En direct du Stade de France...

  • A
  • A
En direct du Stade de France...
Partagez sur :

Le Top 14 va trouver son épilogue ce samedi, au Stade de France, théâtre d'une finale inédite entre le Stade Toulousain en quête d'un 18e Brennus et un Montpellier Hérault Rugby prêt à signer l'exploit pour sa première apparition à ce stade de la compétition. A quelques heures du coup d'envoi, vivez avec notre envoyé spécial à Saint-Denis l'avant-match, et retrouvez les dernières infos, déclarations, statistiques ou autres anecdotes sur cette affiche royale...

Le Top 14 va trouver son épilogue ce samedi, au Stade de France, théâtre d'une finale inédite entre le Stade Toulousain en quête d'un 18e Brennus et un Montpellier Hérault Rugby prêt à signer l'exploit pour sa première apparition à ce stade de la compétition. A quelques heures du coup d'envoi, vivez avec notre envoyé spécial à Saint-Denis l'avant-match, et retrouvez les dernières infos, déclarations, statistiques ou autres anecdotes sur cette affiche royale... 20h36 - Delmas et Toulouse: "Quand tu as ça dans le moteur..." Observateur forcément passionné et intéressé de la finale du Top 14 à venir entre Toulouse et Montpellier samedi, au Stade de France, Jacques Delmas, le nouvel entraîneur de l'Usap, ne cache pas dans La Dépêche du Midi à quel point il est impressionné par la maîtrise dégagée par l'équipe de Novès: "Quand on voit leur demi-finale de Coupe d'Europe, le niveau de jeu atteint... Après ils ont aisément maîtrisé face à des Clermontois qui se sont trompés toute la saison... Quand je vois Thierry Dusautoir concasser deux fois Cudmore... L'agressivité de l'ensemble... Et lorsqu' ils ont fait du coaching, avec le petit Lacombe et le neveu de Johnston, comment ils ont retourné les « Jaunards » en mêlée !.... Et puis Albacete, Millo, Jauzion... Quand tu as ça dans le moteur..." Plus d'informations à suivre... ---------------------------------------------------------------- 20h30 - L'armada toulousaine... On n'en finit plus d'évoquer l'armada toulousaine et sa kyrielle d'internationaux. Mais concrètement, le Stade, ce sera ce samedi soir, sur la pelouse du Stade de France, pas moins de 26 internationaux, dont 18 avec l'équipe de France. Côté montpelliérain, ils sont 16 joueurs à porter les couleurs de leur équipe nationale, mais seulement 4 avec les Bleus (Ouedraogo, Trinh-Duc, Tomas et Thiéry). Précision d'importance, et ceci explique aussi cela, le budget toulousain est deux fois supérieur au budget montpelliérain avec 30 millions d'euros contre seulement 15 pour le MHR. 20h24 - Jean-Pierre: "Pour Yannick qu'il faut gagner ce Bouclier" S'il est estampillé Monsieur Foot sur TF1 en tant que commentateur vedette du ballon rond pour la première chaîne, Christian Jeanpierre est aussi un passionné de rugby, dont le coeur battra ce samedi pour le Stade Toulousain, lui qui a vécu 25 ans dans la Ville Rose. "C'est une finale de gentlemen !, souligne celui qui commentera la prochaine Coupe du monde en Nouvelle-Zélande au côté de Thierry Lacroix. Mon coeur battra pour le Stade Toulousain, mais en face il y aura des supers mecs. C'est une super finale ! Les deux équipes ont une vraie âme, et celle de Fabien Galthié est chouette ! Je souhaite une grosse performance de Jauzion, c'est un immense champion, je ne me résous toujours pas au fait qu'il n'aille pas en Nouvelle-Zélande... C'est pour Yannick qu'il faut gagner ce bouclier, il reste encore du temps avant la Coupe du Monde et je reste optimiste pour lui." 20H18 - Toulouse: Clerc OK sur le banc Touché aux côtes et bien qu'il n'est plus apparu en match officiel depuis le 7 mai dernier, Vincent Clerc est bon pour le service. L'ailier international du Stade Toulousain apparaît sur la feuille de match de la finale du Top 14, qui oppose le club de la Ville Rose à Montpellier ce samedi, au Stade de France (en direct sur notre site dès 20h45). Clerc débutera néanmoins sur le banc des remplaçants, Guy Novès et son staff ont pris l'option d'aligner 3 arrières (Bézy, Fritz et donc Clerc) pour 5 avants (Lacombe, Poux, Maestri, Falefa), contrairement à la demi-finale (6 avants et 2 arrières). 20h13 - Broncan guette le duel des mêlées Le sorcier gersois Henry Broncan sera évidemment un observateur attentif et passionné de la finale du Top 14 ce samedi, au Stade de France, entre Toulousains et Montpelliérains. Et l'entraîneur albigeois fait de l'affrontement des deux mêlées l'une des clés de ce choc : "Je pense aussi qu'il y aura un très bel affrontement en mêlée, prédit-il dans La Dépêche du Midi, l'école de Yannick Bru contre celle de Didier Bès. Des six entraîneurs, celui-ci est le moins connu, mais c'est quelqu'un de très compétent et il accomplit un travail remarquable." Pour cet expérimenté technicien, les ex-Columérins que sont Galthié et Béchu seront motivés comme jamais par cette finale face au rival de toujours, le Stade Toulousain: "Galthié comme Béchu connaissent parfaitement les Toulousains et leur rugby. Ils sont des as de la vidéo. Pour eux, c'est un derby. Ils vont essayer de tendre le piège." 20h00 - Ouedraogo va jouer A 45 minutes du coup d'envoi de la finale du Top 14 face à Toulouse, Fulgence Ouedraogo vient de faire son entrée sur la pelouse du Stade de France et le flanker du MHR est en tenue, à l'évidence, prêt à jouer. "Fufu" porte toujours au niveau de sa main fracturée une protection, mais différente du plâtre qu'il arborait tout au long de la semaine. Et le capitaine de mener, comme si de rien n'était, l'échauffement de ses troupes ! En face, parmi les Toulousains, Vincent Clerc, également crampons au pied, semble aussi bon pour le service. 19h51 - Skrela, de père... en fille Si Louis Picamoles peut se targuer d'avoir une supportrice de tout premier choix au sein du MHR, l'ouvreur et buteur toulousain, David Skrela, lui sait qu'il pourra compter ce samedi soir sur un soutien sans faille de la part d'une sportive montpelliéraine de tout premier plan. Sa soeur Gaëlle Skrela, décisive dans la conquête cette saison de la Coupe de France sous les couleurs du Basket Lattes Montpellier -premier trophée du club- ne cache pas pour qui penchera son coeur: "Chaque fois qu'il fait un match, je le soutiens. Et je suis toujours pour le club dans lequel il évolue. Ce sera encore le cas samedi soir même si Montpellier, c'est mon club et la ville qui m'a accueilli." 19h36 - Mme Picamoles, une finale gagnant-gagnant Alors que son fiston dispute ce samedi sa première finale du Top 14 sous les couleurs du Stade Toulousain, Laurence Picamoles, la maman du n°8 rouge et noir, pourrait aborder l'évènement le coeur déchirée, elle qui est en charge au sein du MHR de l'évènementiel. Bien au contraire, Mme Picamoles sait qu'elle aura quoiqu'il arrive le sourire au coup de sifflet final: "Mon coeur est divisé en deux, mais de toute façon je serai championne ! Qu'est ce que je pouvais espérer d'autre ?", interroge-t-elle sur RMC, avant de se projeter sur les retrouvailles entre Louis et ses anciens coéquipiers, les Ouedraogo, Trinh-Duc et Tomas: "Les copains vont se retrouver au Stade de France, ce sera une grande fête." 19h28 - Montpellier sur les traces de la Section Sixième de la saison régulière et qualifié pour la finale du Top 14 : c'est une première depuis l'instauration de la poule unique en 2005-2006, réussie par Montpellier, qui n'est pas sans rappeler dans les annales du championnat de France le parcours de la Section Paloise, que convoque La Dépêche du Midi. Le quotidien régional se souvient ainsi que les Béarnais, Champions de France en 1964, avaient été sacrés cette année-là après avoir obtenu, à l'époque, le... 32e et dernier sésame pour les phases finales en tant que cinquièmes de leur poule. 19h19 - Trois adieux aux Stade Toulousain On le sait, la saison prochaine, une page se tournera à Toulouse avec l'arrivée de plusieurs nouvelles recrues. Pour trois Stadistes, la finale face à Montpellier ce samedi sera celle des adieux aux couleurs rouge et noir. Virgile Lacombe (Brive), Cédric Heymans (Bayonne) et David Skrela (Clermont) auront sans doute plus encore le désir de conclure leur aventure en beauté. 19h17 - MHR-Mancuso : "Avant de gagner, on a beaucoup perdu" Figure méconnue, mais pourtant incontournable du Montpellier Hérault Rugby, dont il fut le joueur à l'époque sous les couleurs du Stade montpelliérain puis au MUC, puis au Montpellier Rugby club, fusion des deux clubs, Pascal Mancuso, aujourd'hui coordinateur sportif du MHR entre formation et staff pro, s'il définit joliment l'arrivée décisive du duo Galthié-Béchu -"C'est une bonne greffe sur un terreau fertile"-, mesure aussi mieux que quiconque le chemin parcouru dans le Midi Libre : "Il faut remercier les mecs de l'ombre. Les dirigeants, les entraîneurs, les bénévoles des équipes de jeunes, tout ce milieu associatif qui fait notre force. Ceux qui font des kilomètres l'hiver pour que les gamins jouent. Ceux qui, à une époque, avant que tout soit centralisé à Du-Manoir, faisaient des bornes pour faire entraîner les jeunes. Et tout ça parfois pour prendre 50 points le dimanche... Vous savez, avant de gagner, on a beaucoup perdu." 19h10 - Agen n'a pas oublié Caucau La renaissance de Rupeni Caucaunibuca sous le maillot toulousain ne passe évidemment pas inaperçue à Agen, où l'ailier fidjien était déclaré persona non grata en début de saison. Pour autant, le président du SUA, Alain Tingaud, qui n'avait pas hésité à licencier le joueur, ne regrette rien dans Sud-Ouest. "Entre Agen et Rupeni, il y a eu une merveilleuse histoire d'amour, mais l'heure était venue de tourner la page. Je n'ai jamais douté du potentiel de Rupeni, je pense que c'est l'un des joueurs les plus extraordinaires qu'on ait jamais vu sur un terrain de rugby. Même si notre histoire commune devait se finir, il reste un enfant d'Agen, auquel il a fallu, à un moment, laisser la liberté." 19h00 - Le Stade se souvient de M. Péchambert Arbitre de cette finale du Top 14, M. Péchambert est loin d'être un inconnu pour les Toulousains qui, à trois reprises cette saison, ont été dirigés par l'homme du Comité Périgord-Agenais. Si les joueurs de Novès s'étaient imposés face à Castres (23-16) et face à Clermont en toute fin de saison (15-6) -carton jaune pour Yannick Jauzion-, M. Péchambert dirigea les débats lors de la plus cuisante défaite toulousaine de la saison. C'était déjà au Stade de France, où face au Racing, le Stade s'effondra (21-43).