Et si Contador arrêtait ?

  • A
  • A
Et si Contador arrêtait ?
Partagez sur :

Alberto Contador a des projets diamétralement opposés pour la saison 2011. En cas de blanchiment par les instances du cyclisme concernant les soupçons de dopage qui le frappe, l'Espagnol envisage tout simplement de s'aligner au départ des trois grands Tours pour les remporter. Mais si une suspension venait à être prononcée à son encontre, le coureur de la Saxo pourrait tout bonnement tirer sa révérence du cyclisme.

Alberto Contador a des projets diamétralement opposés pour la saison 2011. En cas de blanchiment par les instances du cyclisme concernant les soupçons de dopage qui le frappe, l'Espagnol envisage tout simplement de s'aligner au départ des trois grands Tours pour les remporter. Mais si une suspension venait à être prononcée à son encontre, le coureur de la Saxo pourrait tout bonnement tirer sa révérence du cyclisme. Tout ou rien. Ou plutôt tours ou rien pour Alberto Contador dans l'optique de la saison 2011 puisque L'Equipe indique mercredi que le cycliste espagnol visera la gagne sur le Giro, le Tour de France et la Vuelta s'il était blanchi alors qu'il pourrait prématurément prendre sa retraite en cas de sanction. Actuellement suspendu à titre conservatoire par l'Union cycliste internationale (UCI), l'Espagnol attend désormais que la Fédération de son pays, sommée par l'UCI d'ouvrir une procédure disciplinaire à l'encontre du coureur âgé de 28 ans il y a tout juste un mois, se prononce. Avant d'annoncer de quoi son avenir sera fait. Une annonce qui attendra puisque si la Fédération espagnole devait rendre son verdict ce mercredi, il n'en sera rien. Il faut dire que le dossier est complexe et que les dirigeants ibériques avaient annoncé qu'ils prendraient le temps nécessaire avant de rendre une décision. En attendant de connaître son sort, Contador découvre actuellement ses nouveaux coéquipiers de Saxo Bank SunGard à l'occasion d'un stage effectué à Fuerteventura sous la houlette du manager de la formation danoise, Bjarne Riis, qui maintient une confiance aveugle en son leader: "Sa présence ici est importante. Pour moi, il fait partie de l'équipe à parti entière. Si je ne pensais pas de cette façon, mon attitude ne serait pas correcte à son égard. Or j'ai toutes les raisons de croire en Alberto. Il suscite le respect. Tout le monde connaît sa situation et toute l'équipe est solidaire. La saison va commencer et il faut se tenir prêt en pensant qu'Alberto va être notre leader en 2011." Une défense basée sur le modèle Gasquet Pour que le souhait du vainqueur de la Grande Boucle 1996 prenne forme, Contador et son entourage ont déposé le dossier de leur défense à la commission chargée de statuer sur le cas du triple vainqueur du Tour de France (2007, 2009, 2010) avant que le coureur ne rejoigne les Canaries. Contrôlé positif au clenbuterol, un anabolisant, en juillet dernier et menacé d'une suspension de deux ans, Contador a décidé de plaider le "dopage non intentionnel" comme l'a confié son avocat, Me Ramos, dans un entretien accordé à AP: "Aucun des scientifiques avec qui nous avons travaillés nous ont dit que le dopage était possible, c'est une contamination. Les niveaux relevés sont ridicules, ça ne peut pas être autre chose." Pour appuyer leur démonstration, les défenseurs de Contador n'auront ainsi pas manqué de citer le cas de...Richard Gasquet, contrôlé positif à la cocaïne après avoir embrassé une fille en mars 2009. Dans le cas de l'Espagnol, point de baiser dans une boîte de nuit, mais une mauvaise viande, contaminée, qui a conduit Contador, selon L'Equipe, a déposé une plainte visant les producteurs espagnols de viande bovine, coupables aux yeux du cycliste d'importer de la viande sud-américaine, partie du globe où l'engraissement des bovins à l'aide de produits en tout genre est autorisé. Une thèse de la contamination que la Fédération espagnole devra confirmer dans les prochains jours. Ou infirmer, ce qui conduirait Contador à saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS) voire la justice civile. Et si ses recours ne donnaient pas raison au "Pistolero", ce dernier, poussé par sa famille et son orgueil, pourrait purement et simplement se retirer du cyclisme. Un moyen de mettre la pression sur sa Fédération ou un véritable cri du coeur ?