En direct d'Eden Park

  • A
  • A
En direct d'Eden Park
Partagez sur :

La finale rêvée de la VIIe Coupe du monde de rugby oppose ce dimanche, à l'Eden Park d'Auckland, la Nouvelle-Zélande à la France. En un remake de la première finale de l'histoire, remportée par les All Blacks face aux Bleus il y a 24 ans (29-9). Statistiques, anecdotes, confidences et infos de dernière minute: notre envoyé spécial vous fait plonger dans l'ambiance avant ce choc, dont le vainqueur marquera l'histoire.

La finale rêvée de la VIIe Coupe du monde de rugby oppose ce dimanche, à l'Eden Park d'Auckland, la Nouvelle-Zélande à la France. En un remake de la première finale de l'histoire, remportée par les All Blacks face aux Bleus il y a 24 ans (29-9). Statistiques, anecdotes, confidences et infos de dernière minute: notre envoyé spécial vous fait plonger dans l'ambiance avant ce choc, dont le vainqueur marquera l'histoire. 9h59 - Les Bleus ont bravé le haka ! On avait imaginé qu'à la différence de leur prédécesseurs, les Bleus de Dusautoir ne proposeraient pas de réponse particulière au haka des All Blacks avant le coup d'envoi de la finale de la Coupe du monde ce dimanche, à l'Eden Park. Mais la tradition française a été perpétuée: au moment où Piri Weepu entamait la danse rituelle, les Tricolores, accompagnés des remplaçants, ont formé un v de la victoire, puis n'ont pas hésité à avancer, main dans la main, sur McCaw et les siens à mesure que le Kapa o Pango progressait. Un moment une nouvelle fois pour l'histoire, marqué par la tension des regards, avant qu'Ali Williams, pas le moins chaud des Blacks, ne soit tout près de venir au contact avec nos fiers Français ! S.L., à Eden Park 9h53 - Les équipes entrent sur la pelouse Face aux guerriers maoris, comme cela aura été de tradition à chacun des matches de cette Coupe du monde, les deux équipes, emmenées par leurs capitaines respectifs, font leur entrée sur la pelouse de l'Eden Park. La tension est cette fois montée d'un coup, avant les hymnes. Plus d'informations à venir... ---------------------------------------------------------------------------- 9h50 - Nonu: "C'est du 50-50 !" Alors qu'il améliorera avec une 35e sélection commune le record de l'association la plus capée au centre de la ligne d'attaque des All Blacks, Ma'a Nonu, le si décisif trois-quarts néo-zélandais, auteur du seul essai de la victoire de son équipe en demi-finales face à l'Australie (20-6), réfute le statut de favori offert à son équipe avant cette finale de Coupe du monde face aux Français: "L'histoire plaide pour l'équipe de France contre les All Blacks depuis les 24 dernières années. Donc c'est du 50-50 dimanche. Ils ont été décriés, ils ont été sous-estimés et c'est là que les Français jouent leur meilleur rugby, quand leurs arrières sont dos au mur." 9h48 - Les Bleus au vestiaire L'heure fatidique approche. Les Bleus sont à leur tour rentrés au vestiaire, alors que la présentation des deux équipes débute sous les vivas de la foule, après que l'hymne de la Coupe du monde a été interprété en live au milieu de la pelouse. A l'applaudimètre, le capitaine Thierry Dusautoir a la cote. Sans commune mesure néanmoins avec son homologue Richie McCaw. l'ovation est assourdissante. 9h46 - Mealamu et McCaw, bourreaux des Bleus En cas de victoire des All Blacks dimanche, Mealamu et McCaw fêteront leur 10e victoire contre la France, et égaleraient le record néo-zélandais de Gary Whetton. L'Anglais Jason Leonard est le seul joueur, toutes nations confondues, à avoir remporté davantage de matches contre la France (12). 9h43 - Bonnaire: "Ils ne sont pas invincibles" Julien Bonnaire, l'un des joueurs les plus constants de l'équipe de France, qui en a tant manqué au cours de cette campagne de Coupe du monde, en est convaincu: les All Blacks peuvent perdre ce dimanche, sur leur pelouse de l'Eden Park: "L'écart n'était pas si grand que ça lors du match de poule (défaite 37-17). On sait que l'on est condamnés à faire le match parfait si l'on veut gagner. Mais ils ne sont pas invincibles, à nous de leur mettre un maximum de pression pour ne pas les laisser mettre de la vitesse comme ils aiment le faire. Mais de prévenir en revanche: Si on ne tient pas le coup au niveau du combat physique, on n'a aucune chance de rivaliser contre eux." 9h40 - L'Eden Park monte en pression Alors que l'ambiance tarde à véritablement s'enflammer à moins de trente minutes du coup d'envoi, l'apparition du visage de l'icône McCaw sur le grand écran du stade, puis le retour des All Blacks au vestiaire déclenche une ovation qui donne d'ores et déjà une idée du rapport de forces entre supporters. Pourtant ce sont 15 000 supporters français qui sont attendus pour cette finale sur les 60 000 places que compte l'Eden Park. 9h37 - Ellis a vu des failles chez les Blacks... Spécialiste de la défense au sein du staff tricolore, David Ellis ne fait pas des All Blacks les invincibles que l'on veut bien dire: "Les All Blacks ont des systèmes de défense différents et il y a plus de points faibles que dans le système gallois et que dans le système australien. On estime qu'il y a certains aspects de leur défense que l'on peut exploiter. [...] Je voudrais juste rappeler le quart de finale à Cardiff (en 2007 contre les All Blacks), où on avait réussi à tenir jusqu'à 47 phases sans se faire passer. Donc l'équipe de France est capable de le refaire. [...] Il va nous falloir sortir les barbelés et les empêcher de passer. Il nous faudra également être agressifs devant pour mettre leurs demis sous pression, pas seulement avec nos attaques mais également avec notre défense. Il va nous falloir les repousser et si on y parvient alors on pourra les mettre sous pression des deux côtés, aussi bien défense qu'en attaque." 9h35 - All Blacks, série en cours... La Nouvelle-Zélande a remporté ses trois derniers matches internationaux contre la France. Sa meilleure série est constituée des huit victoires consécutives réalisées contre la France dans les années 1960. La meilleure série de la France est constituée des trois victoires consécutives, en 1994 et 1995, parmi lesquelles des victoires en Nouvelle-Zélande. C'est aussi la dernière fois que la Nouvelle-Zélande s'est inclinée à l'Eden Park (20-23), le 3 juillet 1994, sur le fameux essai du bout du monde de Jean-Luc Sadourny. 9h33 - Clerc pour un petit record Toujours en tête du classement des meilleurs marqueurs d'essais de cette Coupe du monde 2011 avec six réalisations, à égalité avec l'Anglais Chris Ashton, Vincent Clerc, s'il venait à ne pas marquer lors de cette finale -il n'a jamais trouvé l'en-but face aux All Blacks-, alors ces six essais du meilleur marqueur du tournoi égaleraient les records des éditions 1987 et 1991 du plus petit nombre d'essais pour un meilleur marqueur en Coupe du monde. 9h29 - Les Blacks marquent toujours, ou presque S'ils doivent construire leur éventuel succès ce dimanche en finale sur une défense de fer, alors la performance des Bleus ne souffrira d'aucune contestation, tant ils font face à la meilleure attaque de la planète rugby. Comme en attestent ces deux statistiques à faire peur, qui indiquent que les All Blacks ont marqué au moins un essai lors de leurs 95 derniers matchs. Et qu'ils comptent 101 matchs avec un essai marqué sur les 102 dirigés par Graham Henry, sélectionneur de la Nouvelle-Zélande depuis 2004. A faire peur, on vous avait prévenu... 9h25 - Les Bleus sur YMCA Au moment où la fanfare très déjantée de l'Eden Park entame un YMCA endiablé, voilà que les Français au grand complet, tous revêtus d'un t-shirt bleu avant d'enfiler leur maillot blanc, font leur entrée sur la pelouse de l'Eden Park pour leur échauffement collectif. De quoi donner de l'entrain aux Tricolores ! 9h24 - Henry, ce monument ! A l'heure de diriger son seizième match en Coupe du monde, qui lui permet d'améliorer son propre record (quatre matches avec le pays de Galles en 1999, cinq avec les All Blacks en 2007 et sept en 2011), Graham Henry est le seul sélectionneur à avoir entraîné 100 fois une nation majeure du rugby sous l'ère professionnelle. Son record de 85 % de victoires est le meilleur taux de réussite dans une nation majeure du rugby sous l'ère professionnelle. Son prédécesseur John Mitchell a connu 82,1 % de réussite et demeure le seul autre entraîneur à dépasser les 80 % de succès. Graham Henry a aussi été le sélectionneur du pays de Galles à 34 reprises et trois fois pour les Lions britanniques et irlandais. Mais la Coupe Webb-Ellis lui fait toujours défaut. 9h18 - Poux et Rougerie talonnent Ibanez Jean-Baptiste Poux et Aurélien Rougerie disputeront ce dimanche leur 17e match de Coupe du monde, soit un match de moins que le record de France détenu par Raphaël Ibañez qui en compte 18. 9h14 - Barcella: "Quatre ans de galère !" Même s'il est tout entier concentré sur son rôle à l'approche de cette finale de Coupe du monde face aux All Blacks et son entrée en jeu programmée en seconde période pour relayer la première ligne française, Fabien Barcella mesure le chemin parcouru pour atteindre cet objectif: "Le groupe s'est construit dans la difficulté. L'histoire de ce groupe c'est quatre ans de galère, avec plus de bas que de hauts. On perd en Italie, on prend 40 points en Argentine et on est en finale de Coupe du Monde, mais c'est pas fini. Il faut se serrer les coudes et jouer cette finale. [...] Maintenant, il faut s'envoyer à 100 %, il ne faut pas avoir de regrets. On va tout laisser de côté. Une finale de Coupe de Monde on n'en joue pas tous les dimanches, il faut profiter au maximum de l'évènement." 9h08 - La France voit triple En disputant sa troisième finale de Coupe du monde, la France, qui est la première équipe à se qualifier pour ce stade de la compétition après avoir perdu deux matches en poules, égale le record de l'Angleterre et de l'Australie. Idem pour la Nouvelle-Zélande, qui dispute aussi sa troisième finale de Coupe du monde ce dimanche. 9h03 - Inséparables en Coupe du monde La Nouvelle-Zélande et la France s'affrontent pour la sixième fois en Coupe du monde, un record. Lors de leurs duels, les deux nations ont alterné victoires et défaites : en 1987, les All Blacks gagnent la finale (29-9), en 1999, les Bleus gagnent leur demi-finale (43-31), en 2003 la Nouvelle-Zélande remporte le match pour la médaille de bronze (40-13), en 2007, la France élimine les All Blacks en quarts de finale (20-18) et en 2011, la Nouvelle-Zélande remporte le match de poule (37-17). A noter que lors de ses deux victoires, la France a toujours été menée au score à la mi-temps. Elle n'a jamais été en tête contre la Nouvelle-Zélande à la mi-temps d'un match de Coupe du monde. 8h59 - Parra aussi en action Déjà entraperçu appareil photo à la main, histoire d'immortaliser l'Eden Park, Morgan Parra entame à son tour son échauffement et multiplie les coups de pied tactique, rejoint par Trinh-Duc, Doussain et Traille. Dans l'autre moitié de terrain, les All Blacks sont encore au ralenti et se mettent à peine en action. 8h55 - Weepu et les dernières heures... Plus charismatique que jamais à l'issue de cette Coupe du monde au cours de laquelle il a acquis une nouvelle dimension, Piri Weepu, le demi de mêlée et meneur du haka néo-zélandais, raconte à l'heure de cette finale de Coupe du monde, ces dernières heures qui précèdent l'évènement: "Tout le monde n'en peut plus d'attendre le jour où nous nous lèverons le matin du match et sentir l'électricité dans l'air qu'il y aura partout dans la ville. Cela vous emplit d'énergie. Vous descendez prendre votre petit déjeuner et vous voyez dans les visages des gars l'impatience d'en découdre. [...] Quand vous êtes gamin, vous rêvez de marquer l'essai ou le coup de pied qui donne la victoire à votre pays. Vous ne pouvez pas oublier des moments comme ceux-là." 8h50 - McCaw et Henry en repérages En éclaireurs, Richie McCaw, le capitaine des All Blacks, et son coach, Graham Henry, font à leur tour leur apparition sur la pelouse de l'Eden Park à un peu plus d'une heure du coup d'envoi. Le célèbre flanker tâte le gazon, jette un brin d'herbe pour prendre le sens du vent, quasi nul ce soir -les conditions sont parfaites- et jette un regard aux tribunes de plus en plus garnies. 8h43 - "Le Yach'" à l'échauffement Comme avant la demi-finale face au Pays de Galles, Dimitri Yachvili est le premier Tricolore à débuter son échauffement. Le demi de mêlée français, toujours soucieux sans doute de prévenir tout risque de rechute concernant sa cuisse blessée, enchaîne les passes avec le fidèle Gonzalo Quesada. 8h37 - Souviens-toi Cardiff 2007... Cinq titulaires du XV de départ français ce dimanche ont disputé le quart de finale 2007, remporté par les Bleus (20-18) à Cardiff. Vincent Clerc, Julien Bonnaire et Thierry Dusautoir étaient titulaires, alors qu'Imanol Harinordoquy et Jean-Baptiste Poux étaient sortis du banc. Les remplaçants Dimitri Szarzewski et Damien Traille ont également disputé ce match, Traille comme titulaire à l'arrière et Szarzewski entré en cours de match. Côté néo-zélandais, quatre des 22 All Blacks retenus pour cette finale faisaient partie de l'équipe battue par la France lors de ce quart de finale. Tony Woodcock, Richie McCaw et le remplaçant Ali Williams avaient débuté le match, alors que le talonneur remplaçant Andrew Hore était entré en cours de match. 8h34 - Les Bleus sur la pelouse Après une dernière remise de maillots, dont on imagine à quel point elle a pu être emprunte d'émotions, les Bleus ont quitté leur hôtel et sont arrivés à leur tour à l'Eden Park. Les premiers Tricolores, en survêtement, investissent la pelouse: Pascal Papé, Maxime Médard ou encore Alexis Palisson sont les rares titulaires déjà présents, accompagnés de quelques remplaçants (Trinh-Duc, Ouedraogo...). Les joueurs non inscrits sur la feuille de match (Estebanez, Marty, Guirado...) sont également venus prendre le pouls de l'enceinte, alors que retentissent les premiers Allez les Bleus ! 8h31 - Eden Park surpasse Murrayfield L'Eden Park, qui avait déjà été le cadre de cinq matches de la Coupe du monde 1987 (pour deux victoires françaises, deux victoires néo-zélandaises et une victoire roumaine), accueille avec cette finale son 11e match de la Coupe du monde 2011. Le stade a déjà accueilli cinq matches de poule, deux quarts de finale, les deux demi-finales et un match pour la troisième place. Cette finale sera le 14e match de Coupe du monde disputé à l'Eden Park, battant ainsi le record de Murrayfield, qui a accueilli 14 matches sur trois éditions. 8h26 - Les Bleus sont à l'Eden Park Alors que les All Blacks ne sont pas attendus avant 20h00, c'est le bus des Bleus, suivis en direct par la télévision néo-zélandaise à travers les rues d'Auckland, qui vient à l'instant de pénétrer dans l'enceinte de l'Eden Park. 8h23 - Dusautoir parmi les seigneurs Avant d'espérer devenir le premier capitaine d'une équipe de France à soulever le trophée Webb-Ellis, Thierry Dusautoir, qui guidera les Bleus pour la vingt-sixième fois ce dimanche, en finale de la Coupe du monde, dépassera ainsi Fabien Galthié et Daniel Dubroca (25) et deviendra du même coup le cinquième capitaine de l'histoire du rugby français derrière Pelous, Ibanez, Rives et Saint-André. Que du beau monde ! 8h17 - Brooke et le rugby moche Ancien n°8 des All Blacks, Zinzan Brooke n'est pas de ceux qui dénigrent la manière dont l'équipe de France a atteint cette finale de la Coupe du monde lorsqu'il affirme: "Ils ont déçu et joué un bon rugby aussi. Un rugby moche peut aussi être un bon rugby, donc il est important de ne pas sous-estimer les Français." Moche et bon à la fois, un parfait résumé des Bleus ! 8h12 - Bilans : Sur leur 51... Les supporters français, prêts à se raccrocher au moindre signe, voudront y voir un bon présage. Ce sera le... 51e match international entre la Nouvelle-Zélande et la France. La Nouvelle-Zélande a remporté 37 matches, la France 12 et les deux équipes ont fait match nul à une reprise. Mais la France est surtout, avec l'Afrique du Sud la seule équipe à avoir battu les All Blacks en Nouvelle-Zélande, ces huit dernières années, lors du succès des Bleus à Dunedin en 2009 (27-22). Des Blacks qui restent sur un bilan de seize victoires consécutives en matches internationaux à domicile ! 8h07 - L'appel des Bleus ! Alors qu'ils vivent les dernières heures précédant le coup d'envoi de la finale de la Coupe du monde, les Bleus n'oublient pas de lancer un appel au soutien de leurs supporters restés en France, via messagerie Twittter interposées. A l'image d'Imanol Harinordoquy: "Donnez nous toutes vos forces !!!", ou encore de Fabrice Estebanez qui, suspendu, restera spectateur de ce choc: "Est ce que vous prêt à rentrer avec nous dans l'histoire? On a besoin de vous". 8h00 - Bienvenue à l'Eden Park ! Le grand moment est arrivé ! Après sept semaines de compétition, la finale rêvée de la Coupe du monde entre les All Blacks et la France est à portée de mains. Après une journée durant laquelle ils se sont côtoyés dans une ambiance bon enfant dans les rues d'Auckland, les premiers supporters néo-zélandais et français investissent les travées de l'Eden Park à deux heures du coup d'envoi du choc.