Ewolo, le pasteur footballeur

  • A
  • A
Ewolo, le pasteur footballeur
Partagez sur :

Oscar Ewolo disputera samedi un match particulier avec Brest sur la pelouse de Lorient, lors de la 21e journée de Ligue 1. Le capitaine du Stade Brestois a passé quatre saisons dans le Morbihan et il y a fondé une église évangéliste. Quand il n'est pas footballeur, le milieu de terrain congolais est en effet pasteur. Avec forcément des valeurs qui dénotent dans le milieu professionnel.

Oscar Ewolo disputera samedi un match particulier avec Brest sur la pelouse de Lorient, lors de la 21e journée de Ligue 1. Le capitaine du Stade Brestois a passé quatre saisons dans le Morbihan et il y a fondé une église évangéliste. Quand il n'est pas footballeur, le milieu de terrain congolais est en effet pasteur. Avec forcément des valeurs qui dénotent dans le milieu professionnel. C'est un homme à part dans le monde du football professionnel. Quand il ne porte pas le maillot du Stade Brestois, Oscar Ewolo le troque pour la tenue de pasteur. Le capitaine de Brest, âgé de 32 ans, officie au sein d'une église évangéliste, le Centre missionnaire-Christ refuge pour tous, basée à Lorient et fondée lorsqu'il jouait pour le club morbihannais (2005-2009). C'est donc une rencontre très spéciale qui l'attend samedi avec la venue de Brest à Lorient pour le compte de la 21e journée de Ligue 1. Depuis qu'il a quitté les Merlus à l'été 2009 pour rejoindre la cité du Ponant, Ewolo n'a pas pour autant abandonné ses fidèles. En dehors des entraînements et des matches avec le Stade Brestois, le milieu de terrain congolais prend sa voiture et parcourt les 130 kilomètres qui séparent les deux villes pour prêcher la bonne parole et participer à des missions sociales comme l'aide à la réinsertion et la distribution de repas aux plus démunis. "Je ne suis pas multiple et mes valeurs restent les mêmes. En football comme en religion, le travail en commun et l'esprit de complémentarité mus par un objectif partagé agissent sur la réussite du groupe", explique-t-il dans le quotidien La Croix pour justifier sa démarche. "On ne panique pas, on est serein" Sa vision du football professionnel dénote forcément dans un monde régi par l'argent. "Quand on évoque le sport professionnel, il est beaucoup question de pression, de manière parfois démesurée. La vraie pression c'est celle qui repose sur les épaules de parents qui se demandent comment ils vont nourrir leurs enfants le soir même, par exemple. Nous autres footballeurs ne subissons pas cela. Comment pourrions-nous nous plaindre alors de notre situation qui, à bien des égards, peut apparaître comme celle de privilégiés ? Selon moi, chaque être humain doit être respecté en tant que tel, car Dieu investit en chacun de nous." Un discours qui commence à faire son chemin puisque certains de ses coéquipiers adhèrent à ses valeurs et assistent à ses prêches. C'est le cas notamment de Nolan Roux et Bruno Grougi qui prient avec lui avant chaque rencontre. Le Stade Brestois pourrait avoir bien besoin de ses prières pour retrouver de l'allant. Le début d'année 2011 laborieux du club finistérien (défaite contre Caen en Championnat et élimination par Chambéry en Coupe de France) n'inquiète pas Ewolo outre mesure. "Ce n'est pas laborieux, non. On essaie de faire tout un plat avec ça mais si on regarde bien, on voit qu'on s'est procuré tout un tas d'occasions. On ne panique pas, on est serein. Ce qui nous a fait défaut, c'est la concentration, concède-t-il sur le site officiel du club. C'est aussi ça qui nous avait fait progresser en début de saison. Nous, on connaît les éléments qui nous ont apporté 28 points. On sait que si on met en application les consignes du coach, il n'y aura aucun problème." Le secteur offensif reste toutefois déficient du côté de Brest, surtout depuis la blessure de Roux, qui devrait retrouver la compétition dans trois semaines. Là encore, pas d'inquiétude pour Ewolo: "A l'avenir, ça va aller, on a des certitudes et le football c'est dans la tête. Il faut qu'on garde la confiance mais ça va aller." Un optimisme à toute épreuve que le capitaine-pasteur va tenter d'ancrer dans la tête de ses partenaires.