Estevan: "Prétendant à rien"

  • A
  • A
Estevan: "Prétendant à rien"
Partagez sur :

Treizième avant la trêve hivernale, Boulogne, tombeur du leader manceau (1-0) lundi dernier, flirte désormais avec le podium. Auteurs d'un sans faute depuis l'arrivée de Michel Estevan sur le banc, les Nordistes, troisièmes, se déplacent à Laval vendredi, dans le cadre de la 25e journée de Ligue 2. S'il est satisfait des performances de son équipe, l'ancien coach d'Arles-Avignon reste prudent et refuse de penser à l'élite.

Treizième avant la trêve hivernale, Boulogne, tombeur du leader manceau (1-0) lundi dernier, flirte désormais avec le podium. Auteurs d'un sans faute depuis l'arrivée de Michel Estevan sur le banc, les Nordistes, troisièmes, se déplacent à Laval vendredi, dans le cadre de la 25e journée de Ligue 2. S'il est satisfait des performances de son équipe, l'ancien coach d'Arles-Avignon reste prudent et refuse de penser à l'élite. Michel, depuis que vous avez pris la tête de Boulogne, l'équipe a enchaîné cinq victoires consécutives en championnat. Quelle est votre recette ? Le secret, c'est de marquer un but de plus que l'adversaire ! (Rires). On a la chance que tout se passe bien. L'équipe avait eu une période de doute à un moment donné. Mais la première victoire a rassuré les joueurs, la deuxième les a confortés et la troisième leur a fait prendre conscience qu'ils n'étaient pas plus mauvais que les autres. Quant à moi, c'est vrai que j'ai un discours un peu particulier et peut-être que ça porte ses fruits aujourd'hui. Qu'est-ce que vous avez dit aux joueurs lorsque vous êtes arrivé, début janvier ? Dans la vie, je suis quelqu'un de joyeux. J'aime rire, j'aime plaisanter et j'aime le travail. Je ne me suis pas pris la tête et, d'une certaine manière, je leur ai demandé d'aborder les choses comme moi je le fais. Ça ne sert à rien de se poser des questions, c'est le meilleur moyen de ne pas avancer. Je leur ai dit: "Imaginez que vous soyez dans une pièce sombre. Si vous essayez d'en sortir en courant, vous allez n'arriver qu'à une chose: vous cogner la tête. Alors la solution, c'est de chercher, de tâtonner, essayer pas à pas de trouver la lumière, puis la porte ". Aujourd'hui, les gars semblent avoir trouvé la porte. Le Mans, c'était un gros test. Vous l'avez passé avec succès (1-0)... C'est bien de l'avoir emporté. On a fait une belle prestation, mais des tests, il y en aura d'autres, contre Evian, Le Havre... On sait que plusieurs gros matches, qui s'annoncent compliqués, nous attendent. "On est toujours en convalescence" Après une période difficile, Grégory Thil, buteur décisif face au Mans, semble avoir retrouvé confiance et efficacité... Un attaquant, c'est cyclique. J'en ai discuté avec lui il y a un petit moment, sans lui prendre la tête. Comme il me l'a dit: pendant certaines périodes, il marque des buts sans savoir pourquoi, et quelquefois il n'est pas en réussite, sans savoir pourquoi non plus. Plus ces temps de disette sont courts, mieux c'est. C'était ponctuel et j'espère que maintenant qu'il a retrouvé le chemin des filets, ce sera jusqu'à la fin de la saison. Aujourd'hui, vous êtes sur le podium. La montée, vous y penser ? C'est encore trop tôt pour en parler, je pense. Boulogne était encore malade il y a quelques semaines. On ne passe pas du jour au lendemain de malade à guéri. Il y a toujours un temps de convalescence, dans lequel on se trouve actuellement, malgré la très bonne performance des joueurs contre Le Mans. Pour l'instant, il faut travailler à autre chose et gagner les matches les uns après les autres. Ce n'est pas bon de se projeter vers l'avenir en se disant : "on est sur le podium, on va jouer la montée", c'est prendre le risque d'une énorme déception. On ne gagnera pas tous les matches, on en est bien conscient, donc je préfère préparer mes joueurs à l'échéance suivante, sans qu'on se projette dans le futur. Pourtant, avec cinq victoires consécutives, un succès face au leader et une troisième place au classement, vous êtes considéré comme un sérieux prétendant à l'ascension. Comment gérez-vous ce nouveau statut ? Justement, je ne veux pas qu'on ait à le gérer. Ça c'est passé comme ça la saison dernière (avec Arles-Avignon, ndlr) et sur les derniers matches, la pression avait gagné le groupe et le club. Heureusement que ce n'était que sur les trois ultimes rencontres, parce que sinon, l'histoire n'aura pas été la même. Pour le moment, on est donc prétendant à rien. Juste à gagner nos matches au fil des journées. On fera les comptes à la fin. "Beaucoup de choses peuvent arriver"Est-ce une manière de protéger vos joueurs ? Tout à fait ! Quand je suis arrivé à Boulogne, on m'a dit qu'on comptait sur moi, que des décisions graves avaient été prises et que le club était sous pression. Alors, j'ai dit à mes dirigeants que moi, ça ne me posait pas de problème, que j'assumerai, mais je voulais qu'on évite de mettre cette pression sur mes joueurs. Je ne veux pas qu'on se projette dans cinq, six matches, voire l'année prochaine. Comment abordez-vous la rencontre face à Laval ? Il faudra être dans le même état d'esprit qu'à Istres (0-1, 23e journée, ndlr) et à Nîmes (0-1, 21e journée, ndlr). Il faut laisser de côté le contexte, oublier le fait que ce soit à l'extérieur. On essayera d'aller prendre des points à Laval pour bonifier notre bon résultat face au Mans. Que pensez-vous de cette équipe lavalloise, actuellement à la lutte pour le maintien ? Je suis surpris qu'ils en soient là. Ça a toujours été une équipe solide, qui jouait bien au ballon. Ils avaient des résultats. Ils ont survolé le National (les Tangos avaient terminé deuxièmes en 2009, ndlr), puis on fait une saison correcte l'année dernière en Ligue 2 (8e) donc je ne comprends pas pourquoi ils n'arrivent pas à décoller. Un bon résultat contre le Stade Lavallois est également important pour aborder au mieux la réception d'Evian, puis le déplacement au Havre, deux matches contre des concurrents directs... S'il y a défaite, il y aura remise en question. Mais le résultat à Laval ne conditionnera pas les deux autres rencontres. Certes, c'est une période qui peut s'avérer décisive et enchaîner de bons résultats pourrait nous permettre d'assurer les premières places, mais il y a beaucoup de choses qui peuvent arriver.