En être ou ne pas en être

  • A
  • A
En être ou ne pas en être
Partagez sur :

Qui sera de l'aventure de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande ? Marc Lièvremont, le sélectionneur du XV de France, donnera sa liste pour le grand voyage mercredi en fin de matinée. Si seulement 30 billets seront délivrés, cette liste pourrait être élargie de quelques unités en raison des blessures de Domingo et Rougerie. Reste à savoir si Chabal en fera partie.

Qui sera de l'aventure de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande ? Marc Lièvremont, le sélectionneur du XV de France, donnera sa liste pour le grand voyage mercredi en fin de matinée. Si seulement 30 billets seront délivrés, cette liste pourrait être élargie de quelques unités en raison des blessures de Domingo et Rougerie. Reste à savoir si Chabal en fera partie. Il avait promis de se faire discret depuis la fin du Tournoi des Six Nations, il a tenu parole. Depuis son dernier rendez-vous avec la presse au lendemain de la victoire du XV de France face au pays de Galles, Marc Lièvremont n'a répondu à aucune invitation des médias. Pendant un mois et demi, le sélectionneur des Bleus s'est reposé chez lui, à son domicile du Pays basque, remontant une fois par semaine à Marcoussis pour travailler et échanger avec son staff et les membres du comité de sélection (composé de Jo Maso, Jean-Claude Skrela, Emile Ntamack, Didier Retière, Fabien Pelous et Philippe Sella). 52 jours de réflexion, conclusion de trois saisons marquées par des essais en tout genre (plus de 80 joueurs utilisés !) et jalonnées de victoires magnifiques (en Nouvelle-Zélande et contre l'Afrique du Sud en 2009, Grand Chelem 2010) pour autant de déroutes catastrophiques (en Angleterre en 2009, en Afrique du Sud et en Argentine en 2010, contre l'Australie en 2010, en Italie en 2011), dont le verdict tombera mercredi peu avant midi. Seul face à la presse, comme il l'a voulu depuis la déroute essuyée contre l'Australie en novembre, Lièvremont égrènera alors l'identité des heureux élus, ces 30 joueurs qui feront le voyage en Nouvelle-Zélande pour disputer la Coupe du monde. "Ce sera difficile. Je n'ai pas énormément d'interrogations, mais ce ne sera pas facile de choisir", disait-il fin à l'issue d'un Tournoi qui a ébranlé ses certitudes. "Je m'étais engagé les yeux dans les yeux par rapport à un certain nombre d'entre eux sur leur participation certaine ou quasi certaine à la Coupe du monde et tout ça est remis en question", avait-il ainsi précisé en réaction à la défaite historique de son équipe en Italie. Chabal menacé, Heymans relancé ? Alors que les 30 joueurs convoqués en préambule du Tournoi des Six Nations pouvaient tous raisonnablement espérer être du voyage pour le "pays du long nuage blanc", à quelques exceptions près en raison des blessures de certains (Szarzewski, Millo-Chluski...), voilà que cette fameuse liste recèle plus d'interrogations et d'incertitudes qu'elle ne le devrait. La faute à cette faillite collective de Rome, fatale à l'époque à Sylvain Marconnet, Clément Poitrenaud, Yannick Jauzion, Jérôme Thion et Sébastien Chabal, mais aussi aux blessures de Thomas Domingo et Aurélien Rougerie, deux cadres clermontois fauchés en plein vol et désormais fortement incertains pour la Coupe du monde. Ces deux coups du sort, dont se serait bien passé Lièvremont, pourraient pousser le sélectionneur à élargir sa liste, pour donner une chance aux deux intéressés de tenter de revenir à temps. La logique voudrait qu'il livre 32 noms, à moins qu'il ne maintienne les deux réservistes sur une liste cachée d'une dizaine de joueurs. Reste à savoir qui bénéficierait d'un possible forfait des deux Clermontois. Au poste de pilier gauche, le Castrais Yannick Forestier, le Toulousain Jean-Baptiste Poux, le Biarrot Sylvain Marconnet et le Castrais Jérôme Schuster sont en concurrence pour deux places. Au centre, la situation est plus diffuse, faute de candidats évidents derrière le polyvalent Damien Traille et le convalescent Maxime Mermoz. David Marty et Fabrice Estebanez pourraient être retenus. Mais Yannick Jauzion, voire Florian Fritz et Mathieu Bastareaud (ou encore Henry Chavancy), n'ont pas renoncé, incertitudes qui s'accompagnent du rôle dévolu à Clément Poitrenaud. Lequel, choisi au centre, libèrerait une place à un arrière polyvalent (Heymans, Palisson ?) ou à un ailier (Malzieu, Andreu, Planté, Huget ?) pour accompagner les Toulousains Vincent Clerc et Maxime Médard, assurés du voyage. Des questions à l'arrière, mais aussi chez les avants et notamment en troisième ligne, que l'on pensait pourtant intouchable depuis novembre. C'était sans compter sur le rendement plus que moyen lors du Tournoi de Sébastien Chabal, pourtant le plus méritant contre l'Australie mais rattrapé par une série de pépins physiques en début d'année. Une position qu'il a lui-même affaiblie par ses déclarations contre l'arbitrage français, qui lui ont valu une suspension à titre conservatoire de la part de son club, en attendant une éventuelle sanction de la commission de discipline de la LNR pour "atteinte à l'image du jeu". Sans le vouloir (ou à vouloir faire la promotion de son autobiographie), le plus célèbre des rugbymen de l'Hexagone a encore fait de sa personne le principal sujet de curiosité de la liste attendue mercredi. Pendant ce temps, Louis Picamoles et Raphaël Lakafia, deux hommes qui pourraient profiter d'une éventuelle mise au ban du principal atout commercial du XV de France, espèrent en silence. Comme beaucoup, finalement, à quelques heures du verdict...