Edel a bien changé

  • A
  • A
Edel a bien changé
Partagez sur :

S'il a débuté la saison sur le banc, Apoula Edel a depuis supplanté Grégory Coupet et n'a plus quitté le onze du PSG depuis sept matches. Une présence pas étrangère à une impressionnante série d'invincibilité parisienne qui sera mise à rude épreuve à Dortmund jeudi soir en Ligue Europa, où le portier camerounais testera encore sa nouvelle fiabilité.

S'il a débuté la saison sur le banc, Apoula Edel a depuis supplanté Grégory Coupet et n'a plus quitté le onze du PSG depuis sept matches. Une présence pas étrangère à une impressionnante série d'invincibilité parisienne qui sera mise à rude épreuve à Dortmund jeudi soir en Ligue Europa, où le portier camerounais testera encore sa nouvelle fiabilité. Sa première titularisation de la saison doit encore lui trotter dans un coin de la tête. Nous sommes le 14 juillet dernier, à Evian, et Apoula Edel va commettre l'irréparable lors de la deuxième sortie amicale des Parisiens, inscrivant, contre son camp, un but gag dès la première minute de jeu face au Sporting Portugal (4-2). Sur une lointaine passe en retrait de Sammy Traoré, le portier tente de contrôler le cuir mais, accusant visiblement un certain manque de mobilité, ne parvient qu'à le propulser, du tibia, dans ses propres filets. Une nouvelle bourde, quelques mois après une autre, déjà monumentale, face à Monaco, qui - au mieux - laisse planer le doute quant aux capacités du garçon à s'imposer un jour dans les cages parisiennes. Mais depuis, le vent a tourné. Remplaçant à l'entame de la saison, il est titularisé par Antoine Kombouaré après la prestation décevante de Grégory Coupet à Sochaux lors de la 4e journée de Ligue 1 (1-3), et n'a plus quitté le onze de départ depuis. Sept matches, dont deux en Ligue Europa, où il parvient à ne pas encaisser le moindre but, signant au passage la plus longue série d'invincibilité du club depuis huit ans. Et si cette performance doit au moins autant à l'état d'esprit général du groupe, au replacement de Sylvain Armand dans l'axe et à la bonne intégration de Siaka Tiéné, le portier camerounais n'y est bien évidemment pas étranger, comme il l'a encore prouvé samedi à Toulouse, en se montrant décisif à plusieurs reprises. "Une grosse capacité à ne pas douter" Pourtant, outre ses grossières et médiatisées erreurs, le manque de confiance d'Antoine Kombouaré et les accusations de son ex-entraîneur et agent Nicolas Philibert (voir encadré) auraient pu suffire à le décourager à l'aube de ce nouvel exercice. Mais ça serait mal connaître le bonhomme. "Il a un gros mental, il sait où il veut aller et se fixe des objectifs assez élevés, confie Nicolas Dehon, entraîneur des gardiens parisiens la saison passée. Et puis il a une grosse capacité à se remettre dedans et à ne pas douter. Après une erreur, il tourne très vite la page." Une mentalité, associée à des prestations en hausse, qui lui permettent de s'affirmer aujourd'hui comme le titulaire du poste - il le sera à nouveau jeudi soir à Dortmund - au détriment de Coupet qui, pas rancunier, "l'aide beaucoup et ne lui met pas de bâtons dans les roues", poursuit Dehon, aujourd'hui à l'OM. Reste à se montrer irréprochable au niveau de la diététique, un domaine dans lequel Edel doit encore "faire attention", confirme le néo-phocéen, pour qui quelques kilos en trop risquent de coûter "les 2, 3 centimètres qui peuvent manquer sur certains plongeons." Apoula Edel sait donc ce qui lui reste encore à faire même s'il a, pour l'instant, gagné un pari qu'il s'est toujours cru capable de remporter: s'imposer au PSG.