Et Teulet s'est relevé

  • A
  • A
Et Teulet s'est relevé
Partagez sur :

Une décennie de fidélité au Castres Olympique n'a en rien entamé l'appétit de Romain Teulet qui, à 33 ans, sera une fois encore cette saison l'expérimenté buteur du club tarnais. Trois mois après sa douloureuse faillite en match de barrage face à Montpellier, Robocop a tourné la page, à l'image de tout un club, présenté par beaucoup comme l'outsider d'un championnat tronqué par la Coupe du monde.

Une décennie de fidélité au Castres Olympique n'a en rien entamé l'appétit de Romain Teulet qui, à 33 ans, sera une fois encore cette saison l'expérimenté buteur du club tarnais. Trois mois après sa douloureuse faillite en match de barrage face à Montpellier, Robocop a tourné la page, à l'image de tout un club, présenté par beaucoup comme l'outsider d'un championnat tronqué par la Coupe du monde. Fidèle au poste. Romain Teulet entame sa onzième saison sous les couleurs du Castres Olympique. Comme un repère dans le paysage du club tarnais. C'est pourtant un joueur terrassé que l'on quitte le 14 mai dernier, dans les entrailles du stade Pierre-Antoine, où contre toute attente, le CO, bien qu'invaincu de bout en bout de la saison régulière sur sa pelouse, vient de chuter (17-18) face aux fougueux Montpelliérains de Galthié et Béchu. Un Teulet d'autant plus abattu qu'il a eu la pénalité de la gagne au bout du pied à la dernière minute, mais qu'il a égaré sa tentative, et en même temps condamné son équipe, défaite pour la deuxième année consécutive aux portes des demi-finales. Une journée en enfer pour l'artificier castrais, auteur d'un improbable 3 sur 6 face aux poteaux, lui l'homme aux plus de 2 000 points inscrits dans l'élite, dont Jonny Wilkinson en personne aime à saluer les qualités de buteur. Un échec et une épreuve assumés pleinement par l'intéressé, mais qu'il a fallu digérer, à l'image de tout un club. Et c'est en prolongeant à l'autre bout du monde leur saison que Teulet et les Castrais vont se remettre la tête à l'endroit à l'occasion d'une tournée des Barbarians en Argentine, prise en charge par les entraîneurs, Labit et Travers, qui fait la part belle au club tarnais (Teulet, Andreu, Audrin, Cabannes, Rolland, Bonello et Talès). "C'est vraiment une expérience excellente et enrichissante, appréciait récemment le buteur dans La Dépêche du Midi. On avait la chance d'être de nombreux Castrais avec nos entraîneurs aussi et la mayonnaise a bien pris dans ce groupe avec de bons résultats à la clé." Un premier test, perdu (19-23), que Teulet n'hésite pas à qualifier de "volé", mais un succès (21-18) historique, le premier des Baa-Baas depuis 1994, qui met en exergue la qualité d'une méthode et a surtout le don de laver les têtes castraises. Teulet: "De cette claque, il faut tirer profit" "Je ne peux pas trop parler pour les autres, mais pour moi cela m'a aidé à évacuer certaines choses que j'avais au fond de la tête, avoue lui-même Teulet. Tout en restant dans le même domaine du sport, c'est un autre contexte, cela fait du bien par rapport à la claque face à Montpellier." Le souvenir rode toujours. Pas question d'ailleurs de l'occulter: "Maintenant, de cette claque, il faut tirer profit, cela doit nous servir pour d'autres matches, je crois qu'on a tous à coeur de repartir pour refaire le bonhomme de chemin et au bout de profiter des expériences en les positivant." Une attitude nécessaire à l'aube d'une nouvelle saison d'un genre particulier. Si la course à l'armement reste pour la plupart une constante, l'absence des internationaux durant un premier tiers de championnat jouerait, de l'avis de nombreux observateurs, en faveur du Castres Olympique, le moins pénalisé des six Européens. Comme une prime à la stabilité. "J'ai toujours des craintes vis-à-vis d'un championnat où de grands noms arrivent dans beaucoup de clubs. Mais ce n'est pas forcément les grands noms qui font les grandes équipes. À Castres, on a un groupe stable, solidaire, on travaille bien avec les coachs et je ne me fais pas de soucis pour la conquête et les lancements de jeu. Mais on devra aussi apprendre à s'adapter dans les matchs, à utiliser toutes les formes de jeu, à conserver les ballons et à user l'adversaire." A 33 ans, l'implication de Teulet, loin de l'image de soliste du buteur, reste totale, qui implique aussi un rôle de relais au sein de l'effectif: "Je souhaite avant tout que tous les joueurs s'intègrent, qu'il y ait des éclosions dans le groupe pour le futur. Avec mon expérience, j'ai envie de les aider à franchir un palier, vu le nombre de compétitions, il y a la place pour tout le monde. On m'a demandé d'être leader de jeu à l'arrière en faisant profiter de ma rigueur et du professionnalisme. Je vais m'impliquer comme je l'ai déjà fait auprès de Pierre Bernard par exemple." Si certains en doutaient, Teulet reste plus que jamais au taquet.