Emon: "On a tout à gagner"

  • A
  • A
Emon: "On a tout à gagner"
Partagez sur :

L'AS Cannes reçoit samedi l'AC Ajaccio (L2) pour une place en 1/32e de finale de la Coupe de France. Son entraîneur Albert Emon, passé par Marseille et fort d'un bon début de saison (4e de National) ne place pas cette compétition parmi ses priorités. Il attend de ce match des indications sur les réelles capacités de son équipe, comme un test grandeur nature dans l'optique de la montée en Ligue 2.

L'AS Cannes reçoit samedi l'AC Ajaccio (L2) pour une place en 1/32e de finale de la Coupe de France. Son entraîneur Albert Emon, passé par Marseille et fort d'un bon début de saison (4e de National) ne place pas cette compétition parmi ses priorités. Il attend de ce match des indications sur les réelles capacités de son équipe, comme un test grandeur nature dans l'optique de la montée en Ligue 2. Après un match gagné 4-2 contre Fabregues (DH) au tour précédent, vous vous attaquez désormais à l'AC Ajaccio, une équipe de Ligue 2, qui évolue donc à l'échelon supérieur. Cela vous donne-t-il une motivation supplémentaire ? C'est vrai que le match contre Ajaccio constitue une belle affiche. Je pense que c'est une équipe qui est à quelques points du podium de L2 (A 4 points du 3e, ndlr). Nous avons pour objectif de faire un super match contre une belle équipe, on veut plutôt essayer de se mettre au niveau de la L2, afin de savoir si l'on peut prétendre à la montée. Nous avons perdu notre précédent match de National face à Amiens, un concurrent pour la montée, en n'étant pas efficaces et pas assez agressifs. On a va donc essayer de corriger tout ça sur ce 1/64ème de finale. En quoi le résultat de ce match influera-t-il sur la bonne dynamique actuelle de votre équipe ? Il y aura certainement des conséquences. Même si je pense qu'Ajaccio va faire un peu tourner son effectif, nous allons quand même affronter une vraie équipe de L2. Il faut donc que l'on se mette au niveau, autrement nous ne passerons pas ce 8e tour. "Un bon test pour se juger individuellement et collectivement" Quel est l'objectif de Cannes dans cette Coupe de France ? On ne va pas se mettre à rêver d'une finale, mais ce qui est intéressant, c'est de se faire un petit challenge comme ça. Aux tours précédents, on a rencontré des équipes qui étaient hiérarchiquement inférieures à nous et on a parfois eu des difficultés, et des fois, on a produit des bons matches. Cette rencontre face à Ajaccio est un bon test pour se juger individuellement et collectivement. Par principe, l'objectif n'est pas pour nous de remporter la coupe de France. Mais on a tout à gagner avec cette confrontation, car notre pain quotidien c'est le championnat de National. Avoir des joueurs d'expérience, tels que Jan Koller, Lilian Compan, Jerémy Gavanon, ou Sylvain N'Diaye, qui ont déjà côtoyé le haut de l'affiche en Ligue 1, est un sacré plus avant d'entamer ce 8e tour. Ce paramètre sera-t-il déterminant pour aborder le match de samedi ? Malheureusement, Lilian Compan et Sylvain N'Diaye sont blessés. Mais nous avons un bon effectif, et ce qui va être intéressant c'est de le faire tourner. Tout le monde est impliqué dans le groupe, tout le monde s'intéresse à ce match, qui va nous permettre de réfléchir et de travailler aussi en vue des prochaines échéances qui nous attendent en championnat. Comment définiriez-vous la passion football qui existe à Cannes ? Vous savez ici, c'est l'affaire de tout le monde. Les supporters, le club, et les dirigeants de l'AS Cannes veulent que nous redevenions avant tout un bon club de L2. Cannes, dans le paysage footballistique français, a toujours eu sa place, une montée serait donc vraiment bénéfique pour tous.