Eriksson, pompier de Leicester

  • A
  • A
Eriksson, pompier de Leicester
Partagez sur :

Relégable après 10 journées de Football League Championship (l'équivalent de la L2), Leicester City a fait appel à Sven-Göran Eriksson, après avoir écarté vendredi son entraîneur portugais, Paulo Sousa, à la veille du succès des « Foxes » sur Scunthorpe (3-1). Le Suédois, ex-sélectionneur de l'Angleterre et de la Côte d'Ivoire, a l'ambition d'aider le club anglais à remonter en Premier League.

Relégable après 10 journées de Football League Championship (l'équivalent de la L2), Leicester City a fait appel à Sven-Göran Eriksson, après avoir écarté vendredi son entraîneur portugais, Paulo Sousa, à la veille du succès des « Foxes » sur Scunthorpe (3-1). Le Suédois, ex-sélectionneur de l'Angleterre et de la Côte d'Ivoire, a l'ambition d'aider le club anglais à remonter en Premier League. Après les Eléphants, Eriksson s'intéresse aux Renards. Remercié de son poste de sélectionneur de la Côte d'Ivoire à l'issue du premier tour de la Coupe du monde 2010, Sven-Göran Eriksson a rebondi ce week-end à Leicester City, surnommé « The Foxes ». A 62 ans, le Suédois succède au Portugais Paulo Sousa remercié vendredi, à la veille de la victoire de Leicester sur Scunthorpe (3-1) lors de la 10e journée de Football League Championship, l'équivalent de notre L2. Eriksson effectue un troisième come-back dans le football anglais, lui qui avait présidé aux destinées de la sélection aux Trois Lions avec notamment deux quarts de finale de coupe du monde en 2002 et 2006. Entraîneur de Manchester City (2006-2008) et de Notts County (D4), pour quelques mois, Sven-Göran Eriksson s'attaque à un challenge plutôt relevé: la remontée en Premier League. Et le plus tôt possible. C'est le message qu'a dû lui transmettre le président de Leicester, Milan Mandaric, lui même briffé par le propriétaire, le Thaïlandais Aiyawatt Raksriaksorn. Si tout ce beau monde se réjouit de compter désormais dans ses rangs, un entraîneur de qualité, à l'expérience et au palmarès incontestable, obtenir son billet pour l'élite est très loin d'être acquis dans un championnat très disputé (24 équipes) où les Renards, 22e, accusent 18 points de retard sur le leader, Queen's Park Rangers (QPR).