Evra promet la "vérité"

  • A
  • A
Evra promet la "vérité"
@ Reuters
Partagez sur :

CM 2010 - Le défenseur tricolore va faire des révélations dans les jours à venir.

CM 2010 - Le défenseur tricolore va faire des révélations dans les jours à venir.L'heure des bilans a sonné et les langues ne vont pas tarder à se délier. Toute la lumière sur la sombre déroute des Bleus en Afrique du Sud n'a pas encore été faite mais certains vont se charger d'apporter des éclaircissements dans les jours ou les semaines à venir. Et Patrice Evra est de ceux-là. "La France entière aura besoin d'avoir des explications à ce désastre, ce n'est pas le moment de les donner. Je les donnerai personnellement (...) parce que je n'ai rien à cacher", a ainsi laissé entendre le défenseur latéral tricolore à l'issue de la défaite, mardi, face à l'Afrique du Sud (1-2) synonyme d'élimination pour les Bleus. Laissé sur le banc face aux Bafana Bafana et donc destitué de son brassard de capitaine, Patrice Evra a payé son acte de rébellion vis à vis de la Fédération Française de Football en menant la fronde des joueurs opposés à l'exclusion de Nicolas Anelka après ses insultes envers Raymond Domenech. Le joueur de Manchester United, "sorti de l'équipe sans raison valable" selon lui, a promis qu'il tiendrait "une conférence [de presse] dans la semaine. Je détaillerai ce que j'ai vécu, chaque minute, croyez-moi je dirai la vérité", tout du moins sa vérité, a assuré Evra."Le pardon s'adresse directement aux Français"Leader d'une contestation qui pour beaucoup s'est apparentée à un spectacle pathétique, Patrice Evra a toutefois tenu à faire profil bas réservant ses premiers mots aux supporters tricolores. "On n'est pas à l'heure des règlements de comptes, on est à l'heure du pardon et de ressentir toute la souffrance qu'ont tous ces milliers de Français", a-t-il déclaré assurant que les joueurs renonçaient à leurs primes de matches, primes que la Fédération française de football se refusait de toute façon à leur verser en cas d'élimination au premier tour. Alors que le sélectionneur, au grand étonnement des observateurs, s'était chargé de lire le communiqué des joueurs annonçant leur boycott de l'entraînement, dimanche, Patrice Evra a cette fois révélé qu'il lui avait été refusé de s'expliquer lundi. "Le pardon s'adresse directement [aux français]. Je devais venir le faire depuis hier (lundi), mon coach (Raymond Domenech) me l'a interdit", a confié mais je ne rentrerai pas dans les détails". Tout du moins pas pour le moment...