Evans soigne son retour

  • A
  • A
Evans soigne son retour
Partagez sur :

Après un mois d'absence en raison d'une blessure au genou, Cadel Evans a réussi son retour en remportant pour la deuxième fois de sa carrière, ce dimanche, le Tour de Romandie. "C'est comme un succès à domicile", s'est-il réjoui à l'arrivée de la cinquième et dernière étape, réglée au sprint par Ben Swift.

Après un mois d'absence en raison d'une blessure au genou, Cadel Evans a réussi son retour en remportant pour la deuxième fois de sa carrière, ce dimanche, le Tour de Romandie. "C'est comme un succès à domicile", s'est-il réjoui à l'arrivée de la cinquième et dernière étape, réglée au sprint par Ben Swift. Cette blessure au genou a peut-être été, pour Cadel Evans, un mal pour un bien. Le coureur australien, qui venait d'observer un mois d'arrêt et avait donc manqué les classiques ardennaises, est revenu très fort sur les routes du Tour de Romandie, qu'il a remporté ce dimanche pour la deuxième fois de sa carrière. Un succès qui semblait acquis depuis la veille et sa bonne opération réalisée lors du contre-la-montre de 20 kilomètres, qui lui avait permis de prendre les commandes du classement général avec suffisamment d'avance pour terminer la semaine en roue libre. Cinq ans après son précédent succès en Suisse, son pays d'adoption, Cadel Evans a prouvé qu'il n'était pas encore fini, à trente-quatre ans. A l'arrivée de cette édition 2011, il s'est imposé avec 18 secondes d'avance sur l'Allemand Tony Martin, tandis que le Kazakh Alexandre Vinokourov a pris la troisième place à 19 secondes. "Pour moi, c'est comme un succès à la maison. C'est la Suisse que j'ai choisie quand j'ai décidé en 1998 de venir vivre dans l'hémisphère Nord pour faire du VTT", a-t-il déclaré après la cinquième et dernière étape (164,6 km). Ce dimanche, l'Australien n'a pas eu besoin de se mêler au sprint pour assurer le coup, un sprint que le Britannique Ben Swift a réglé devant l'Espagnol Oscar Freire et l'Italien Davide Vigano. Seule une improbable catastrophe aurait pu le priver de la victoire finale. Surpris d'avoir retrouvé si rapidement un bon niveau, le coureur de la BMC place désormais tous ses espoirs dans le Tour de France, au sein d'une formation qu'il juge particulièrement forte. "Nous avions déjà une belle équipe l'an dernier (au Tour), mais malheureusement je me suis fracturé le bras. Je suis fermement convaincu que cette année notre équipe est encore meilleure, a-t-il assuré. Des courses comme celles-ci sont idéales pour apprendre à se connaître les uns les autres avant le Tour. J'espère que mes victoires à Tirreno-Adriatico et ici donneront à mes coéquipiers le petit plus de motivation pour le reste de la saison."