Et le Barça a vu rouge...

  • A
  • A
Et le Barça a vu rouge...
Partagez sur :

Tenu en échec par la Real Sociedad la semaine passée (2-2) puis par l'AC Milan en Ligue des Champions mercredi (2-2), le FC Barcelone a remis les pendules à l'heure en martyrisant une pauvre équipe d'Osasuna rapidement réduite au rang de spectateur (8-0) ce samedi soir lors de la 4e journée de Liga. Les Rouges n'ont rien pu faire, dépassés par la maitrise blaugrana, illustrée par un nouveau triplé de Messi et un doublé de Villa.

Tenu en échec par la Real Sociedad la semaine passée (2-2) puis par l'AC Milan en Ligue des Champions mercredi (2-2), le FC Barcelone a remis les pendules à l'heure en martyrisant une pauvre équipe d'Osasuna rapidement réduite au rang de spectateur (8-0) ce samedi soir lors de la 4e journée de Liga. Les Rouges n'ont rien pu faire, dépassés par la maitrise blaugrana, illustrée par un nouveau triplé de Messi et un doublé de Villa. Les mots manquent pour décrire la prestation du Barça ce samedi soir lors de la 4e journée de Liga. Secoués, critiqués après deux matches nuls consécutifs, étant même remis en question par beaucoup d'observateurs s'interrogeant sur leur envie de vaincre après avoir tant, tout gagné même, les Barcelonais ont répondu sur le terrain avec une véritable démonstration de football face à un adversaire totalement impuissant. Deux chiffres peuvent suffire à donner un peu d'ampleur au succès blaugrana : 5 buts inscrits, la désormais si célèbre manita, en 41 minutes seulement et une possession de balle à décourager tout humain foulant la pelouse du Camp Nou : 85% sur la première période... à peine moins sur la deuxième (83-17% jusqu'à dix dernières minutes transformées en décrassage.) La leçon n'aura en fait demandé que cinq petites minutes de patience au public. Face à un collectif blaugrana retrouvant son capitaine Puyol en défense, ce qui a pour conséquence immédiate de replacer Busquets dans l'entrejeu, Osasuna prend l'eau d'entrée, privé de ballon, courant dans le vide face au 4-3-3 de Guardiola avec le trident Messi, Fabregas, Villa devant, l'ancien Gunner occupant théoriquement la pointe d'une attaque combinant et alternant constamment. Les joueurs de Pampelune, qui s'étaient inclinés 25 fois en 33 voyages en Catalogne, se font en effet cueillir d'entrée par le bourreau maison, Lionel Messi intenable. Busquets plein axe aux 30 mètres écarte sur Alves côté droit. Lancé, le latéral brésilien remise instantanément de la tête. Son centre puissant est coupé devant le but par Messi qui se jette et trompe à bout portant Andres Fernandez (1-0, 5e). Décrochant énormément, l'Argentin est à l'origine du deuxième but des siens, profitant des pertes de balle trop rapides de Rouges qui avaient rapidement perdu l'habitude de le toucher. Servi dans l'axe à 25 mètres, le Ballon d'Or tente une petite louche dans la profondeur pour Fabregas. Arrivé à pleine vitesse dans la surface, l'ancien Gunner reprend en demi-volée. Sa frappe puissante ne laisse aucune chance au gardien d'Osasuna (2-0, 12e). Coaching précoce et triplé de Messi Tenant le ballon, variant parfaitement le rythme, le Barça met la main sur le match pour ne plus jamais la lâcher. Abidal, venu de la gauche, sert ainsi Villa en profondeur. L'attaquant blaugrana efface le gardien d'un petit crochet et reprend dans le but vide (3-0, 33e). Le calvaire se poursuit avec un but de Roversio contre son camp, le défenseur des Rojillos reprenant malencontreusement un ballon repoussé par Andres Fernandez... qui s'était pourtant interposé sur la frappe de Villa, remportant son face à face (4-0, 39e). Une minute plus tard, Xavi y met son grain de sel, le champion du monde transmettant à Fabregas. Dos au but, le nouveau numéro 4 du Barça se joue de ses défenseurs avant de remettre en retrait à Messi qui, face au but, n'a plus qu'à ouvrir son pied pour placer son petit plat du pied (5-0, 41e). Guardiola peut déjà penser à ménager les siens, Abidal se plaignant du genou étant remplacé par Adriano à la pause. Le rythme a beau retomber quelque peu, le Barça ne s'en sert que trop bien pour endormir l'adversaire avant de le piquer à nouveau. Juste après le remplacement du revenant Puyol, une entrée en douceur donc, Xavi met lui aussi son petit but. Servi par Messi d'une petite balle lobée au dessus de la défense, le milieu espagnol contrôle puis ajuste Fernandez, venu à sa rencontre, d'un lob subtil retombant sous la barre (56e). Et de six ! Le supplice n'est pourtant pas terminé puisque Fabregas profite d'un contre favorable pour servir sur un plateau Villa qui signe le doublé (7-0, 74e). Messi en ajoute encore un, histoire de s'assurer le triplé (8-0, 77e) en étant à la conclusion d'un jeu de passes courtes ressemblant à un toro au centre de la défense basque. Valdes, de l'autre côté du terrain, peut apprécier après n'avoir vu qu'une frappe atteindre son but en 90 minutes ! 8-0 comme l'an passé face à Almeria (le 20 novembre lors de la 12e journée)... Non, le Barça n'a pas changé.