aimé aller plus loin dans le tournoi, c'est certain. Mais j'ai joué trois matches, je suis assez content. Une défaite face à un autre joueur que Nadal ou Djokovic est-elle plus difficile à encaisser pour vous ? Melzer n'est pas tout à fait du même « calibre », même s'il fait partie du Top 10... Non. Ce tournoi, que vous n'avez jamais remporté, vous pose-t-il problème ? Quand tu fais trois fois finale, ça veut tout de même dire que c'est un tournoi que tu aimes, un tournoi où tu peux bien jouer. Mais Nadal ne laisse pas beaucoup de place pour gagner des Masters 1000 sur cette surface... "J'ai gaspillé trop d'opportunités" Malgré la défaite, cette participation au tournoi reste-t-elle une chose positive ? J'ai espéré faire mieux, c'est certain. Mais je ne repars pas d'ici avec une grosse déception. Mais je voulais passer quelques tours, ce que je suis parvenu à faire. J'ai bien joué contre Kohlschreiber et Cilic, et aujourd'hui, je n'ai pas non plus fait un mauvais match, même si je me suis incliné. A mon avis, le score ne traduit pas vraiment la réalité du terrain. Les circonstances étaient difficiles, comme l'an passé. Ce vent a-t-il été un élément perturbant... et déterminant ? Le vent joue forcément sur le jeu des deux joueurs qui sont sur le terrain. Lorsque ça s'est levé en début de 2e set, être mené au score n'a certainement pas aidé. J'avais du mal à trouver mon rythme, j'essayais de tenter des choses mais c'était compliqué. Après, même avec ce vent, j'aurais pu revenir dans la partie. Mais Jürgen a bien joué, a été agressif, a varié son jeu. Il est évident que j'ai gaspillé trop d'opportunités aujourd'hui. J'ai fait ce que je pouvais, mais au final, ce n'était pas assez. Quel est votre programme ces prochaines semaines ? Je vais rentrer m'entraîner en Suisse quelques jours, sur terre. Heureusement, les prévisions météos sont bonnes, donc je devrais pouvoir m'entraîner dehors. Au pire, je taperai sur terre en indoor, ou j'irai tôt à Madrid. On verra. En tout cas, j'ai hâte de rentrer à la maison. Sur quoi comptez-vous mettre l'accent ? Ce mois est très important pour travailler tous les aspects de mon jeu, être prêt physiquement et mentalement à enchaîner Madrid, Rome, Roland-Garros, Halle et Wimbledon. C'est quand même quelque chose, donc mieux vaut arriver prêt ! Ce à quoi je m'attacherai ces prochaines semaines.