Ecclestone menace le GP de Monaco

  • A
  • A
Ecclestone menace le GP de Monaco
@ Reuters
Partagez sur :

F1 - "On peut faire sans Monaco", a confié le grand argentier de la F1 dans The Independent.

F1 - "On peut faire sans Monaco", a confié le grand argentier de la F1 dans The Independent. On le savait, Bernie Ecclestone est un homme d'argent avant d'être un amoureux de la F1. Sans scrupule aucun, le businessman n'est pas du genre à verser dans le sentiment ou la nostalgie. Pas question donc d'accorder ses faveurs au Grand Prix le plus prestigieux, le plus couru du championnat de F1, cet événement quasi mondain qui chaque année investit les rues de Monte-Carlo, et participe à la légende du sport automobile. Oui, Bernie Ecclestone est prêt à supprimer le Grand Prix de Monaco et ce, dès 2011. "On peut faire sans Monaco, affirmait ce week-end l'homme d'affaires anglais, cité notamment par le journal britannique The Independent. Ils ne paient pas assez cher. Les Européens vont devoir payer davantage, faute de quoi nous devrons courir ailleurs." Et l'intéressé d'accentuer davantage encore le degré de provocation dans sa démonstration: "Aujourd'hui, je ne vois que deux choses qui soient indissociables de la F1: l'appellation Formule 1 même et Ferrari !" Un intérêt pour l'Afrique du Sud, l'Inde ou la Russie Toujours en quête de nouveaux contrats juteux, le directeur de la Formula One Management (FOM) cherche depuis plusieurs années déjà à élargir l'horizon de la F1, et ne cachait pas dernièrement son intérêt pour des destinations exotiques telles que l'Afrique du Sud - qui n'a plus accueilli la discipline reine depuis 1993 – l'Inde ou la Russie, trois candidats déclarés à l'organisation d'un Grand Prix dans les saisons à venir. "Ce serait génial de couvrir le monde entier", s'enthousiasmait alors un Ecclestone qui se voit toutefois borné dans ses rêves de grandeur par la limite théoriquement infranchissable des 20 courses par an. A terme, il va donc falloir faire de la place et Monaco – théâtre du Grand Prix qui rapporte le moins à la FOM et à son gestionnaire – semble incarner aux yeux d'Ecclestone l'une des proies potentielles de ce grand ménage. Malgré son histoire, malgré son assiduité jamais démentie depuis 1955. Il y a peu, le rallye de Monte-Carlo paraissait également intouchable à l'échelle du WRC. Et pourtant...