Federer: "Jamais été un favori ici"

  • A
  • A
Federer: "Jamais été un favori ici"
Partagez sur :

Vainqueur du tournoi en 2009, Roger Federer arrive cette année à Roland-Garros avec moins de pression que d'habitude tant la rivalité naissante entre Nadal et Djokovic occupe la scène médiatique. Une situation qu'il dit apprécier, même s'il explique ne jamais s'être senti dans la peau d'un favori à Paris. Quant à son premier match face à Feliciano Lopez, le Suisse est sur ses gardes.

Vainqueur du tournoi en 2009, Roger Federer arrive cette année à Roland-Garros avec moins de pression que d'habitude tant la rivalité naissante entre Nadal et Djokovic occupe la scène médiatique. Une situation qu'il dit apprécier, même s'il explique ne jamais s'être senti dans la peau d'un favori à Paris. Quant à son premier match face à Feliciano Lopez, le Suisse est sur ses gardes. Roger, comment vous sentez-vous à l'entraînement ? Ça va. Je me suis senti un peu fatigué après Rome. J'ai pris trois jours de congé. Puis je suis venu directement à Paris le samedi (le 21 mai), je suis là depuis un moment. Je m'entraîne bien, il a fait beau. Je me sens en bonne forme. Je pense avoir une forme à peu près équivalente à celle des deux dernières années. Les balles sont nouvelles, j'ai eu le temps de m'y habituer. On parle beaucoup actuellement de ce que font Nadal et Djokovic, pensez-vous que c'est important pour vous de confirmer que vous êtes le gars à battre ? Je n'ai jamais été un favori en arrivant sur ce tournoi, je n'ai d'ailleurs pas eu de bons résultats tous les ans. Pour une fois, dans ce tournoi, je sens moins de pression par rapport aux dernières années. L'année dernière, j'étais le tenant en titre qui devait défendre son trophée. Avant que je ne gagne Roland-Garros, on me posait toujours la question de savoir si j'allais pouvoir le gagner un jour. Cette année, on attend davantage de choses de Rafa, de Novak. C'est une bonne chose pour moi et cela peut signifier plus de pression pour eux. Mais on sait gérer ce type de situation, nous sommes des joueurs expérimentés. Je vais faire tout ce que je peux pour gagner une fois de plus ce tournoi. Certains joueurs disent que les nouvelles balles utilisées ici cette année permettent un peu moins de varier le jeu, l'avez-vous remarqué et est-ce quelque chose qui vous dérange par rapport à votre jeu ? Oui, je trouve que c'est rapide. Il faut jouer quelques échanges ou quelques jeux très durs avec elles pour qu'elles soient plus lentes. Il y a une assez grande différence quand les balles sont usées par rapport à quand elles sont neuves. Ce sera intéressant à voir, mais ce n'est pas le seul tournoi où c'est comme cela, on a quand même l'habitude. Le spectateur ne réalise même pas quelquefois quand il y a des changements de balles. Pour le joueur, c'est important, il faut se concentrer pour bien, s'y adapter. Mais il faut que je joue un premier match pour pouvoir en dire plus. "Un premier tour dangereux" Un petit mot sur votre premier adversaire, Feliciano Lopez, et votre partie de tableau. C'est un premier tour difficile et je pense que ce sera un match intéressant. Comme à Madrid il y a quelques jours (victoire du Suisse 7-6, 6-7, 7-6 après avoir sauvé une balle de match, ndlr). Avec Feliciano On se connaît depuis très longtemps, depuis les juniors. J'étais surpris quand j'ai entendu que j'allais jouer contre lui. Je pense que c'est un premier tour dangereux. La suite, on verra bien. Le deuxième tour, je ne connais personne... après pas trop... J'ai vu des têtes de série assez difficiles dans ma partie. Rafa a un tableau difficile, moi aussi, Novak aussi, pour Murray je n'ai pas trop suivi... Le tableau est assez intéressant, surtout au début du tournoi pour les meilleurs. Que pensez-vous de la série de victoires de Djokovic ? Est-ce que ses deux victoires contre Nadal sur terre battue vous ont surpris ? J'ai suivi cela avec attention. Au début, je n'en parlais pas trop encore car c'était une petite série. Il gagne deux ou trois tournois d'affilée... Miami encore puis il n'a pas joué Monte-Carlo. Ce qu'il a fait est incroyable. C'est un début de saison phénoménale. C'est très sympa à vivre, c'est clair et net. J'ai réussi plusieurs séries dans ma carrière comme cela, et à la fin tout s'arrête, c'est ce qui est un peu difficile. Et plus on en parle, et plus c'est difficile à gérer. Ces derniers mois Novak a joué d'une manière incroyable. Quand il a battu Rafa à Madrid, cela ne m'a pas surpris même si je pensais que Rafa allait gagner. Il ne faut pas oublier que Rafa avait déjà perdu deux fois contre Novak cette saison avant la terre battue. D'un coup le mental s'est immiscé dans leur duel. C'est pour cela que c'est intéressant à suivre.