Et si c'était Rémy ?

  • A
  • A
Et si c'était Rémy ?
Partagez sur :

Ce dimanche à 17 heures, l'Olympique de Marseille se déplace à Auxerre à l'occasion de la 2e journée de Ligue 1. Selon toute vraisemblance, Loïc Rémy sera de nouveau aligné à la pointe de l'attaque phocéenne. L'ancien niçois, buteur lors de la 1ere journée et avec les Bleus cette semaine, pourrait s'avérer être le grand n°9 que l'OM cherchait à recruter cet été.

Ce dimanche à 17 heures, l'Olympique de Marseille se déplace à Auxerre à l'occasion de la 2e journée de Ligue 1. Selon toute vraisemblance, Loïc Rémy sera de nouveau aligné à la pointe de l'attaque phocéenne. L'ancien niçois, buteur lors de la 1ere journée et avec les Bleus cette semaine, pourrait s'avérer être le grand n°9 que l'OM cherchait à recruter cet été. Brandao reparti au Brésil, Gignac hors de forme, Loïc Rémy avait fini la saison dernière dans l'axe de l'attaque marseillaise, un petit peu par défaut. Aujourd'hui, alors que le championnat n'a repris que depuis une journée, l'ancien Niçois paraît déjà incontournable à ce poste. Et si finalement c'était lui le n°9 de classe internationale que cherche l'OM depuis le départ de Mamadou Niang ? Et si les dirigeants olympiens n'avaient pas besoin pour aller chercher un Alberto Gilardino en Italie ? Il faut dire que Loïc Rémy a de sacrés arguments à faire valoir, à commencer par ses statistiques. L'ancien Lyonnais reste sur une série étonnante de six matches consécutifs de Ligue 1 en marquant au moins un but. Question régularité, on fait difficilement mieux. Rappelons que Rémy avait marqué 14 buts avec Nice en 2009-2010, et 15 l'an passé lors de sa première saison à l'OM. Pas mal pour un attaquant pas forcément réputé comme un pur buteur. Sauf que, de plus en plus, Rémy s'impose comme un attaquant axial. Sa vitesse lui permet de prendre la profondeur, et son jeu de tête est digne d'un n°9. La preuve, c'est de cette manière qu'il a marqué ses trois premiers buts de la saison, lors du Trophée des champions contre Lille, face à Sochaux en Ligue 1, et avec les Bleus contre le Chili. "C'est une arme que j'ai en plus, explique Rémy à propos de son jeu aérien. Je ne le réalisais peut-être pas avant mais maintenant j'en suis pleinement conscient. Je le travaille à l'entraînement et je me rends compte que c'est un véritable atout." On le comprend, Rémy est en pleine mutation. L'ancien Aiglon est en train de s'affirmer, de prendre une nouvelle dimension. Cette semaine, à la sortie de son match avec l'équipe de France, il expliquait simplement être "moins timide", une condition sine qua non pour être attaquant dans un club comme l'OM. "Il est en grande forme et en confiance, dit de lui Didier Deschamps. Il a fait la préparation en entier. Il a une qualité importante dans le football, c'est la vitesse. Il tente plus de choses, il ne réussit pas tout mais il a aussi des aptitudes pour répéter les efforts. Il est dans de très bonnes dispositions." A confirmer dès ce dimanche à Auxerre.