Federer n'est pas inquiet

  • A
  • A
Federer n'est pas inquiet
Partagez sur :

TENNIS: Roger Federer aura à coeur de se défaire de Fernando Verdasco dimanche pour sa première apparition cette saison au Masters de Londres.

Auteur d'une piètre prestation à Bercy avec cette élimination prématurée face au Français, Julien Benneteau, Roger Federer reste confiant pour le Masters de Londres et sait qu'il reste un sérieux candidat à la victoire finale. A lui de confirmer son statut de numéro un mondial dès dimanche face à Fernando Verdasco. C'est sans trop de points de repères que Roger Federer aborde ce dimanche le Masters de Londres. Battu en finale de son tournoi de Bâle par Novak Djokovic puis par Julien Benneteau dès son entrée en lice au Masters 1000 de Paris-Bercy, le Suisse n'a joué que six matches depuis début septembre. Le numéro un mondial s'est en effet accordé un long break de six semaines au lendemain de sa défaite en finale de l'US Open, une pause largement consacrée à sa famille avant de reprendre le chemin de l'entraînement. S'il est coutumier du fait, Federer n'a pas livré de garantie sur son niveau de jeu actuel. Dans quel état d'esprit va-t-il démarrer le Masters ? Sa motivation sera-t-elle suffisante pour se mesurer à Andy Murray, Juan Martin Del Potro et Fernando Verdasco, ses adversaires dans le groupe A ? Des questions dont lui seul a la réponse."Je ne suis pas inquiet pour Londres car vraiment je sens que j'ai encore du beau tennis en moi", a estimé le Bâlois après son revers contre Benneteau. Seulement, subir deux défaites consécutives interpelle forcément quand on s'appelle Roger Federer. Cela ne lui était plus arrivé depuis près de deux ans: en début de saison 2008, il avait été battu par Djokovic en demi-finales de l'Open d'Australie, avant de perdre contre Andy Murray dès son entrée en lice à Dubaï. "C'est la fin de la saison, c'est dur pour tout le monde et franchement je ne joue plus si souvent que ça en indoor donc peut-être que ça joue aussi", a-t-il tenté d'expliquer. Mais un constat ne trompe pas: c'est la première fois en neuf ans qu'il ne remporte pas de titre en indoor.Federer: "Vous pouvez jouer votre meilleur tennis jusqu'à 32 ou 33 ans"La saison 2009 est en tout point réussie pour le Bâlois: un premier sacre à Roland-Garros, une quinzième couronne en Grand Chelem (nouveau record) après sa victoire à Wimbledon et la place de numéro un mondial récupérée à Rafael Nadal. Pourtant, il semblerait que sa défaite en finale de l'US Open ait laissé plus de traces qu'il n'y parait. D'autant que son trône est toujours sous la menace de l'Espagnol. Mais il faudrait que le Majorquin réalise un tournoi quasi parfait, conjugué à une grosse contreperformance de Federer. Tous ces records battus au fil des ans n'auraient-ils pas altéré sa motivation ? A 28 ans, le Suisse a déjà entamé la deuxième moitié de sa carrière. Il devra se fixer des objectifs pour rester parmi les meilleurs et il a déjà sa petite idée derrière la tête: "Vous pouvez définitivement jouer votre meilleur tennis jusqu'à 32 ou 33 ans, cela dépend juste de votre vision de la chose. Beaucoup de gens m'ont demandé quand j'allais prendre ma retraite. Et j'ai répondu que j'étais certain de jouer au moins jusqu'aux Jeux Olympiques de 2012.", a-t-il avancé dans les colonnes du Sunday Times. Son avenir est entre les mains de Pierre Paganini, préparateur physique français, récemment débauché de l'ATP. Sacré défi !