Federer intouchable

  • A
  • A
Federer intouchable
Partagez sur :

A une semaine de l'US Open, Roger Federer a marqué les esprits dimanche en s'imposant en finale du tournoi de Cincinnati aux dépens de Novak Djokovic (6-1, 7-5). Le Suisse remporte ainsi son seizième titre en Masters 1000, soit un de moins que le recordman de victoires, Andre Agassi.

A une semaine de l'US Open, Roger Federer a marqué les esprits dimanche en s'imposant en finale du tournoi de Cincinnati aux dépens de Novak Djokovic (6-1, 7-5). Le Suisse remporte ainsi son seizième titre en Masters 1000, soit un de moins que le recordman de victoires, Andre Agassi. Quand le maître joue comme cela, difficile de ne pas recevoir de leçon. Pourtant impressionnant la veille en session de nuit pour couper court à une possible finale Nadal-Federer que beaucoup espéraient, Novak Djokovic n'a pas pu faire grand-chose dimanche pour empêcher le troisième sacre à Cincinnati de Roger Federer. Le Suisse, sur la lancée de son probant succès sur sa bête noire Andy Murray, a frôlé la perfection face au Serbe, notamment lors d'une première manche impeccable qui l'a idéalement lancé vers sa seizième victoire en Masters 1000, ce qui place désormais Federer à un titre d'égaler le recordman en la matière, un certain Andre Agassi lui aussi lauréat à trois reprises dans l'Ohio.Une victoire en Masters 1000, Djokovic en avait déjà été privé à trois reprises cette saison, sur le ciment de Miami et sur les terres de Monte-Carlo et Rome. Autant dire qu'en entrant sur le court dimanche sur les coups de midi, le n°4 mondial ne se voyait pas en ressortir sans la coupe du vainqueur sous le bras. Pourtant, une grosse demi-heure plus tard, le Serbe avait bien compris que battre Federer pour une cinquième fois en carrière allait être extrêmement difficile. Sans fausse note, l'homme aux quinze levées du Grand Chelem remportait les cinq premiers jeux, avec deux breaks à la clé. Epoustouflant, aussi bien au service, que du fond du court, le Bâlois menait la vie dure à un Djokovic qui leva les bras en guise de soulagement lorsqu'il parvenait enfin à débloquer son compteur (5-1). Le public lui réservait même une petite standing-ovation !26e victoire en 27 matchesPas inquiété pour conclure le premier acte (6-1), Federer connaissait sa seule baisse de régime du match dès l'entame du second. Breaké alors qu'il n'avait laissé jusque-là aucune occasion à son adversaire de lui ravir son engagement, l'Helvète, mené 0-3, retombait soudainement sur terre. Pas bien longtemps. Deux solides jeux de service et un debreak plus tard, "Roger" revenait à hauteur (3-3). Le danger n'était pas pour autant écarté car Djokovic jouait de mieux en mieux. Le Serbe passait même à un point de remettre les compteurs à zéro lorsqu'à 5-4 en sa faveur il se procurait une balle de set sur la mise en jeu du Suisse. Le meilleur joueur actuel, encore impitoyable dans les moments clés, lâchait une grosse première balle pour se remettre sur les bons rails (5-5) et s'offrir sa 26e victoire lors de ses 27 derniers matches (7-5).Ce quatrième titre décroché cette année, le premier sur ciment après ceux de Madrid, Roland-Garros et Wimbledon, devrait encore renforcer s'il y en avait besoin la confiance de celui qui n'a perdu qu'un match, face à Jo-Wilfried Tsonga la semaine passée à Montréal, depuis début mai. Difficile donc de ne pas citer Federer comme le grandissime favori de l'US Open qui débutera dans une semaine. Invaincu à New York depuis 2003, le Suisse entend le rester encore quelques temps. La concurrence, pourtant bien affûtée avec Nadal, Murray, Djokovic, Roddick et Del Potro, a du souci à se faire.