Estebanez: "Ce n'est pas mon affaire"

  • A
  • A
Estebanez: "Ce n'est pas mon affaire"
Partagez sur :

Parmi les six joueurs rappelés par Marc Lièvremont pour conclure le Tournoi samedi, au Stade de France, face au Pays de Galles, Fabrice Eestebanez, informé de sa sélection par la télé, ne cache pas sa surprise. Oublié des trente en début de compétition, le centre briviste ne veut rien entendre du fiasco romain et du contexte de crise qui en découle.

Parmi les six joueurs rappelés par Marc Lièvremont pour conclure le Tournoi samedi, au Stade de France, face au Pays de Galles, Fabrice Eestebanez, informé de sa sélection par la télé, ne cache pas sa surprise. Oublié des trente en début de compétition, le centre briviste ne veut rien entendre du fiasco romain et du contexte de crise qui en découle. Fabrice, comment avez-vous appris votre sélection pour affronter le Pays de Galles ? Je crois comme tout le monde, à la télévision, tout simplement. C'est une énorme surprise. Je vous parle et c'est un peu la panique, je prépare mes affaires. Nous prenons l'avion demain (lundi) avec Alexis (Palisson) pour rejoindre Marcoussis. Je pense que j'étais sorti de la tournée de novembre dernier avec le sentiment d'avoir accompli mon maximum. Après, des choix ont été faits... Je n'étais depuis pas en grande forme, ça va mieux depuis quelques temps. Je suis hyper content et je vais essayer de faire mon maximum. On ne peut néanmoins pas s'empêcher de penser que cette sélection pour ce match n'est pas un cadeau étant donné le contexte ? Ça m'est difficile d'en parler, je n'ai qu'une vision extérieure et je n'étais pas dedans. Un retour en équipe de France, c'est forcément génial, peu m'importe le contexte. C'est quoi qu'il arrive une chance énorme de porter ce maillot. Le contexte, ce n'est pas mon affaire. C'est surtout la preuve qu'en équipe de France, rien n'est jamais acquis. La seule vérité, c'est d'y être toujours performant et de se remettre en question quoi qu'il arrive. "Tout peut encore changer" Est-ce qu'avec ce rappel, la Coupe du monde redevient du même coup un objectif plus crédible à vos yeux ? Non, pas du tout, tout peut encore changer. A moi de démontrer dès le prochain match mes qualités pour peut-être avoir une bonne surprise à la fin. Je ne changerai pas ma manière de faire, en novembre, je n'avais que la tournée en tête. Dès ce lundi, je ne penserai qu'au Pays de Galles, rien qu'au Pays de Galles. Une fois encore, vos trajectoires restent liées avec votre coéquipier à Brive, Alexis Palisson, lui aussi sélectionné... C'est toujours agréable de partir avec Alexis. Ça fait quatre ans qu'on partage notre chambre et notre amitié. C'est un chapitre de plus de notre histoire commune.