Et de huit pour Paris !

  • A
  • A
Et de huit pour Paris !
Partagez sur :

Le Paris Volley est devenu champion de France pour la quatrième année consécutive, dimanche, en dominant Tourcoing dans la salle Charpy (3-2). Il s'agit là du huitième sacre du club francilien lors des dix dernières années. Une domination en la Pro A qui fait le malheur des Tourquennois qui perdent leur neuvième finale.

Le Paris Volley est devenu champion de France pour la quatrième année consécutive, dimanche, en dominant Tourcoing dans la salle Charpy (3-2). Il s'agit là du huitième sacre du club francilien lors des dix dernières années. Une domination en la Pro A qui fait le malheur des Tourquennois qui perdent leur neuvième finale.Pour un peu, ils refaisaient le coup des demi-finales, lorsqu'ils avaient été poussés dans leurs derniers retranchements chez eux, dans leur salle Charpy, par des Tourangeaux frondeurs et vexés d'avoir été humiliés en Indre-et-Loire. Ce dimanche, trois jours après leur éclatante victoire dans le Nord (1-3), les Parisiens ont bien failli jouer avec le feu une deuxième fois, en en passant par le Golden Set pour valider les acquis du match aller, comme face à Tours...L'expérience, une bonne dose de solidarité et la fébrilité de leurs hôtes dans la dernière ligne droite du match leur ont épargné cette peine. Un vrai crève-coeur pour des Tourquennois qui avaient au moins fait jeu égal avec les favoris de cette finale avant de lâcher prise dans le cinquième et dernier set décisif. Nets vainqueurs des première et troisième manches face à des Parisiens un brin tendres dans leur approche du filet (17-25 et 18-25), les Nordistes n'ont jamais su se libérer totalement du complexe d'infériorité que pointait du doigt leur entraîneur brésilien avant coup: "J'ai l'impression qu'on baisse notre pantalon à chaque fois qu'on va à Charpy!"Tourcoing n'y arrive pasDeux fois revenu au score au meilleur des apparitions d'un Jiri Novak que l'on a connu plus régulier (25-20 dans le deuxième set, 25-22 dans le quatrième), le Paris Volley a finalement fait la décision à 7-7 dans le tie-break. De cette parité à 15-13, les hommes de Mauricio Paes sont passés par un 10-7 assassin, réduisant alors à néant les efforts des Nicolas Maréchal et Jean-Stéphane Tolar, très en vue ce dimanche encore, pour épingler à leur tableau de chasse un quatrième titre consécutif de champion de France. Un quadruplé que les Parisiens avaient déjà réalisé entre 2000 et 2003, pour une huitième couronne coiffée en dix ans - soit autant que le Stade Français et le RC France. Dans toute l'histoire de l'élite du volley français, seuls le PUC et l'AS Cannes ont fait mieux, avec neuf étoiles décrochées respectivement. Le TLM en revanche devra encore patienter pour conquérir son premier trophée. Maudits dans les grandes occasions, les Tourquennois ont perdu ce soir leur troisième finale de Pro A contre Paris, après les cruels échecs de 2001 et 2002. Une désillusion qui vient s'ajouter aux six déconvenues déjà vécues par le club en finale de Coupe de France. La dernière en date, c'était cette année, le 14 mars, contre Tours (1-3)...