Encore un chef-d'oeuvre ?

  • A
  • A
Encore un chef-d'oeuvre ?
Partagez sur :

Messieurs, la même chose ! Trois semaines après une rencontre aller de toute beauté, le FC Barcelone et Arsenal se retrouvent, cette fois au Camp Nou, en huitième de finale retour de la Ligue des champions. Nantis d'un but d'avance (2-1), les Gunners, qui se déplacent finalement avec Fabregas et Van Persie, n'ont pas oublié la leçon reçue ici-même l'année passée, et le quadruplé de Lionel Messi (4-1).

Messieurs, la même chose ! Trois semaines après une rencontre aller de toute beauté, le FC Barcelone et Arsenal se retrouvent, cette fois au Camp Nou, en huitième de finale retour de la Ligue des champions. Nantis d'un but d'avance (2-1), les Gunners, qui se déplacent finalement avec Fabregas et Van Persie, n'ont pas oublié la leçon reçue ici-même l'année passée, et le quadruplé de Lionel Messi (4-1). "Une nuit magique". C'est ce qu'espère, et toute la planète football avec lui, Victor Valdes , à propos du huitième de finale retour de Ligue des champions entre Barcelone et Arsenal, mardi soir au Camp Nou. La première manche, disputée il y a trois semaines à l'Emirates Stadium et remportée à l'arraché par les Gunners (2-1), avait tutoyé les sommets du jeu, atteignant un niveau d'intensité, de vitesse et de qualité technique rarement vu cette saison. Une sorte de rêve éveillé, que tout spectateur aimerait ce mardi soir prolonger quatre-vingt-dix minutes durant, voire un peu plus si besoin est. L'acte II de cet affrontement entre les deux équipes reconnues comme étant les plus spectaculaires et les plus belles à voir jouer en Europe sera-t-il du même acabit ? Barcelone, on pariera là-dessus, ne changera pas d'un iota son style de jeu. Du côté d'Arsenal, en revanche, c'est l'inconnu. Quel visage présenteront les Londoniens ? "Ils ne sont pas stupides. Ils ont un avantage, ils vont venir le défendre", estime Javier Mascherano, qui devrait être titulaire dans l'entrejeu catalan, Busquets glissant lui en défense aux côtés d'Abidal pour pallier la suspension de Piqué et la blessure de Puyol. Les premiers éléments de réponse devraient découler de la composition d'équipe concoctée par Arsène Wenger. On pouvait craindre qu'Arsenal, au vu de l'incertitude planant autour de l'état de santé de Walcott, Van Persie, Fabregas et Wilshere, ne puisse avoir les moyens de ses ambitions offensives. Or, si Walcott est bel et bien indisponible, Wilshere a été rapidement rassuré, Fabregas devrait pouvoir débuter, et peut-être même Van Persie, alors qu'il y a à peine sept jours, on le disait absent pour "au moins trois semaines". Une énorme surprise, accueillie avec ironie dans le camp d'en face. "Wenger a dit qu'il était blessé, il est dans le groupe. La même chose s'est produite avec Nasri pour le match aller. Il est encore temps pour Walcott de prendre un jet privé", a réagi Guardiola, cité par Sport.es, avant d'ajouter: "Pour le spectacle, c'est mieux que tout le monde joue. Messi aura la clé, selon Wenger Revenons un an en arrière, jusqu'à la précédente double confrontation entre les deux équipes. Arsenal, sans Van Persie, Arshavin, Gallas, Fabregas et Song, avait explosé à l'époque en Catalogne (4-1) au stade des quarts de finale, après avoir résisté tant bien que mal au match aller (2-2). La jeune garde des Gunners saura-t-elle faire mieux cette année ? "Nous sommes capables d'apprendre de nos défaites", tranche Wenger. Pour Guardiola, le débat sur la moyenne d'âge de l'équipe anglaise n'a de toute façon pas de sens. "Pour cela, je réponds toujours de la même manière: le Milan de Gattuso, Inzaghi, Maldini et Pirlo, des joueurs d'expérience, a perdu une finale Ligue des Champions (en 2005) après avoir mené 3-0." Irréfutable. "J'aimerais que nous démarrions la rencontre aussi bien que l'an passé...", estime par ailleurs Wenger. En 2010, les Londoniens avaient ouvert le score par Bendtner, avant le récital d'un Lionel Messi sur une autre planète, auteur d'un quadruplé exceptionnel. "C'était le show Messi, se souvient le manager français. On ne va pas parier sur une mauvaise performance de Messi, mais ce sera certainement l'une des clés du match." Mascherano, lui, s'attend à tout, et surtout au meilleur. "Plus rien ne me surprend de la part de Leo. Je pense qu'il peut faire aussi bien que l'année dernière, et même marquer un but de plus". Le Barça, pourtant, ne tourne pas à plein régime ces dernières semaines. Les Blaugrana restent sur deux petits succès (1-0), à Valence, et contre Saragosse, loin de leurs énormes standards habituels. Ce n'est que la deuxième fois de la saison que les Catalans ne marquent "qu'un" seul but durant deux rencontres de suite. 1-0, toutefois, cela suffirait à les envoyer en quarts de finale, alors... Alors la seule chose qui est certaine, finalement, c'est que le vainqueur sera magnifique.