Et si Balotelli avait grandi ?

  • A
  • A
Et si Balotelli avait grandi ?
Partagez sur :

Cela paraît difficilement concevable, tant l'intéressé est un phénomène hors du terrain, mais Mario Balotelli donne depuis quelques semaines des signes d'une maturité nouvelle sur le terrain. L'ingérable prodige italien, qui reste sur quatre buts en quatre matches, tente de se racheter une conduite. A confirmer mardi contre Villarreal, un match à absolument gagner pour Manchester City.

Cela paraît difficilement concevable, tant l'intéressé est un phénomène hors du terrain, mais Mario Balotelli donne depuis quelques semaines des signes d'une maturité nouvelle sur le terrain. L'ingérable prodige italien, qui reste sur quatre buts en quatre matches, tente de se racheter une conduite. A confirmer mardi contre Villarreal, un match à absolument gagner pour Manchester City. Devinez qui jouera le Père Noël à Manchester City ? Mario Balotelli ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, le jeune attaquant italien se serait proposé d'organiser le réveillon du club. Une initiative qui fait déjà trembler ses coéquipiers, lesquels redoutent les excentricités du phénomène, et fait saliver les tabloïds britanniques, impatients de découvrir le programme proposé par leur meilleur client... De la neige, des tigres et des nains, voilà les premières indiscrétions qu'aurait obtenues le Daily Star Sunday... A prendre avec des pincettes bien sûr mais avec Balotelli tout est possible, le meilleur comme le pire. Une affirmation qui se vérifie aussi bien sur le terrain qu'en dehors. En un an, l'Italien a défrayé la chronique outre-Manche. Capable de donner 1000 livres à un SDF comme de planter sa Maserati dans un réverbère par manque d'attention. Capable de tenter une roulette-talonnade inutile seul devant le but (lors d'un match de préparation estival face à Los Angeles) comme d'inscrire un retourné magnifique samedi face à Aston Villa pour débloquer la situation et permettre à Manchester City, victorieux 4-1, de prendre les commandes de la Premier League. "Mario a marqué un but fantastique qui a changé le match", s'enthousiasmait Roberto Mancini, le manager des Citizens, le même qui en juillet, ulcéré par le geste de son joueur, l'avait sorti dans la foulée après une demi-heure de jeu. A rendre fou... José Mourinho, qui a eu Docteur Mario et Mister Balotelli sous ses ordres à l'Inter Milan, n'y a d'ailleurs pas résisté. Mancini, qui l'avait lancé à l'Inter en 2007, n'a lui pas encore abdiqué, persuadé d'avoir face à lui "un bon gars", un gamin doué mais instable, comme beaucoup de jeunes de son âge finalement... "Je ne sais pas pourquoi mais Mourinho ne savait pas y faire avec moi, expliquait en mai l'intéressé dans les colonnes de Pepole, un tabloïd anglais. Il ne me comprenait pas, Mancini fait ce que Mourinho ne pouvait pas faire. Ce sont deux grands entraîneurs mais ce sont deux hommes différents. Mancini me soutient. Mourinho était différent, dès que j'avais un problème, il était contre moi. Ici, Mancini me soutient toujours." Le facteur X en Ligue des champions ? Une persévérance qui pourrait enfin payer, pour preuve les dernières sorties de l'enfant terrible, auteur de quatre buts en quatre matches. "Mario a montré de la concentration et de la régularité depuis six ou sept semaines que ce soit à l'entraînement ou par ses performances. Il a fait les titres de beaucoup de journaux ces derniers temps et beaucoup étaient négatifs. Toutes ces critiques étaient mauvaises mais aujourd'hui il mérite aussi ces compliments. Ce qu'il fait ne me surprend pas", disait déjà David Platt, l'adjoint de Mancini, après la victoire des Citizens contre Everton, un succès initié par un but de prodige italien. "Mario est heureux. Il a été quatre ou cinq fois sur le banc et peut-être il a compris. Il travaille pour l'équipe et j'en suis heureux - depuis 50 jours, il travaille bien et joue bien. Il est motivé. Il joue et surtout il marque, ce qui est le plus important", insiste aujourd'hui le manager italien. Plus que son but, les observateurs auront noté samedi la maturité de Balotelli dans le jeu mais aussi dans son comportement face aux supporteurs adverses qui ne l'ont pourtant pas ménagé. Pour seules réponses, ce but magnifique et ce regard fier adressé aux moqueurs. Des signes encourageants dont Patrick Barclay, l'une des plumes du Times, rappelaient les promesses: "Balotelli est à la recherche du génie que nous promettait ses admirateurs italiens. Il a le don de rendre ce jeu facile. Ce qu'il deviendrait s'il grandissait - et il n'a que 20 ans - ne peut être décrit que comme ahurissant." En attendant, Balotelli pourrait, en l'absence d'Aguero, blessé, et de Tevez, mis au ban, être sollicité mardi en Ligue des champions face à Villarreal, un match que les Citizens doivent absolument gagner pour décoller dans le groupe A. "Il marche fort en ce moment et je suis sûr que cette fois-ci ça va durer. Ce sera notre arme fatale en Ligue des champions", s'avance Mancini. Tout le monde ne demande qu'à le croire...