Et l'Espagne accéléra...

  • A
  • A
Et l'Espagne accéléra...
Partagez sur :

Poussive en début de match contre la Slovénie, ce mercredi en quarts de finale de l'Euro 2011, l'Espagne a subitement haussé le ton au retour des vestiaires pour finalement s'imposer avec autorité (86-64). Les partenaires de Juan Carlos Navarro (26 points) retrouveront dans le dernier carré du tournoi le vainqueur de Macédoine-Lituanie.

Poussive en début de match contre la Slovénie, ce mercredi en quarts de finale de l'Euro 2011, l'Espagne a subitement haussé le ton au retour des vestiaires pour finalement s'imposer avec autorité (86-64). Les partenaires de Juan Carlos Navarro (26 points) retrouveront dans le dernier carré du tournoi le vainqueur de Macédoine-Lituanie. ESPAGNE-SLOVENE: 86-64 Une petite frayeur, et encore. Dominée en début de rencontre par une étonnante Slovénie, l'Espagne s'est rebellée après le repos pour finalement l'emporter (86-64), ce mercredi à Kaunas, lors du premier quart de finale de l'Euro 2011. Begic, très efficace sous le cercle, et Lorbek, adroit de près comme de loin, ont permis aux Slovènes de faire la course en tête dans le premier quart-temps (14-6, 4e), leur grosse présence au rebond offensif les aidant à maintenir l'écart. En difficulté pour trouver les frères Gasol dessous, les Espagnols ont alors remis les clés à Navarro en attaque. Pas forcément une mauvaise idée connaissant les qualités de l'arrière barcelonais, meilleur marqueur de son équipe avec 26 points. Mais la défense très agressive des joueurs de Bozidar Maljkovic a continué à gêner les champions d'Europe en titre, en manque d'adresse à longue distance (23-16, 10e). Cela n'a pas duré. Car peu à peu, la Slovénie s'est mise à balbutier son basket. Fernandez, Calderon et Reyes sont venus soutenir les deux Gasol et l'Espagne est revenue à hauteur (25-25, 17e) avant de prendre l'avantage à la pause (35-31, 20e). La récréation était terminée pour les Slovènes qui, pour ne rien arranger, ont encaissé un 19-2 au début du troisième quart, la faute à la gâchette Navarro et au glouton Pau Gasol, devenu omniprésent avec ses 19 points et 16 rebonds (71-45, 30e). De suspense il n'y avait plus. La preuve: Sergio Scariolo s'est permis de faire tourner son effectif en vue de la demi-finale. MACEDOINE-LITUANIE (20 heures) Les apparences sont parfois trompeuses. Ce n'est parce que la Macédoine est sortie deuxième de son groupe, à l'issue du second tour, et que la Lituanie a dû se contenter de la troisième place de son côté que le rapport de force sera le même mercredi soir. Car les Baltes, devant leur bouillant public de Kaunas, risquent fort de se réveiller lors de ces matches couperet. Avec le jeune Jonas Valanciunas, Rimantas Kaukenas, Sarunas Jasikevicius ou encore Martynas Pocius, le talent ne manque pas dans cette équipe. La preuve, la "Lietuva" possède la meilleure attaque du tournoi avec 85 points inscrits en moyenne par match. Les Macédoniens, qui eux ne mettent que 69,5 points, risquent donc de repartir tête basse. A moins qu'ils ne parviennent à rééditer les performances qui étaient les leurs ces derniers jours. Dans le sillage de Bo McCalebb, "le deuxième meilleur meneur de l'Euro derrière Tony Parker" selon Vincent Collet, les joueurs de Marin Dokuzovski ont failli souffler à la Russie la place de leader du groupe F. Il s'en est fallu d'un rien, d'un tir primé à la sirène de Sergey Monya, pour que les Russes s'en sortent (63-61). Méfiance, donc, pour les Lituaniens, car cette équipe en a surpris plus d'un depuis le début de la compétition. Son costume d'outsider lui va très bien.