Federer met les choses au point

  • A
  • A
Federer met les choses au point
Partagez sur :

Un peu moins d'un mois après sa défaite en demi-finale de l'Open d'Australie, Roger Federer a fait son retour sur les courts, au 1er tour du tournoi de Dubaï, contre Somdev Devvarman. Une formalité pour le Suisse, vainqueur en deux manches (6-3, 6-3), lui qui avait tenu à rappeler avant le tournoi qu'il était loin d'être sur le déclin.

Un peu moins d'un mois après sa défaite en demi-finale de l'Open d'Australie, Roger Federer a fait son retour sur les courts, au 1er tour du tournoi de Dubaï, contre Somdev Devvarman. Une formalité pour le Suisse, vainqueur en deux manches (6-3, 6-3), lui qui avait tenu à rappeler avant le tournoi qu'il était loin d'être sur le déclin. On l'avait perdu de vue depuis sa demi-finale perdue contre Novak Djokovic (7-6, 7-5, 6-3) à l'Open d'Australie. Roger Federer effectue cette semaine sa rentrée sur le circuit, à Dubaï, son lieu de résidence, après plus de trois semaines de vacances. Triple vainqueur de l'épreuve et tête de série n°1 en l'absence de Rafael Nadal, le Suisse était opposé à l'Indien Somdev Devvarman, ce mardi, pour son entrée en lice. Un adversaire hargneux et déterminé, appuyé par le public, pas du tout hostile à Federer, mais qui avait certainement envie de voir un "vrai match". Impeccable au service durant la première manche, Federer, sans toutefois forcer son talent, a dû un peu plus batailler dans la seconde, sauvant notamment deux balles de break à 1-2. En 1 heure et 15 minutes (6-3, 6-3), le Suisse a validé son ticket pour le 2e tour, où il retrouvera l'Espagnol Marcel Granollers, avant un possible quart contre Gulbis ou Stakhovsky. Mais on retiendra plutôt la conférence de presse du numéro deux mondial, avant le début du tournoi, où le Bâlois avait semble-t-il envie de faire passer quelques messages. Non, il n'est pas fini. Et oui, il a encore énormément d'ambitions et même des rêves olympiques. Extraits. "Je n'ai pas ressassé le match contre Novak, a d'abord expliqué Federer, rapporte le site de l'ATP. J'ai plutôt réfléchi à mon premier mois, comment ça s'est passé (titré à Doha, ndlr). J'ai fini l'Open d'Australie frais mentalement et physiquement." Derrière le Suisse et Rafael Nadal, la concurrence se fait toujours plus pressante. Djokovic n'est plus qu'à 85 points de Federer au classement mondial (*), et Robin Söderling enchaîne les titres, et a affiché ouvertement ses ambitions en Grand Chelem. Mais Federer, qui n'a pas remporté l'un des quatre derniers tournois majeurs pour la première fois depuis 2003, estime que la passation de pouvoir au sommet du tennis mondial n'est pas encore pour tout de suite. "Je me projette toujours un an et demi en avant" "Il y avait beaucoup de buzz autour de Nadal et son 'Rafa Slam'. Novak, Andy (Murray) et Rafa jouent bien, mais le changement de garde (l'avènement de la jeune garde, ndlr) ne se fait pas en trois jours. Ce n'est pas parce qu'un 'top player' ne joue pas bien qu'il est forcément fini, estime le Suisse, satisfait de ses performances. Je pense que je joue bien. Si ce n'était pas le cas, ce serait différent. Si j'avais perdu rapidement à Doha et à Melbourne, vous pourriez vous poser la question. Mais j'ai très bien fini l'année dernière, aussi." A l'entendre, l'avenir s'annonce encore riche en titres pour Federer. "Je n'ai jamais pensé m'arrêter. En vacances, je me projette toujours un an et demi en avant. Là, j'ai pensé aux Jeux Olympiques de Londres en 2012." D'ailleurs, le fait d'avoir 30 ans en août inspire plus de fierté que de craintes au Suisse. "Le challenge pour moi a été de rester en forme toutes ces années. Je suis parvenu à le faire. Je n'ai pas besoin de penser à ce que je dois faire pour avoir une vie saine. Je peux me concentrer sur ma forme, sur le tennis, les entraînements, le calendrier." En pleine forme, on vous dit. ------------------------------------ (*) A nuancer, toutefois, car Djokovic a 500 points à défendre cette semaine, et Federer avait très peu joué en février-mars l'an dernier.