Federer et sa chose

  • A
  • A
Federer et sa chose
Partagez sur :

Roger Federer est le premier joueur qualifié pour la finale du Masters de Londres. Le Suisse, tenant du titre, a dominé ce samedi sa victime préférée, l'Espagnol David Ferrer, pour la douzième fois en autant de rencontres (7-5, 6-3). Il visera dimanche un sixième sacre dans le tournoi des maîtres, record en la matière, face au vainqueur de la deuxième demi-finale entre Tsonga et Berdych.

Roger Federer est le premier joueur qualifié pour la finale du Masters de Londres. Le Suisse, tenant du titre, a dominé ce samedi sa victime préférée, l'Espagnol David Ferrer, pour la douzième fois en autant de rencontres (7-5, 6-3). Il visera dimanche un sixième sacre dans le tournoi des maîtres, record en la matière, face au vainqueur de la deuxième demi-finale entre Tsonga et Berdych. Roger Federer est à une victoire d'un nouveau record. S'il s'impose dimanche en finale du Masters de Londres, le Suisse deviendrait le joueur le plus titré dans le tournoi des maîtres avec six succès, un de plus qu'Ivan Lendl et Pete Sampras. En attendant de soulever le trophée, il disputera sa septième finale dans l'épreuve, ce qui, une fois n'est pas coutume, ne constitue pas un record pour lui puisque Lendl en a jouées neuf et Boris Becker huit. David Ferrer n'entre pas dans ce cercle très fermé des grands champions et s'est donc incliné contre Federer ce samedi en demi-finales, une défaite en deux manches (7-5, 6-3), la douzième en autant de rencontres face au Bâlois, qui en a fait l'une de ses victimes préférées sur le circuit. Pour rester dans le domaine des chiffres, Federer jouera la centième finale de sa carrière, avec l'objectif de décrocher un 70e titre. Un palmarès étourdissant. Et cette victoire contre l'Espagnol lui permet d'ores et déjà de revenir sur le podium du classement ATP et d'éjecter Andy Murray qui l'avait dépassé au cours de l'automne. La deuxième place, occupée par Rafael Nadal, n'est plus accessible d'ici la fin de la saison, Federer terminera donc l'année au-delà des deux premiers rangs mondiaux pour la première fois depuis 2002. Mais ce classement l'importe peu. Remporter un grand titre en 2011, voilà son objectif actuel. Sans victoire dans les tournois du Grand Chelem cette saison, le Suisse termine l'année en boulet de canon avec une série en cours de seize succès consécutifs (Coupe Davis, Bâle et Paris-Bercy). Ferrer ne pouvait pas le stopper. En onze matches disputés et donc perdus contre Federer, l'Espagnol n'a réussi à lui prendre que trois sets. Un bilan famélique qu'il n'était pourtant pas loin d'améliorer en inquiétant sérieusement le Suisse dans la première manche. Mis à part quelques beaux cadeaux de part et d'autre, les deux joueurs tenaient sans trop de problèmes leur engagement. Au moment de servir pour rester dans le set (4-5), Federer éprouvait alors les pires difficultés pour conclure son jeu, laissant entrevoir à son adversaire une possible faille alors que Ferrer n'avait pas encore vu l'ombre d'une balle de break. Peine perdue pour le Valencian qui perdait son service dans le jeu suivant, puis le set sur le cinquième ace du futur n°3 mondial (7-5). Parfois pataud dans ses déplacements, le Bâlois devenait alors plus aérien sur le court, utilisant à merveille son toucher de balle au filet et sa vitesse de bras dans l'échange. Un premier break dès l'entame du deuxième set plaçait déjà Ferrer dos au mur. Plus régulier, Federer accélérait une dernière fois en ravissant une deuxième fois le service de l'Espagnol pour conclure la partie (6-3). L'issue du match semblait inéluctable avant l'entrée des deux joueurs au centre de l'O2 Arena. Le malheureux Ferrer n'avait que son courage à opposer. Federer était une fois encore trop fort pour lui.