Ederson y croit encore

  • A
  • A
Ederson y croit encore
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE DES CHAMPIONS - Le Brésilien pense que l'OL a les moyens de se qualifier.

LIGUE DES CHAMPIONS - Le Brésilien pense que l'OL a les moyens de se qualifier. Titulaire surprise à la place de Michel Bastos, mercredi soir, à l'Allianz Arena, face au Bayern Munich, en demi-finales aller de la Ligue des champions (1-0), Ederson n'a pas réussi ce qu'on appelle une grande performance individuelle. Le milieu brésilien, que l'on a connu plus ambitieux sur un terrain, s'est avant tout ingénié à bien défendre, comme il l'a révélé, jeudi soir, dans Europe 1 Foot. "Dès le début, on s'est préparé à bien défendre, (Cesar) Delgado et moi, on avait un gros travail à faire. On devait aider Aly (Cissokho) et Antho (Réveillère) à bloquer Ribéry et Robben sur les côtés". Cette approche défensive, les joueurs de l'OL ne sont pas parvenus à s'en départir malgré la supériorité numérique née de l'exclusion de Franck Ribéry à la 37e minute de jeu. "On n'était pas assez prêt pour affronter ce genre de configuration dans le match. Quand on était à onze contre dix, on aurait dû avoir plus d'ambition pour marquer ce but si important à l'extérieur." Car après un peu plus de dix minutes en deuxième période, c'est cette fois l'OL qui s'est retrouvé à dix après l'exclusion, sévère, de Jérémy Toulalan. "On savait que l'arbitre allait compenser. Sur chaque faute, les supporters sifflaient énormément et mettaient la pression sur l'arbitre. (...) Ça nous a fait du mal, mais, malgré tout ça, on était à dix contre dix, et il y avait encore la possibilité de faire un résultat. Mais, dans la deuxième mi-temps, on a eu un problème physique." "A nous de les agresser très haut et d'imprimer un rythme très fort" Même si Ederson ne veut pas se retrancher derrière ça, le voyage de plus de 800 km effectué sur deux jours par les Lyonnais a sans doute pesé sur les organismes. "Nous, les joueurs, on n'a jamais essayé de prendre ça comme une excuse, même si ce n'est pas idéal comme préparation. On est en demi-finales en Ligue des champions, on était motivés dans la tête, mais les jambes n'ont pas suivi. Elles étaient lourdes. Déjà, on avait fait un gros match face à Bordeaux, un match où on a dû revenir au score par deux fois. Et après, on a dû déjà rentrer en bus." Malgré un grand nombre d'occasions bavaroises, l'OL s'en est sorti avec une courte défaite (1-0), qui lui laisse mathématiquement 42% de chances de se qualifier pour la finale, le 22 mai prochain, à Madrid. "C'est plutôt une contre-performance, a expliqué Ederson. On n'est pas arrivé à jouer, à amener le danger devant le but du Bayern. On a eu du mal à récupérer le ballon haut pour jouer dans leur camp, et c'est un résultat que le Bayern a mérité, il va falloir faire beaucoup plus lors du match retour pour se qualifier." Et l'ancien Niçois a une idée bien précise de la façon dont il faudra procéder, mardi prochain, à Gerland. "Il faut bien débuter le match et essayer de prendre les choses en main. Ce sera à nous de les agresser très haut et d'imprimer un rythme très fort." À la différence du match aller, le physique devrait cette fois être à l'avantage des Lyonnais, dont le match de Championnat face à Monaco a été repoussé au 12 mai. Le Bayern, lui, jouera samedi (15h30), sur la pelouse du Borussia M'Gladbach en Bundesliga.