Federer, les pieds sur terre

  • A
  • A
Federer, les pieds sur terre
Partagez sur :

Entrée en lice convaincante pour Roger Federer ce mardi dans le Masters 1000 de Monte-Carlo. Le Suisse, tête de série n°2, s'est défait sans difficulté de l'Allemand Philipp Kohlschreiber en deux manches (6-2, 6-1) pour accéder aux huitièmes de finale. Un chemin que va tenter de suivre Jo-Wilfried Tsonga, attendu sur le court central pour affronter Ivan Ljubicic.

Entrée en lice convaincante pour Roger Federer ce mardi dans le Masters 1000 de Monte-Carlo. Le Suisse, tête de série n°2, s'est défait sans difficulté de l'Allemand Philipp Kohlschreiber en deux manches (6-2, 6-1) pour accéder aux huitièmes de finale. Un premier match sur terre battue suscite toujours un peu d'appréhension. Après plusieurs mois sur dur, la transition reste une période délicate que Roger Federer a voulu la plus efficace possible. Arrivé à Monaco il y a une semaine, le Suisse a mis ce laps de temps à contribution pour s'adapter du mieux possible à la surface ocre. "Je suis content de la manière dont je joue, dont je tape la balle, dont je me déplace, avait détaillé le Suisse le week-end dernier. Mais l'entraînement ne compte pas comme un match, alors il va falloir attendre pour voir." Attendre son entrée en lice à Monte-Carlo contre Philipp Kohlschreiber pour voir que tout va bien: victoire en deux manches ce mardi (6-2, 6-1) en 50 minutes et une solide impression laissée sur le court central. Pour son premier match sur terre battue depuis sa défaite en quart de finale face à Robin Söderling à Roland-Garros en juin dernier, Federer avait besoin de se rassurer. Pas question de s'engager dans un match piège comme il a pu en faire l'amère expérience il y a trois ans en Principauté. Mené 5-1 dans le troisième set contre Ruben Ramirez Hidalgo, le Bâlois s'était arraché pour finalement s'imposer au jeu décisif. Ce mardi, c'est plutôt un tour de chauffe que lui a proposé Kohlschreiber. Tranchant sur sa mise en jeu, appliqué en fond de court (neuf fautes directes au total), Federer a aussi profité des mauvais choix de son adversaire. "Je pense que j'ai bien joué, j'ai adopté la bonne tactique, sans commettre trop de fautes, a-t-il expliqué devant la caméra de Canal+ Sport après la rencontre. Mais il n'a pas fait le match de sa carrière non plus." Kohlschreiber dispose pourtant de quelques bonnes références sur terre battue, comme ses deux quarts de finale à Monte-Carlo (2007 et 2010) et un huitième à Roland-Garros il y a deux ans, avec une victoire sur Novak Djokovic au passage. Mais il n'a pris qu'un set à Federer au cours des cinq précédentes confrontations. Là, il n'a pris que trois petits jeux. "Il ne faut pas s'emballer trop vite, a prévenu le Suisse. Je ne suis pas ici pour être en vacances. C'est important de bien négocier match après match et bien entrer dans la saison sur terre. J'ai déjà fait trois finales ici, donc c'est un tournoi que j'apprécie." Une quatrième ne serait pas pour lui déplaire. Et s'il remporte le tournoi pour la première fois de sa carrière dimanche, Federer repasserait n°2 mondial.