Echec et Pats

  • A
  • A
Echec et Pats
Partagez sur :

Les New England Patriots, qui avaient survolé la saison régulière, ont trébuché cette nuit face aux New York Jets (21-28), dès leur entrée en lice au tour de division AFC des playoffs NFL. Un match à oublier pour Tom Brady, sacké cinq fois. Dans la conférence NFC, les Chicago Bears ont dominé sans surprise les Seattle Seahawks (35-24).

Les New England Patriots, qui avaient survolé la saison régulière, ont trébuché cette nuit face aux New York Jets (21-28), dès leur entrée en lice au tour de division AFC des playoffs NFL. Un match à oublier pour Tom Brady, sacké cinq fois. Dans la conférence NFC, les Chicago Bears ont dominé sans surprise les Seattle Seahawks (35-24). PATRIOTS - JETS (21-28) Le match entre les Patriots et les Jets avait débuté avant l'heure. Mais durant la semaine, le débat s'était limité au "gentil" trash-talking entre Tom Brady et Antonio Cromartie. Difficile de dire si les insultes du cornerback new-yorkais ont expliqué la méforme du quarterback vedette de New England, ou s'il a été abandonné par sa ligne offensive, toujours est-il que la star des Pats a rendu une pâle copie, l'une des pires de sa saison (29/45, 299 yards, 2 TD, 1 int), puisqu'il a été sacké à cinq reprises ! Dans ces conditions, éviter une élimination précoce, pour leur entrée en lice au tour de division des playoffs NFL, devenait compliqué pour les Patriots, pourtant têtes de série n°1 dans la conférence AFC. Surtout qu'en face, Mark Sanchez a eu lui le bras très chaud, avec trois passes de touchdown et aucune interception subie (16/25, 194 yards, 3 TD). C'est d'ailleurs sur l'une de ses offrandes que la rencontre a basculé en faveur des Jets, en début de dernier quart-temps. A la réception, Santonio Holmes a offert dix longueurs d'avance aux siens (21-11, 47e). A deux reprises, les hommes de Bill Belichick sont revenus à sept points, d'abord sur un field goal de Shayne Graham puis un touchdown de Deion Branch. Mais entre-temps, le running-back Shonn Greene s'était frayé un chemin dans la défense des Pats après une course de 16 yards. "Peut-être que personne n'y croyait mais nous, nous y croyions, a réagi le coach new-yorkais Rex Ryan après le match. Nous avançons. Les mêmes vieux Jets, de retour en finale de conférence AFC. La seule différence, c'est que cette fois nous avions prévu de gagner." Une confiance que la franchise de Big Apple devra encore sublimer la semaine prochaine pour venir à bout des Pittsburgh Steelers, tombeurs samedi des Baltimore Ravens (31-24). BEARS - SEAHAWKS (35-24) L'autre affiche, dans la conférence NFC, opposera les Green Bay Packers, qui ont sorti samedi les Atlanta Falcons (48-21), aux Chicago Bears. La franchise de l'Illinois ne s'est pas laissée surprendre par les Seahawks, qui avaient éliminé le week-end précédent les New Orleans Saints, vainqueurs du dernier Super Bowl. Une victoire plus nette que le score l'indique (35-24), puisque les partenaires de Jay Cutler ont littéralement étouffé leurs adversaires en première mi-temps (21-0, 30e), le retour de Seattle dans le dernier quart avec trois touchdowns signés Mike Williams, par deux fois, et Brandon Stokley ayant été bien trop tardif pour renverser la vapeur. Avec deux touchdowns à la passe (15/28, 274 yards), et deux autres à la course, le quarterback des Bears a tout donné pour mettre les siens sur les bons rails, leur permettant même de mener de vingt-huit points après le repos (28-0, 41e). "Maintenant que nous avons battu les Seahawks, ça ne pouvait pas être mieux que de jouer le titre en NFC contre les Packers", s'est réjoui le coach Lovie Smith. La rivalité entre Chicago et Green Bay, qui se sont affrontées 181 fois en NFL, est d'un autre siècle puisqu'elle remonte à 1921. "C'est un gros match, c'est une longue histoire entre nous, a commenté le linbacker Brian Urlacher. Nous ne les aimons pas, ils ne nous aiment pas." Au moins, c'est clair.