Evra ne veut pas être "un problème"

  • A
  • A
Evra ne veut pas être "un problème"
@ MAXPPP
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - Le capitaine des "Bleus de Knysna" souhaite oublier la Coupe du monde.

Sa dernière conférence de presse en équipe de France, Patrice Evra l'avait tenue aux côtés de Jean-Pierre Escalettes, pendant la Coupe du monde 2010. Quelques heures après la révélation par L'Equipe du clash entre Nicolas Anelka et Raymond Domenech, il avait lancé la chasse au "traître". Neuf mois après, celui qui restera à jamais comme le capitaine du fiasco sud-africain a fait son retour à la tribune, mercredi, à Clairefontaine, beaucoup moins remonté. "Il y a eu des moments difficiles mais j'ai eu d'énormes soutiens de beaucoup de Français", lâche-t-il en préambule dans un style bien différent de celui de son compagnon d'infortune, Franck Ribéry.

"Je veux tourner la page", dit Evra :

Quand on lui pose la question de savoir s’il ferait à nouveau la grève de l'entraînement si c’était à refaire, Evra sourit de bon cœur. "Faut leur poser la question (aux joueurs) s'ils accepteraient", précise-t-il avec malice. "On a fait une erreur, on s'est excusés, on en a tous conscience, bien sûr qu'on regrette." A aucun moment, Evra ne s'excuse au présent. Et, pour cause, il considère l'avoir déjà fait. "Il y a certaines personnes qui ont la mémoire courte", s'irrite-t-il. "J'ai été le premier à m'excuser, et à dire aux joueurs de renoncer à leurs primes".

Evra dit vrai. Dès le coup de sifflet final d'Afrique du Sud-France (2-1), il avait été le premier à "s'excuser auprès de tous les Français". Evra assume sa part de responsabilité dans le couac mais tient à souligner qu'en aucun cas, il n'a été un meneur dans la fronde. Trouve-t-il sa suspension pour cinq matches injuste ? "Oui et non. Certaines personnes qui disaient que j'étais un meneur se trompent. J'ai été suspendu en tant que capitaine." Et même un "bon capitaine" aux yeux des joueurs, selon lui.

Dès lors, l'ancien défenseur monégasque s'étonne du climat actuel autour de son retour. "Peu après la Coupe du monde, je suis allé déjeuner en plein Paris, et je n'ai eu que des messages de soutien." Pour son retour, Evra a également confié avoir eu une "belle discussion" avec Laurent Blanc, qui s'est montré "très franc" avec lui.

"Le principal, c'est d'être là"

Le défenseur de Manchester United assure revenir chez les Bleus avec de nouvelles intentions. "J'ai envie d'être une solution, et pas un problème pour cette nouvelle génération", souligne-t-il. "J'ai bossé comme un fou dans mon club pour avoir la chance d'être rappelé. (...) Pour moi, jouer avec mon club, ça ne me suffisait pas." Fidèle à son tempérament, le natif des Ulis ne cherche pas d'explication à son retour. Et quand on l'interroge sur l'absence du titulaire à son poste, Eric Abidal, il lâche : "par tous les chemins, je serais venu dans cette équipe". "Le principal, c'est que je sois là et que je fasse mon boulot." Impossible d'en douter après cette intervention : Evra est motivé.