Federer: "800, un chiffre très élevé"

  • A
  • A
Federer: "800, un chiffre très élevé"
Partagez sur :

Tout n'a pas été simple pour Roger Federer, vendredi, contre Juan Monaco (6-3, 7-5), mais le Suisse disputera bien sa deuxième demi-finale à Bercy. Il y a aussi décroché sa 800e victoire sur le grand circuit, à six désormais de Stefan Edberg. Mais le n°4 mondial préfère songer à son prochain adversaire, Tomas Berdych, contre lequel il a perdu trois de leurs quatre derniers affrontements.

Tout n'a pas été simple pour Roger Federer, vendredi, contre Juan Monaco (6-3, 7-5), mais le Suisse disputera bien sa deuxième demi-finale à Bercy. Il y a aussi décroché sa 800e victoire sur le grand circuit, à six désormais de Stefan Edberg. Mais le n°4 mondial préfère songer à son prochain adversaire, Tomas Berdych, contre lequel il a perdu trois de leurs quatre derniers affrontements. Roger, c'est votre 800e victoire, mais vous souvenez-vous de votre première ? (Long silence.) Je crois que c'était contre Guillaume Raoux à Toulouse. J'espère que c'est ça. (Rires.) Oui. Il revenait de la Coupe Davis en Israël et j'avais tiré avantage de ça ! (Rires.) Je ne sais pas si c'est juste, mais je crois. Que signifie ce chiffre pour vous ? Je n'ai entendu cela qu'hier, après avoir gagné 799 matches, j'ai lu ça quelque part... Oui, j'ai réussi à le faire aujourd'hui ! Cela pourrait être quelque chose de très particulier, en tout cas je peux me souvenir de cette date, elle est facile à retenir (le 11/11/2011). Mais c'est bien, j'ai joué beaucoup de matches, c'est vrai... Mais il y a d'autres joueurs qui ont joué encore plus que moi. C'est juste une victoire supplémentaire, mais elle est très particulière pour moi, parce que 800, c'est un chiffre très élevé. "Je crois que le match va être spectaculaire" Certains joueurs comme Lendl se souviennent de tous leurs matches, vous souvenez-vous de tous vos matches ? Non, je me suis fait avoir avec Gilles Muller à l'US Open. J'ai dit pendant deux jours: "Je ne l'ai jamais affronté, ce sera un match difficile, il est gaucher..." En fait, je l'avais joué deux fois déjà, à Bangkok et à Indian Wells, je n'en avais aucun souvenir. McEnroe disait: "Ce n'est pas possible, Federer il connaît tous ses matches..." Et là, black-out complet ! Je l'avais dit encore dans le tunnel, en entrant sur le terrain... Je suis tellement amateur moi ! Là, j'ai eu un black-out... Vous en êtes donc à 800 victoires, Stefan Edberg en compte lui 806 (le Suédois est à la 6e place dans cette hiérarchie, ndlr). Si vous gagnez le tournoi de Bercy et le Masters, en gagnant tous vos matches de poule, vous serez à 807. Est-ce que ça peut être une motivation supplémentaire ? Ce n'est pas ce qui me motive pour gagner, la motivation est d'être en demi-finale à Bercy, et de gagner le tournoi ici. Je suis confiant quant au fait de gagner tout de même encore six matches dans ma carrière, mais on ne sait jamais... Si ça n'arrive pas cette année, honnêtement, je pense que je ne passerai pas de mauvaises vacances à cause de ça ! (Rires.) Votre adversaire des demi-finales sera Tomas Berdych, comment voyez-vous ce match ? Ça dépendra de comment le jeu s'installera au début. La surface est tout de même assez différente de ce qu'on voit à Cincinnati ou Toronto, à toutes les surfaces. Elle te permet de jouer agressif, après le premier service, ça prend bien, le deuxième est plutôt facile à retourner. Ça va beaucoup dépendre du pourcentage de premières balles. Le service sera très important. Après, il faudra tout de même être prêt à se donner en défense, comme Murray a fait aujourd'hui d'ailleurs. Je pense qu'il ne faut pas oublier que l'on est en indoor tout de même, alors l'agressivité va jouer un rôle important. On aime tous les deux jouer sur ces courts en salle, et je crois que le match va être spectaculaire. Il faut que je réfléchisse encore à comment je veux le jouer, à quel point je veux être agressif ou pas. Récemment, ça n'a pas marché contre lui. Je trouve qu'il avait vraiment très bien joué contre moi à Cincinnati... A moi de faire un changement, et je me réjouis de faire ça.