Eto'o sur un nuage

  • A
  • A
Eto'o sur un nuage
Partagez sur :

Replacé à la pointe de l'attaque de l'Inter Milan par Rafa Benitez, Samuel Eto'o réalise un début de saison époustouflant. Auteur de 15 buts en 14 matches, toutes compétitions confondues, le Camerounais s'est rendu indispensable au club nerazzurro, qui, en cas de victoire mardi sur la pelouse de Tottenham, peut déjà valider son billet pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions.

Replacé à la pointe de l'attaque de l'Inter Milan par Rafa Benitez, Samuel Eto'o réalise un début de saison époustouflant. Auteur de 15 buts en 14 matches, toutes compétitions confondues, le Camerounais s'est rendu indispensable au club nerazzurro, qui, en cas de victoire mardi sur la pelouse de Tottenham, peut déjà valider son billet pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Positionné sur le côté gauche de l'Inter Milan la saison dernière par José Mourinho, afin de laisser l'Argentin Diego Milito en pointe, Samuel Eto'o a travaillé sans rechigner. Contraint de défendre beaucoup plus qu'à l'accoutumée, le Camerounais a dû se contenter de 14 buts (en Serie A et en Ligue des champions) pour sa première saison sous ses nouvelles couleurs, alors qu'il avait inscrit 34 buts avec le Barça lors de l'exercice précédent. Un dévouement pour le collectif qui a porté ses fruits car le club lombard a réalisé une saison exceptionnelle avec un triplé historique à la clé: Ligue des champions, Serie A, Coupe d'Italie. Le technicien portugais parti du côté du Real Madrid, le triple Ballon d'Or africain (2003, 2004 et 2005) avait confié ses états d'âme: "J'ai toujours joué où le coach m'a dit de jouer. J'ai défendu, récupéré les ballons et lancé mes coéquipiers. J'ai toujours fait que ce que j'avais à faire. Mais ce n'est pas mon rôle. Si je suis le meilleur buteur de l'histoire de mon équipe nationale, c'est parce que j'ai toujours joué comme avant-centre". Un appel du pied entendu par son nouvel entraîneur, Rafa Benitez, qui, en l'absence de Diego Milito, touché à la cuisse et à la recherche de son efficacité depuis le début de la saison (deux buts en sept matches), a replacé Eto'o à la pointe de l'attaque du club lombard. Eto'o: "On jouait plus en contre avec Mourinho" Grâce à ce replacement, le joueur de 29 ans n'a pas mis longtemps à retrouver son efficacité. Il reste en effet sur une série impressionnante de 15 buts en 14 matches, toutes compétitions confondues. A tel point que certains parlent d'une Eto'o-dépendance. "Eto'o est une solution, pas un problème. La saison dernière, on disait que l'Inter dépendait trop de Milito, et ils ont gagné trois trophées. Espérons que nous ferons aussi bien avec Eto'o cette fois", a réfuté Benitez en conférence de presse, cité par le site de l'UEFA. De son côté, le principal intéressé apprécie l'évolution tactique initiée par l'entraîneur espagnol: "On jouait plus en contre avec Mourinho. Maintenant, on met plus la pression à nos adversaires. Pour les attaquants, c'est beaucoup mieux, parce qu'on récupère les ballons plus près de la surface, et donc on a plus de chances de marquer. C'était plus difficile pour moi de jouer sur les ailes". Les statistiques de Samuel Eto'o sont particulièrement impressionnantes en Ligue des champions, où il a inscrit six buts en trois matches. Auteur notamment d'un doublé face à Tottenham il y a deux semaines (4-3), le capitaine des Lions Indomptables va tenter d'être de nouveau efficace sur la pelouse des Spurs mardi à l'occasion de la 4e journée de la phase de poules. Si Benitez sera privé pour l'occasion de nombreux joueurs comme le gardien brésilien Julio Cesar et le milieu argentin Esteban Cambiasso, tous deux victimes d'une élongation à une cuisse, ou encore du Serbe Dejan Stankovic (mollet) et du Brésilien Thiago Motta (genou), Diego Milito est de retour dans le groupe. Mais, encore à court de forme, il devrait prendre place sur le banc. C'est donc bien Eto'o qui menera l'attaque des Nerazzurri, qui, en cas de succès, assureraient d'ores et déjà leur qualification pour les huitièmes de finale.