Embouteillage pour la montée

  • A
  • A
Embouteillage pour la montée
Partagez sur :

La 34e journée de Ligue 2, qui se déroulait en intégralité vendredi soir, a vu les cinq équipes de tête réaliser des performances positives. Evian, tenu en échec à Grenoble (1-1), conserve son fauteuil de leader, mais derrière Dijon, Ajaccio, Sedan et Le Mans maintiennent la pression. A quatre journées de la fin, la deuxième division est loin d'avoir rendu son verdict.

La 34e journée de Ligue 2, qui se déroulait en intégralité vendredi soir, a vu les cinq équipes de tête réaliser des performances positives. Evian, tenu en échec à Grenoble (1-1), conserve son fauteuil de leader, mais derrière Dijon, Ajaccio, Sedan et Le Mans maintiennent la pression. A quatre journées de la fin, la deuxième division est loin d'avoir rendu son verdict. Toujours plus serré. Le deuxième échelon du football français livre, semaine après semaine, un scénario digne des plus grands films à suspense. Le championnat de Ligue 2 peine en effet à se trouver un patron. Mais ce qui est vrai en haut de classement l'est également en bas. Pour la montée, ils sont désormais cinq clubs à espérer, alors que quatre équipes semblent destinées à lutter jusqu'au bout pour ne pas descendre. Vendredi soir, toutes les équipes étaient sur le pont. Et parmi les cinq prétendants à la montée que sont Evian, Ajaccio, Sedan, Dijon et Le Mans, aucune n'a commis de réel faux-pas. Bien sûr, sur le papier, le court déplacement d'Evian-Thonon Gaillard chez son voisin grenoblois semblait offrir au leader savoyard les trois points sur un plateau. Mais le GF 38, promis au National par bon nombre d'observateurs il y a quelques semaines, vend chèrement sa peau en cette fin de saison. C'est ainsi qu'à la demi-heure de jeu, les joueurs locaux sont récompensés de leurs multiples offensives par l'ouverture du score de Jean-Jacques Mandrichi (30e). Mais le promu, leader avant cette journée, compte bien le rester, et il réussit à égaliser par Yannick Sagbo (75e). Ce match nul permet à Evian TG de conserver sa première place, avec deux points d'avance sur Dijon. Car le nouveau dauphin de Ligue 2 se nomme bien Dijon. Pourtant, face à Châteauroux, Sebastian Ribas et ses partenaires se sont fait peur, lorsque Bryan Bergougnoux ouvre le score (10e) sur la pelouse de Gaston Gérard. Mais Patrice Carteron et ses hommes ont pris goût au haut de tableau, et vont faire en sorte de pouvoir encore croire à la montée. Ainsi, après avoir buté tant et plus sur la défense berrichonne, le salut passe par l'inévitable Sebastian Ribas, le meilleur buteur de Ligue 2 inscrivant sa vingtième réalisation sur penalty (71e). Il reste alors vingt minutes à jouer, Dijon pousse, et se voit récompensé de ses efforts par un but de Younousse Sankharé, le deuxième en deux matches de la part de l'ancien Parisien, d'un tacle rageur à la 89e. Châteauroux accuse le coup, et concède même un troisième but par Courgnaud dans le temps additionnel. 3-1, Dijon est deuxième. Cinq équipes en quatre points Derrière, le trio composé d'Ajaccio, Sedan et Le Mans n'a rien lâché non plus. Les Corses, qui effectuaient un déplacement périlleux sur les terres de Boulogne-sur-mer, se sont sortis du piège grâce à but superbe de Paul Bastien Lasne, des 25 mètres. Cet unique but suffit au bonheur des hommes de Jean-Daniel Padovani, exclu durant la rencontre par Laurent Duhamel. Ajaccio n'est qu'à deux points d'Evian, et n'est devancé par Dijon qu'à la différence de but. A deux longueurs derrière, pointe donc le tandem Sedan-Le Mans. La meilleure attaque du championnat a encore inscrit trois buts vendredi, offrant une victoire (3-1) aux Sangliers face à Metz, qui reste pour sa part dans la zone rouge. Le Mans, sèchement battu par Evian lundi soir (0-3), s'est bien repris dans sa MMArena vendredi, aux dépens de Tours. Thorstein Helstad et ses partenaires se sont imposés (3-0) face à Tours, mais auront pourtant du attendre la seconde période pour bâtir leur succès sur des buts du Norvégien, imité en fin de match par Cissé et Lamah. Ils sont désormais cinq à se tenir en quatre points. La lutte finale n'en sera que plus belle.