En route pour Istanbul

  • A
  • A
En route pour Istanbul
Partagez sur :

C'est vendredi qu'a été annoncée la liste des quatorze sélectionnés français pour les championnats du monde de lutte, prévus du 12 au 18 septembre prochain à Istanbul. Attendus au tournant dans l'un des antres historiques de la lutte, les Tricolores visent deux objectifs en un dans la capitale turque: la médaille et la qualification pour les prochains Jeux Olympiques de Londres.

C'est vendredi qu'a été annoncée la liste des quatorze sélectionnés français pour les championnats du monde de lutte, prévus du 12 au 18 septembre prochain à Istanbul. Attendus au tournant dans l'un des antres historiques de la lutte, les Tricolores visent deux objectifs en un dans la capitale turque: la médaille et la qualification pour les prochains Jeux Olympiques de Londres. Les visages étaient décontractés et souriants, vendredi, dans la salle de réception de l'office de tourisme turc. Pourtant, les athlètes français étaient déjà dans le vif du sujet, à trois jours du début des championnats du monde d'Istanbul. Les quatorze représentants tricolores étaient en pleine période de perte de poids, avant le décollage pour la Turquie samedi, et la pesée officielle, dimanche. "C'est toujours la même galère", reprend d'ailleurs sur le ton de l'humour Steeve Guenot, pour rappeler les efforts des athlètes et prouver, si besoin en était, que les Bleus ne partent pas dans le Bosphore (que) pour le tourisme. "C'est le point de départ des JO de 2012, annonce le président de la Fédération Française de Lutte, Salvatore Attardo. Surtout que la compétition s'annonce de plus en plus relevée. En 2003, les dix premiers de chaque épreuve étaient qualifiés pour les JO d'Athènes. Puis on a ensuite récompensé les 8 meilleurs en vue de Pékin. Cette fois, il faudra finir dans les 6 pour être du voyage à Londres. Ce qui dénote une forte tâche pour les athlètes et leurs préparateurs." Objectif 11 Une rude tâche en effet, aux côtés des Russes, Azéris, Turcs ou autres Japonais. Mais les Bleus ont déjà montré leur capacité, comme à Bakou en 2007, avec quatre médailles glanées. D'autant que le but annoncé est double cette année. "L'objectif, c'est aussi de qualifier 11 lutteurs pour Londres", prévient le DTN Dominique Latterrade. "Si possible, en représentant tous les styles de lutte", surenchérit Attardo. Au total, quatorze lutteurs seront donc du voyage dans la capitale stambouliote. Six lutteuses féminines, parmi lesquelles les désormais connues Audrey Prieto, sacrée championne du monde en 2007, en -63kg, et l'éternelle Anna Gomis, 37 ans, quatre couronnes mondiales en carrière, et une médaille de bronze l'an passé à Moscou, en moins de 55 kgs. Elles accompagneront pour l'occasion Vanessa Boubryemm (-48kg), Aurélie Basset (-51kg) et les soeurs Vescan, Adeline (-59kg) et Cynthia (-72kg). Chez les hommes, la récente progression de la lutte gréco-romaine donne toujours plus d'ambitions au clan tricolore, au lendemain des médailles olympiques des frères Guenot à Pékin ou du titre de vice-champion du monde de Mélonin Noumonvi en 2009. Outre le lutteur de Bagnolet, inscrit chez les moins de 84 kgs, ils seront quatre à être sur le pont dès ce lundi, avec Tarik Belmadani (-60kg), Steeve Guenot (-66kg), son frère Christophe (-74kg) et Yannick Szczepaniak (-120 kg). Plus en retrait, la lutte libre n'en garde pas moins un double vice-champion d'Europe, en la personne de Didier Pais, chez les moins de 60 kgs. Charge à lui et ses deux comparses, Lokman Kaplanbaba (-55kg) et Lucas Lampis (-74kg), d'être également présents dans la capitale anglaise l'an prochain.