Evra flingue (encore) les Gunners

  • A
  • A
Evra flingue (encore) les Gunners
Partagez sur :

Le choc de la 17e journée de Premier League entre Manchester United et Arsenal, lundi à Old Trafford, est déjà lancé. Patrice Evra, latéral gauche des Red Devils, a allumé une mèche dans l'émission Les Spécialistes en affirmant que les Gunners, "c'est n'importe quoi". "Pour moi, c'est un centre de formation", a-t-il ajouté. Ce match sent la poudre...

Le choc de la 17e journée de Premier League entre Manchester United et Arsenal, lundi à Old Trafford, est déjà lancé. Patrice Evra, latéral gauche des Red Devils, a allumé une mèche dans l'émission Les Spécialistes en affirmant que les Gunners, "c'est n'importe quoi". "Pour moi, c'est un centre de formation", a-t-il ajouté. Ce match sent la poudre... "Onze hommes contre onze enfants." Ainsi Patrice Evra qualifiait-il, en mai 2009, le match entre Manchester United et Arsenal (3-1), en demi-finale retour de la Ligue des champions. Plus d'un an et demi plus tard, à quelques jours du choc de la 17e journée de Premier League entre les Red Devils et les Gunners à Old Trafford, le latéral gauche français a remis ça, de manière un peu plus appuyée encore. Histoire de faire monter la pression avant ce duel entre les deux premiers du championnat anglais. "Pour moi, [Arsenal] c'est un centre de formation, a lâché l'ancien capitaine de l'équipe de France dans l'émission Les Spécialistes diffusée jeudi soir sur Canal+ Sport. Je regarde le match, je prends du plaisir... Mais est-ce que je vais gagner après ? J'entends qu'on les compare à Barcelone, mais les gens ne vont pas retenir dans vingt ans le foot d'Arsenal. Arsenal est un grand club, qui n'a rien gagné depuis cinq ans: c'est la crise, c'est n'importe quoi. Notre vrai ennemi, c'est Chelsea." Arsenal est pourtant, après seize journées, le seul leader du classement de Premier League avec un point d'avance sur Manchester United. Et un match en plus. Mais pour Patrice Evra, cette situation n'est que provisoire, les Gunners manquant de caractère et de régularité. "Les gens se font endormir sur le jeu d'Arsenal. On peut perdre contre eux [lundi soir], mais à l'arrivée il y a quoi ? Il y a rien. Il n'y a pas de trophée, rien, a-t-il ajouté, avant de jeter quelques roses à ses prochains adversaires... sans retirer les épines. Quand on joue contre Arsenal on prend vraiment du plaisir. C'est une équipe qui joue au football, qui ne va pas arriver à Old Trafford et être à onze derrière. La différence, c'est que nous, on joue au football mais on a aussi une puissance. Parfois ils n'arrivent pas à tuer les matches et nous on est plus efficace." Des propos qui rappellent ceux qu'il avait donc tenus après la double confrontation entre Arsenal et Manchester United en C1, au printemps 2009. A l'époque, l'international tricolore avait sévèrement taclé le club londonien. "On n'arrête pas d'entendre qu'Arsenal c'est le beau football. Mais en football, ce n'est pas le tout de bien jouer au ballon. Il faut gagner des titres. A Manchester, on joue bien au ballon et on gagne des titres. Même techniquement, si on regarde leurs onze joueurs et nos onze joueurs, on était meilleur partout", avait-il déclaré. Ce qui n'avait pas empêché, ensuite, les Red Devils de perdre la finale de la Ligue des champions contre Barcelone. "On n'est pas des enfants et on va le démontrer, a répondu sur Canal+ Samir Nasri, milieu de terrain des Gunners. On va montrer à Manchester qu'Arsenal a bien grandi."