Fauvergue:"On ne peut pas parler de montée"

  • A
  • A
Fauvergue:"On ne peut pas parler de montée"
Partagez sur :

L'attaquant de Sedan Nicolas Fauvergue, victime d'un traumatisme crânien face à Istres, a effectué un retour victorieux le weekend dernier, marquant un doublé permettant au club ardennais de s'imposer à Troyes (2-0). L'ancien lillois revient sur sa reprise, et évoque le prochain match face au leader, Evian.

L'attaquant de Sedan Nicolas Fauvergue, victime d'un traumatisme crânien face à Istres, a effectué un retour victorieux le weekend dernier, marquant un doublé permettant au club ardennais de s'imposer à Troyes (2-0). L'ancien lillois revient sur sa reprise, et évoque le prochain match face au leader, Evian. Vous avez signé votre retour à la compétition de la plus belle des manières en inscrivant un doublé ce weekend contre Troyes (2-0). Comment s'est déroulé le match ? On a joué une première mi-temps très équilibrée. On a pris vraiment l'ascendant en deuxième mi-temps. On a fait ce qu'il fallait, on a trouvé du jeu, un bon collectif et un gros bloc défensif. On s'est créé pas mal d'occasions. On a eu la chance de pouvoir marquer sur deux coups de pied arrêtés. Cela dit, on a eu des occasions avant qu'on aurait pu mettre au fond. Je pense que si le score avait été plus chargé pour nous, cela n'aurait pas été immérité. On a fait un gros match, un bon match. On est content, on recolle au classement. Maintenant, on attend de voir le match de ce weekend (face au leader Evian, ndlr) pour, pourquoi pas, être sur le podium dès vendredi soir. A titre personnel, vous devez être satisfait d'avoir inscrit votre premier doublé de la saison ? Oui, tout à fait. C'était bien de revenir déjà, après le choc que j'ai subi à Istres (traumatisme crânien, ndlr). Il me fallait impérativement revenir et me sentir bien sur un terrain de football. C'est ce qui s'est passé vendredi dernier à Troyes, j'ai pris beaucoup de plaisir à jouer ce match, et sans aucune appréhension en plus. J'ai eu la chance de pouvoir marquer deux buts pour l'équipe, cela a vraiment signé mon retour de la plus belle des façons. Je suis content pour l'équipe, pour les supporters et le club. C'est également une satisfaction personnelle bien entendu. Vous n'avez eu aucune appréhension, même pas sur le premier contact aérien ? Si, si, le premier contact aérien, j'y ai pensé, je me suis dit "faut pas te faire mal, il faut que tout se passe bien". J'ai d'ailleurs perdu ce premier duel de la tête, c'était peut-être à cause de l'appréhension. Mais après je me suis dit qu'il fallait aller au charbon, et une fois allé au charbon, je n'ai rien ressenti du tout, il n'y avait plus aucune appréhension. J'ai fait mon match comme n'importe quel match de la saison. Et vous avez inscrit le premier but de la tête, ça a dû vous rassurer ? Oui, cela m'a rassuré, mais avant le but j'avais déjà tapé de la tête. C'est peut-être un peu anecdotique de pouvoir marquer comme ça pour mon retour. C'est un but comme un autre. C'est bien de l'avoir marqué de la tête, mais si je l'avais mis du pied, ça aurait été tout aussi bien. La victoire face à Troyes vous rapproche du podium, vous n'êtes plus qu'à deux points de la 3e place. Cela vous relance totalement dans la course à la montée en Ligue 1 ? La course à la montée, c'est toujours pareil, je n'aime pas trop en parler. Je pense que le club non plus, et mes collègues et le coach pensent la même chose : on ne peut pas parler de montée pour l'instant. Il y a encore beaucoup trop d'équipes qui peuvent finir dans les trois premiers. A mon avis, tout le monde, jusqu'à Troyes, 12e, peut encore rêver de la montée. Nous, on en fait partie, donc on va essayer de faire le maximum de bons résultats. On tirera un bilan début mai. Si on est encore dans la course à ce moment-là, il faudra effectuer un gros mois de mai pour pouvoir jouer la montée. "Leur tomber dessus rapidement" Vous avez quand même vendredi l'occasion idéale de vous placer en bonne position pour la montée, en affrontant un concurrent direct, le leader Evian ? Oui, on a la chance de recevoir Evian. A domicile, il faut que l'on retrouve cette "forteresse imprenable" comme le stipule l'entrée du stade. On sait que ça va être un gros match, il y a une grosse équipe en face. Il va falloir mettre tous les moyens de notre côté pour pouvoir l'emporter. Si on arrive à reproduire la deuxième mi-temps du match face à Troyes lors des 90 minutes face à Evian, je pense qu'on ne sera pas trop en difficulté. Dans quel état d'esprit abordez-vous ce match face à Evian ? L'état d'esprit d'une équipe qui vient de gagner son premier match à l'extérieur de l'année 2011. On est bien. Au niveau confiance on ne peut pas être mieux. Pouvoir gagner à l'extérieur, dans un derby en plus, c'est quelque chose de très bon pour nous. Cela dit, Evian aussi a gagné son dernier match de championnat, donc cela devrait faire un très beau match. Il y aura du monde dans les travées, donc on va essayer de faire plaisir à nos supporters. Pouvoir l'emporter serait l'idéal. On s'était fixé un capital de quatre points sur les deux matches de Troyes et d'Evian, on en est déjà à trois. Si on arrive à six, ce serait vraiment le top pour nous. Maintenant, ce qu'il faut faire impérativement, c'est ne pas perdre. On fera le match pour gagner, mais si à la fin du match il y a un point et qu'on ne pouvait pas faire mieux, on s'en contentera. Un mot sur votre adversaire ? C'est une équipe qui est plus ou moins la surprise du championnat, ils sont promus de National. On est bien conscient que c'est une équipe qui n'est pas là par hasard, elle a des joueurs d'expérience dans son effectif. On va affronter une équipe qui sait jouer au ballon. Il faut se méfier d'eux. Je pense qu'on a les capacités pour battre Evian, on a failli le faire chez eux s'ils n'avaient pas égalisé dans les arrêts de jeu (2-2). Il va falloir prendre le jeu à notre compte, et je pense qu'avec les joueurs d'expérience qu'ils ont, il va falloir leur tomber dessus rapidement. Un faux pas contre Evian coûterait-il cher ? Non, cela nous coûterait pas cher, mais ce serait dommage. Il nous faut prendre des points à domicile, c'est important. Cela dit, si on ne perd pas, on est encore largement dans la course. Maintenant, on sait très bien qu'une équipe qui arrivera à faire une série de trois, quatre matches consécutifs gagnants, pourra faire le trou. On espère que ce sera nous. On a la chance de recevoir un concurrent direct et ensuite se déplacer à Vannes donc ce serait un bon coup de prendre trois points à domicile et de confirmer à Vannes. Vous insistez beaucoup sur le fait de jouer Evian à domicile. C'est un vrai avantage pour vous d'accueillir le leader devant votre public ? On a été très très bon en première partie de saison à domicile. On a été invaincu pendant six ou sept mois, je ne me souviens plus exactement. On sait faire le jeu devant nos supporters. Ça a été un petit peu plus dur ces derniers temps, mais on est reparti de l'avant avec la victoire à Troyes. Il va falloir que l'on se retrousse les manches, que l'on fasse le nécessaire pour nos supporters. C'est un des matches les plus importants de la saison, à nous de l'aborder de la meilleure des façons devant nos supporters. C'est encore mieux de le faire chez nous qu'à l'extérieur. "Pas tout à fait satisfait de ma saison" Comment jugez-vous, à titre provisoire, la saison de Sedan ? On a très bien démarré, on a fait la première moitié de championnat d'une équipe qui peut monter en Ligue 1. Mais on a également beaucoup piétiné les trois premiers mois de l'année 2011. C'est ce qui nous a coûté quelques points et quelques places au classement. Cela dit, je pense que les deux mois les plus importants sont à venir. On pourra vraiment tirer des conclusions à la fin de l'année, en espérant que ces mois de d'avril et de mai soient bénéfiques pour nous. Et à titre personnel, êtes-vous, pour le moment, satisfait de votre saison ? Non, pas tout à fait. Au niveau du jeu, oui, énormément. Par contre, au niveau comptable, j'espère marquer encore beaucoup pour élever mon compteur buts. Sur le terrain, je me sens bien dans cette équipe, je me sens fondu dans le collectif, c'est une chose importante. Maintenant, niveau comptable, ça aurait pu être beaucoup mieux. Cela dit, je travaille beaucoup pour le collectif, je ne pense pas qu'à moi, c'est tout aussi bien. C'est ce qui fait la force de Sedan, c'est un gros collectif, et pas une somme d'individualités.