Federer, le temps d'un doute

  • A
  • A
Federer, le temps d'un doute
Partagez sur :

Roger Federer s'est fait une petite frayeur pour son entrée en matière à Doha. Faisant face à trois balles de set consécutives dans la première manche de son match face à Thomas Schoorel, joueur sans la moindre victoire sur le grand circuit, le Suisse est passé tout près de la correctionnelle avant de serrer le jeu. Finalement vainqueur en 1h18 (7-6, 6-3), le n°2 mondial retrouvera au deuxième tour son compatriote Chiudinelli. Rafael Nadal a été plus rapide face à Beck (6-3, 6-0).

Roger Federer s'est fait une petite frayeur pour son entrée en matière à Doha. Faisant face à trois balles de set consécutives dans la première manche de son match face à Thomas Schoorel, joueur sans la moindre victoire sur le grand circuit, le Suisse est passé tout près de la correctionnelle avant de serrer le jeu. Finalement vainqueur en 1h18 (7-6, 6-3), le n°2 mondial retrouvera au deuxième tour son compatriote Chiudinelli. Rafael Nadal a été plus rapide face à Beck (6-3, 6-0). Roger Federer, pour son premier match officiel de l'année, ne s'attendait sans doute pas à avoir autant de fil à retordre. Opposé à Thomas Schoorel, jeune joueur néerlandais de 21 ans sans aucune référence sur le grand circuit (un seul match, perdu face à Benjamin Becker en octobre dernier à Stockholm), le Suisse a fait durer le plaisir bien plus qu'on ne l'imaginait au moment de l'entrer des deux hommes sur le court. Ce duel tant déséquilibré sur le papier - 743 victoires contre 0, 61 millions de dollars de gain en carrière contre 65 000 - a pourtant longtemps tenu en haleine le public qatari, jusqu'à ce que l'illustre inconnu, passé par les qualifications, ne cède pour la première fois son jeu de service au quatrième jeu de la deuxième manche. Car avant de perdre pied, ce grand gaucher avait eu le don de perturber son illustre aîné, au point d'obtenir trois balles de set consécutives sur la mise en jeu de Federer à 5-4. Mené 0/40 sur son engagement, l'homme aux 16 levées du Grand Chelem, qui avait déjà dû effacer une balle de break deux jeux plus tôt, sortait alors ses meilleurs coups pour écarter le danger et recoller à 5-5. Il faisait un petit peu plus tard parler son expérience dans le jeu décisif qu'il remportait par 7 points à 3 (7-6). Federer: "Il a un bel avenir ce joueur" Le plus dur semblait avoir été fait pour le vainqueur des éditions 2005 et 2006, mais Schoorel, doté d'une bonne première balle et capable d'envoyer des grosses frappes à plat en coup droit comme en revers, s'accrochait encore à ses basques. A 1-1, le Néerlandais se procurait ses cinquième et sixième balles de break du match, mais la réussite le fuyait comme sur les précédentes. Au jeu suivant, Federer s'emparait lui de la mise en jeu du 168e joueur mondial sur sa...première occasion de la partie. Et ce coup-ci, la résistance de Schoorel en prenait un coup. Federer validait quelques instants plus tard sa première victoire en 2011, étant à l'origine au passage d'un point exceptionnel dans l'avant-dernier jeu. Pris dans son replacement, le Bâlois lâchait un coup entre les jambes du fond du court face à la balle qui laissait son jeune adversaire à deux mètres... Peut-être déjà le plus joli coup de l'année ! Federer va désormais mettre le cap sur son compatriote Marco Chiudinelli, vainqueur en trois manches du Marocain Reda El Amrani (3-6, 7-6, 6-3). Quant à Schoorel, il retiendra certainement le petit compliment glissé par le Suisse à l'issue du match. "Il a un bel avenir ce joueur." Voilà qui devrait lui donner des ailes pour poursuivre son ascension.