Favre, ça sent la fin

  • A
  • A
Favre, ça sent la fin
Partagez sur :

Chaque mardi, retrouvez les faits importants qui ont rythmé le week-end en NFL. Cette 14e journée de saison régulière a été marquée par l'absence de Brett Favre lors du match Vikings-Giants (3-21), qu'il a regardé du banc après 297 rencontres disputées en tant que titulaire. Sa carrière pourrait être finie. Ailleurs, les Patriots ont confirmé, les Jets ont déchanté.

Chaque mardi, retrouvez les faits importants qui ont rythmé le week-end en NFL. Cette 14e journée de saison régulière a été marquée par l'absence de Brett Favre lors du match Vikings-Giants (3-21), qu'il a regardé du banc après 297 rencontres disputées en tant que titulaire. Sa carrière pourrait être finie. Ailleurs, les Patriots ont confirmé, les Jets ont déchanté. LA STAT : 297 Reverra-t-on Brett Favre sur les terrains de la NFL d'ici la fin de saison ou a-t-il, pour de bon cette fois, mis un terme à sa carrière ? Sur le banc lors du match entre les Minnesota Vikings et les New York Giants (3-21), qui s'est disputé lundi soir à Detroit (le toit du Metrodome de Minneapolis a cédé sous le poids de la neige, ndlr), le quarterback vétéran a laissé entendre que la deuxième hypothèse était la plus sérieuse: "Je ne vais pas rejouer si je ne sens plus ma main." Agé de 41 ans, l'ancienne star des Green Bay Packers, vainqueur du Super Bowl en 1996, a accumulé les pépins physiques depuis deux ans. Au point qu'il a dû interrompre, face à la franchise de Big Apple, sa série de 297 matches consécutifs en tant que titulaire étalée sur dix-neuf saisons. Un record parmi tant d'autres pour un joueur à part qui a, peut-être, disputé là la saison de trop. Mais vu tout ce qu'il a apporté au football américain en général, et à la Ligue en particulier, il est déjà entièrement pardonné. LE TOP : New England Patriots Ce n'est pas très original mais tant pis: les Patriots ont encore impressionné ce week-end. Alors qu'un déplacement périlleux les attendait à Chicago, sur un terrain enneigé, les joueurs de New England n'ont pas tremblé une seule seconde face aux Bears (36-7), validant ainsi leur billet pour les playoffs pour la huitième fois en dix ans. Comme d'habitude, Tom Brady a été en réussite avec 369 yards à la passe, à 27/40, deux touchdowns et aucune interception. "Le chemin est encore long, a-t-il tempéré. Rien n'a encore été accompli. Je ne crois pas que tous nos problèmes soient résolus. Il y a beaucoup de défense qui nous ont botté les fesses cette année. On ne doit pas en rester là et se dire qu'on a réussi." LE FLOP : New York Jets C'est un match à oublier qu'a vécu Mark Sanchez face aux Dolphins, dimanche, lors de la 14e journée de la saison régulière. Le jeune quarterback des Jets a tout simplement conduit les siens à la défaite en subissant un fumble et une interception qui ont amené tous les points de Miami, pourtant pas nombreux (10-6). Avec 216 yards gagnés à la passe, à 17/44, et aucun touchdown à la clé, le lanceur new-yorkais a même failli être sorti par son coach, Rex Ryan. "J'y ai pensé, a avoué l'entraîneur. Mais en regardant bien, je trouve qu'il nous a donné la meilleure chance de l'emporter." Ça ne s'est pas vu... LE JOUEUR : Michael Turner (Atlanta Falcons) Atlanta, qui a signé face aux Carolina Panthers une septième victoire consécutive (31-10), et New Orleans, qui en a aligné une sixième contre les St. Louis Rams (31-13), sont au coude-à-coude dans la division NFC South. Mais si les Falcons ont conservé l'avantage sur les Saints, ils le doivent en grande partie à Michael Turner. Le running-back américain a inscrit trois touchdowns à la course et conquis 112 yards au sol. Une performance qu'il réalise pour la quatrième fois depuis qu'il a rejoint la franchise de Georgie en 2008, ce que personne d'autre en NFL n'a réussi. Avec un bilan de onze succès contre deux revers, les hommes de Mike Smith ont désormais neuf orteils et demi en playoffs.